Posts Tagged ‘luttes’

Une farouche liberté. On ne naît pas féministe, on le devient.

septembre 28, 2020

par Elodie Jauneau

Je viens d’achever la lecture du livre de Gisèle Halimi, et je suis remontée comme une pendule.
J’ai envie de sortir dans la rue et de hurler.
J’ai envie de dire à tous-tes celles et ceux qui critiquent le « néo féminisme guerrier » ou le « néo-féminisme » tout court, les mêmes qui ont pleuré la mort de Gisèle Halimi, de fermer leur gueule de lire ce livre.

La suite sur : http://www.elodiejauneau.fr/2020/09/une-farouche-liberte-on-ne-nait-pas.html

REJOIGNEZ LA RÉSISTANCE QUI S’ORGANISE LES 9, 10 ET 11 OCTOBRE

septembre 18, 2020

« Aujourd’hui pour sauver l’accumulation du capital, on est obligé de détruire la démocratie »

septembre 11, 2020

par Barnabé Binctin

L’inaction écologique menace désormais l’espace démocratique, estime le philosophe Pierre Charbonnier. Les régimes autoritaires qui émergent ne se constituent-ils pas en appui à l’accumulation de richesses par quelques-uns au prix de la dilapidation des ressources de tous ? Face à cette destructrice « utopie du marché », les progrès politiques viendront du contre-mouvement social. Entretien réalisé en partenariat avec l’hebdomadaire Politis.

La suite sur : https://www.bastamag.net/Alternatives-locales-ecologie-democratie-capitalisme-climat-biens-communs-Pierre-Charbonnier

Soutenir la lutte palestinienne sous toutes ses formes

août 15, 2020

Israël et ses alliés n’ont jamais accepté aucune forme de résistance palestinienne, et les campagnes de boycott et l’organisation populaire ne sont pas des alternatives à la résistance armée mais des tactiques de lutte interdépendantes.

Il y a cinquante ans, l’intellectuel palestinien Ghassan Kanafani a présenté une position claire sur le boycott d’Israël. À l’époque, Kanafani n’était pas seulement un romancier et un nouvelliste estimé. Il était également l’un des principaux porte-parole de la révolution armée palestinienne, représentant le Front Populaire de la Libération de la Palestine.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/soutenir-la-lutte-palestinienne-sous-toutes-ses-formes/

30 ans après, (re)lire Backlash de Susan Faludi

juin 8, 2020

Par Rafaëlle Gandini Miletto

Au début des années 1990, l’universitaire étasunien Allan Bloom compare sa situation à celle des réfugiés du Cambodge : les explosions de bombes, ce sont cette fois les féministes qui auraient pris le contrôle du monde universitaire… À l’époque, les femmes occupent pourtant 10 % seulement des chaires du pays — et, dans la discipline de l’intéressé, la philosophie, ne sont à l’origine que de 2,5 % des publications. Comment comprendre pareille réaction ? C’est à cette tâche que s’attelle Susan Faludi dans son ouvrage phare Backlash, paru en 1991. Celui-ci décrit et analyse les mobilisations hostiles qui, aux États-Unis, ont alors suivi l’affirmation du mouvement féministe. Alors même que la situation du début des années 1990 reste profondément inégalitaire, l’émancipation des femmes qui se profile est en elle-même une possibilité insupportable pour les partisans de l’ordre social en place. S’ensuit une réaction violente : un « backlash ».

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/30-ans-apres-relire-backlash-de-susan-faludi/

Le manque de sens politique des pauvres est un mythe

juin 2, 2020

par Jean-Pierre Beyeler

En ce moment on parle beaucoup de se protéger de la maladie, et c’est bien-sûr nécessaire. Reste l’inquiétude que les mesures prises pour faire face à la crise sanitaire précipitent beaucoup de nos contemporains dans la famine. Partout dans le monde, les pauvres sont durement impactés. Dans le texte1 qui suit, extrait d’un livre d’entretiens avec Gilles Anouil, Joseph Wresinski évoque cette période particulière de mai 1968 où la faim était aussi présente dans les cités et les bidonvilles.

La suite sur : https://www.atd-quartmonde.org/le-manque-de-sens-politique-des-pauvres-est-un-mythe/

et : https://www.atd-quartmonde.org/un-cri-sans-haine/?pk_campaign=newsletter-2020-06-01-fr

Engager l’humanité à se repenser

Angela Davis et Assa Traoré : regards croisés

mai 28, 2020

Nous avions organisé cette rencontre à l’occasion de notre septième numéro papier, paru début 2019. Hier, mardi 26 mai 2020, un homme répondant au nom de George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, a été tué, étouffé, par un policier dans les rues de Minneapolis — sous le regard complice de son collègue et les protestations des passants. En mémoire de la victime, et tandis que la question des violences policières occupe actuellement le débat public français, nous publions ici la version écrite de l’échange entre les deux femmes : Angela Davis, âgée de 76 ans, est l’une des voix étasuniennes de l’antiracisme, du féminisme et de l’anticapitalisme ; Assa Traoré, 35 ans, milite collectivement pour que justice soit faite depuis la mort de son frère, Adama, tué par des gendarmes en 2016.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/angela-davis-et-assa-traore-regards-croises/

Le 1er mai 2020, la colère féministe se déconfine !

mai 2, 2020

Aujourd’hui les féministes convergent avec le mouvement des travailleur-euse-s et chômeur-euse-s qui revendiquent un changement radical de société. Les revendications féministes renouvellent la lutte contre le capitalisme en offrant une perspective plus ample qui implique la vie dans sa totalité et pas seulement le travail salarié. Sortons de la fatalité, imaginons des luttes différentes, sortons des actions et pensées raisonnables. Réinventons un monde !

La suite sur : https://dijoncter.info/le-1er-mai-2020-la-colere-feministe-se-deconfine-1966

Un petit coup de pouce pour le documentaire sur Georges Abdallah, bientôt prêt !

avril 30, 2020

« Fedayin, le combat de Georges Abdallah », le documentaire qui retrace le parcours d’un infatigable communiste arabe et combattant pour la Palestine est quasiment finalisé.

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article1032

Femmes d’Argentine (Que sea ley) : un film coup de poing

avril 24, 2020

L’avortement est encore illégal dans la plupart des pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique du Sud. En France, il n’ a été légalisé qu’en 1975 avec la loi Veil. Deux ans avant l’arrivée de Juan Solanas.

Fuyant la dictature militaire argentine avec sa famille, celui qui deviendra plus tard réalisateur arrive en France en 1977. Il pense que l’avortement est un droit universel. Ce n’est qu’à la fin des années 90, de retour dans son pays natal, qu’il prend conscience que l’avortement n’est pas permis ici. Pire, des femmes meurent tous les mois d’un avortement clandestin. Aujourd’hui c’est une toutes les semaines.

La suite sur : https://infosparisiennes.wordpress.com/2020/04/08/femmes-argentine-que-sea-ley-juan-solanas-film-documentaire/