Posts Tagged ‘justice’

Tribune dans le NouvelObs : « Il faut protéger les enfants musulmans comme les autres »

novembre 26, 2020

« L’enfance ne relève pas de la suspicion, mais de la protection », estiment 38 personnalités juives, qui s’inquiètent des signalements et des poursuites judiciaires contre des enfants accusés de complaisance envers le terrorisme.

Depuis l’assassinat de Samuel Paty des centaines d’enfants et d’adolescents se sont vu accuser de complaisance vis à vis du terrorisme, signalés aux autorités rectorales, assignés en justice pour apologie du terrorisme.

Certains, scolarisés en CM2, ont passé une journée entière en retenue judiciaire, auditionnés dans un commissariat. D’autres ont subi perquisitions et interrogatoires, parfois pour la simple possession d’une feuille avec une inscription en arabe.

La suite sur : https://europalestine.com/2020/11/26/tribune-dans-le-nouvelobs-il-faut-proteger-les-enfants-musulmans-comme-les-autres/

Une loi Covid dangereuse pour la justice

novembre 26, 2020

Le recours généralisé à la procédure écrite et la vidéoconférence est contraire à une administration de la justice humaine, efficace et respectueuse des droits fondamentaux, estime la Plateforme ‘Justice pour tous’.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/une-loi-covid-dangereuse-pour-la-justice-carte-blanche/article-opinion-1362103.html

Nous nous inquiétons de la portée des mesures annoncées. D’abord parce que celles-ci s’inscrivent dans une tendance du pouvoir exécutif à s’immiscer dans l’organisation du pouvoir judiciaire en contradiction avec le principe de séparation des pouvoirs, fondement essentiel de notre Etat de droit. »

Oberlin voit déjà Netanyahou au tribunal.

novembre 25, 2020

par Jacques-Marie Bourget

Après avoir publié en 2014 « Le Chemin de la Cour » pour nous convaincre de l’utilité d’un nouvel outil militant capable de faire reculer le non-droit et les crimes commis par Israël -le recours à la Cour Pénale Internationale-, l’admirable et inflexible Christophe Oberlin grimpe à nouveau dans les étagères des libraires. Il nous revient avec une suite à son premier travail, convaincu que l’histoire et la justice ont avancé sur son chemin. Oberlin voit déjà « Les dirigeants israéliens devant la Cour pénale internationale ». Que le ciel, auquel je ne crois qu’en temps de pluie, l’entende. Mais, en effet, pourquoi négliger l’option du droit ? Le rêve d’asseoir Netanyahou à la place de Laurent Gbagbo… C’est ce long voyage, dans le temps et entre les morts, que décrit Christophe Oberlin dans ce livre publié chez Erick Bonnier. Nous avons là une vision depuis les coulisses, le plus souvent à Gaza. Et des leçons de droit qui ne sont pas l’essentiel de l’ouvrage. Dont le grand intérêt est de parler a continuo d’un drame de l’injustice, d’une tragédie de l’abandon. De ces tueries détaillées au ralenti, Oberlin nous convainc de l’urgence, nous malmène quand il décrit les familles en charpie, les immeubles écroulés, la misère, l’enfermement, les massacres. C’est le point incontestable de son livre, la traduction de l’engagement d’une vie.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/oberlin-voit-deja-netanyahou-au-tribunal.html

Manu Pineda, député européen, monte au créneau pour Georges Abdallah

novembre 10, 2020

Député européen et membre du parti communistes espagnol, Manu Pineda, vient d’interpeller le gouvernement français à propos de l’emprisonnement de Georges Ibrahim Abdallah, sans mâcher ses mots :

« Où se trouve la séparation des pouvoirs ? Pourquoi en 2003, alors que la Cour de Pau a ordonné sa libération, le pouvoir exécutif a décidé d’intervenir pour l’empêcher ? Pourquoi en 2012, alors que le Tribunal d’application des peines de Paris a fini par se prononcer favorablement pour la libération de Georges, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a refusé de signer son extradition ? C’est une honte de le dire, mais le destin de notre camarade se joue au Palais de l’Élysée et pas devant les tribunaux ».

La suite sur : https://europalestine.com/2020/11/09/manu-pineda-depute-europeen-monte-au-creneau-pour-georges-abdallah/

France, Israël, USA, copains comme coquins.
Cessons de parler de la France comme de la « Patrie des droits de l’Humain » !

