Posts Tagged ‘luttes sociales’

Fin du confinement, début de la révolte ,

mai 23, 2020

Blouses blanches, colère noire

mai 22, 2020

Quatre hypothèses sur la situation économique

avril 30, 2020

par Frédéric Lordon

Le temps approche où anticapitaliste ne sera plus une option. La nature est en train de nous offrir une occasion à « moindres » frais de nous en rendre compte. Nous aurions grand intérêt à la saisir. Et pourtant…

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/quatre-hypotheses-sur-la-situation-economique/

Penser le confinement III : Confinement – Soulèvement

avril 17, 2020

par Jean-Paul Galibert

Sans doute, après le confinement, faudra-t-il chercher les causes, et trouver les responsabilités. Car il y aura eu bien trop de morts évitables. Sans doute bien des gestes et décisions, bien des choses et illusions seront-ils à critiquer. Sans doute des responsables, nous seront-t-ils désignés, et sans doute seront-ils haut placés.

La suite sur : https://jeanpaulgalibert.wordpress.com/2020/04/13/penser-le-confinement-iii-confinement-soulevement/

Confiné mais pas abattu, le mouvement social s’organise

avril 14, 2020

par Alexandre Reza-Kokabi

Comment et pourquoi continuer de lutter pendant la pandémie ? Passé un temps de sidération, les voix dissidentes se font à nouveau entendre, même si, mesures de mise à distance oblige, les modes d’action doivent être repensés.

Loin de la rue, le mouvement social est-il désarmé ? En dépit de la rhétorique guerrière et unanimiste déployée par le chef de l’État, la colère n’est pas confinée. La contestation bouillonne et s’organise face aux insuffisances et aux volte-face de l’exécutif dans sa gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Les plaintes, les mouvements de grève, les manifestations aux fenêtres et les formes d’auto-organisation fleurissent, donnant de l’écho aux voix dissidentes.

La suite sur : https://reporterre.net/Confine-mais-pas-abattu-le-mouvement-social-s-organise

tiens, tiens https://reporterre.net/En-mars-le-gouvernement-a-lance-l-achat-de-gaz-lacrymogenes-plutot-que-des-tests-du

#OnNoublieraPas

avril 8, 2020

Que faire, en ces temps de confinement, sinon préparer l’après ? Et pour ça, exercer notre devoir de mémoire. Car très vite, eux voudront oublier, effacer. Oublier leur nullité, « pas besoin des tests », « pas besoin des masques », nous disaient-il, transformant la pénurie en « doctrine ». Oublier que la France au temps du corona a reposé sur les simili-smicards, les soignants, les caissières, les livreurs, les routiers. Oublier qu’ils ont promis, un instant, un instant seulement, que l’économie n’écraserait plus la vie.

La suite sur : https://onnoublierapas.org/

Citoyennes, citoyens, on se barre

mars 19, 2020

La grève comme outil d’émancipation des femmes

mars 5, 2020

Carte blanche proposée par la Centrale Générale FGTB

En 1966, la Belgique connut durant 12 semaines une grève inédite qui laissa une empreinte indélébile dans le champs économique et social belge : la grève des ouvrières de la Fabrique Nationale à Herstal.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/la-greve-comme-outil-d-emancipation-des-femmes/article-opinion-1259533.html

Nouvelle racaille ouvrière

mars 3, 2020

par Alimaj Tascam

Il est 5h, Belliard s’éveille. Au cours de la longue mobilisation des machinistes de la RATP, le dépôt de bus du 18ème arrondissement a reconduit quotidiennement ses piquets, foyers de lutte et de fête. Protagoniste de la grève, une nouvelle génération de travailleurs des quartiers, Blacks/Blancs/Beurs, est appelée à faire sentir sa présence dans l’avenir des luttes de classes en France.

La suite sur : https://www.revolutionpermanente.fr/Nouvelle-racaille-ouvriere

Les traces inoubliables de la non-létalité

mars 2, 2020

par Alexis Munier-Pugin N.

Depuis décembre 2018, des Gilets Jaunes à aujourd’hui, les mouvements sociaux ont été sévèrement châtiés. La stratégie punitive du pouvoir prend appui sur l’utilisation d’armes dites non létales, qui sont conçues pour que la cible ne soit pas tuée ou peu blessée. Pourtant, la mort de Zineb Redouane et les 2 500 manifestants blessés prouvent le contraire1. D’un non létal l’autre, la mythologie d’une violence qui n’est en pas une continue sans complexes en France. Macron pose tout sourire avec le t-shirt « LBD 2020 » représentant la mascotte du Festival de BD d’Angoulême éborgnée. Il n’y a même plus besoin d’une satire du pouvoir, puisque le pouvoir écrit lui-même sa propre farce.

Quelques jours avant ce délire présidentiel, Castaner annonce le retrait progressif de la grenade GLI-F4. Et pour cause, en rupture de stock, son remplacement par la GM2L était déjà planifié. Elle contient un explosif nommé RDX mélangé avec de la cire. Il est plus puissant que la TNT contenue dans la GLI-F4. Le RDX est par exemple utilisé dans la conception des ogives du lance-roquettes RPG-7. La GM2L peut arracher une main et crever un œil. Comme la GLI-F4, elle blesse ou elle tue. N’y a t-il pas un paradoxe entre la qualité non létale des armes et leur capacité à tuer et à blesser, comme si les dommages sur les corps étaient réversibles ? Cette opposition entre non létalité et mort ne masque-t-elle pas une stratégie du pouvoir encore plus pernicieuse ?

La suite sur : https://acta.zone/les-traces-inoubliables-de-la-non-letalite/