Le Pétrole contre le Droit. Quand Chevron s’acharne sur un avocat

novembre 3, 2020

par Elisabeth Schneiter

Classée deuxième au rang des entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre, la compagnie pétrolière Chevron s’est fait condamner au début des années 2000 par un courageux avocat pour les ravages qu’elle a provoqué en Equateur. La réplique du géant a été impitoyable : une guérilla juridique hors-norme et un procès-baillon. C’est cette histoire édifiante, sur le point de se dénouer, qui est ici racontée.

La suite sur : http://www.terrestres.org/2020/11/02/petrole-vs-droit-lorsque-chevron-sacharne-sur-un-avocat/

Une victime de violences écope de 7 ans de prison: il faut protéger, pas incarcérer!

octobre 30, 2020

Adriana Sampaïo a voulu protéger sa fille aînée, que son conjoint battait. Après l’avoir poignardé pour se défendre, elle fut condamnée à 7 ans de prison. Un ensemble de militant·e·s et de collectifs féministes déplorent que l’État, au lieu de les protéger, inflige aux victimes de violences une « double peine en les traitant comme des coupables quand elles n’ont plus d’autre choix que celui que la société leur a laissé: se défendre d’elles-mêmes ».

La suite sur : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/261020/une-victime-de-violences-ecope-de-7-ans-de-prison-il-faut-proteger-pas-incarcerer

« Il est d’ailleurs étonnant de constater que, deux jours après le procès d’Adriana Sampaïo, la même présidente et la même Cour d’assises ont eu à traiter de faits similaires, à savoir une affaire de « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » – à la différence que l’homme accusé, qui avait frappé à mort un inconnu dans un bar, s’est vu écoper d’une peine autrement plus légère : deux ans de prison avec sursis. Pourtant, l’inconnu ne l’avait pas agressé physiquement, mais seulement insulté… »

Médiation en cas de violences conjugales : « J’ai l’impression qu’on me pousse à abandonner mes droits »

octobre 29, 2020

par Vanessa D’Hooghe

Actuellement, la médiation et, plus largement, les « modes alternatifs de règlement des conflits » sont favorisés par la Justice. Mais dans les cas de séparation conjugale avec violences, la médiation peut aggraver les violences subies par la victime. Témoignage.

La suite sur : https://www.axellemag.be/mediation-violences-conjugales-temoignage/

Israël et le coronavirus : projet de loi policier sous couvert de santé

octobre 28, 2020

Dans un éditorial intitulé « Big Brother, Special Coronavirus Edition », le quotidien israélien Haaretz dévoile un projet de loi destiné à permettre à la police d’accéder aux données recueillies dans le cadre sanitaire.

La suite sur : https://europalestine.com/2020/10/27/israel-et-le-coronavirus-projet-de-loi-policier-sous-couvert-de-sante/

« Sceller une chambre dans une maison palestinienne ? Un besoin sécuritaire vital selon Israël ! «

C’est le titre de l’article publié cette semaine dans Haaretz par Amira Hass, qui décrit l’arbitraire et le caractère inhumain des mesures prises par son gouvernement et par la justice israélienne.

La suite sur : https://europalestine.com/2020/10/28/sceller-une-chambre-dans-une-maison-palestinienne-un-besoin-securitaire-vital-selon-israel/

Monsanto définitivement condamné dans l’affaire de l’intoxication d’un agriculteur

octobre 21, 2020

Cette décision ouvre la voie à un épilogue dans ce marathon judiciaire entamé en 2007 et au cours duquel Paul François, céréalier de Charente, a eu gain de cause à trois reprises en justice, dont la dernière fois en avril 2019 à Lyon.

La suite sur : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/21/monsanto-definitivement-condamne-dans-l-affaire-de-l-intoxication-d-un-agriculteur_6056854_3244.html

Haïti : Stop au silence et à la complicité internationale

octobre 19, 2020

Une opinion de 82 organisations (syndicats, ONG, associations, mouvements paysans, féministes, citoyens) haïtiennes, françaises, belges, canadiennes, espagnoles, allemandes et béninoises ainsi que 300 citoyens qui appellent à mettre fin au silence et à la complicité internationale vis-à-vis d’Haïti. Retrouvez la liste des signataires au bas de l’article.

Depuis juillet 2018 et à de nombreuses reprises, dans un contexte de détérioration des droits et des conditions de vie, les Haïtiennes et Haïtiens se sont mobilisés avec force et courage contre l’appauvrissement, la corruption et l’autoritarisme. Avec pour seules réponses : la répression du gouvernement de Jovenel Moïse, l’opposition feutrée ou explicite de la « communauté » internationale.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/haiti-stop-au-silence-et-a-la-complicite-internationale-5f8d41479978e231396a8b7f