Posts Tagged ‘machisme’

Quelle place pour les femmes dans le folklore ?

juin 4, 2020

par Stéphanie Jassogne

Telle était la question posée à la Maison Losseau de Mons par le PAC (Présence et Action Culturelles) et les FPS de la région Mons-Borinage, lors de la conférence du 18 février dernier dans le cadre du cycle Toutes Soeurcières.

À Mons, ville où le folklore est bien présent, la Ducasse fait partie des chefs d’oeuvre du Patrimoine oral et immatériel reconnus par l’UNESCO. Qui ne connaît pas le Doudou et le combat de Saint-Georges contre le dragon ? Mais, ce rituel ancestral du combat regroupant en grande majorité des personnages traditionnels masculins, laisse très peu de place aux femmes, tant au coeur de l’arène où a lieu le spectacle, qu’au sein des groupes de spectatrices·teurs. En effet, durant tout le combat, l’activité physique qui consiste à arracher du crin de la queue du dragon pour porter chance est presque totalement réservée à un public d’hommes.

La suite sur : http://www.femmes-plurielles.be/quelle-place-pour-les-femmes-dans-le-folklore/

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-folklore-est-il-sexiste-les-traditions-sont-vivantes-et-doivent-evoluer?id=10440435

A l’assaut des murs

mars 3, 2020

par C. M.

Où que l’on aille en France, ou presque, on les croise désormais sur notre chemin : des collages visant à dénoncer, en lettres capitales, les féminicides, les agressions sexuelles et sexistes, la domination masculine au quotidien. Une manière, pour les activistes anonymes qui les réalisent, de marquer l’espace public et l’esprit des passants et des passantes — au risque, la nuit tombée, de croiser les forces de l’ordre. L’une d’entre elles, impliquée au sein d’un collectif, raconte ici son expérience des collages. Sans ambition de généraliser ni de parler pour autrui, précise-t-elle.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/assaut-murs/

« Tu veux dire qu’on a plus de chance de passer 24 heures au poste que le connard qui tape sa meuf ? »

Rue des anges

octobre 25, 2019

Rue des Anges’ est un témoignage que nous souhaitons diffuser pour ce qu’il montre de la continuité affligeante entre violences domestiques, patriarcales, institutionnelles. C’est une histoire violente (trigger warning : récit d’agression physique violente), c’est une histoire vraie, c’est aussi une histoire de résistance, et de luttes encore à mener pour obtenir le minimum : une police formée qui protège les femmes.

La suite sur : http://superfeministe.blogspot.com/2019/10/rue-des-anges.html

Transport en commun : femmes au volant, sexisme au tournant

octobre 1, 2019

par Camille Wernaers

Les transports en commun se féminisent doucement ; des femmes deviennent conductrices. Quelles difficultés rencontrent-elles sur leur route?

Les métiers de la conduite souffrent encore du stéréotype sexiste selon lequel les femmes ne savent pas conduire. La conduite ne semble pourtant pas inscrite dans les gènes masculins : plusieurs études pointent le fait que les femmes sont responsables de moins d’infractions que les hommes au volant . Si ce stéréotype ne disparaît pas, c’est parce qu’il s’agit d’un enjeu du patriarcat : aux femmes le foyer, aux hommes l’espace extérieur, dont les routes font partie.

La suite sur : https://www.axellemag.be/transports-en-commun-femmes-au-volant/

La place des femmes dans la société de transport public bruxellois

Le calvaire des Salvadoriennes emprisonnées pour avoir fait une fausse couche

septembre 13, 2019

Elle a passé 10 ans derrière les barreaux pour une fausse couche: la Salvadorienne Teodora Vasquez est une des protagonistes d’un documentaire qui revient sur le calvaire des femmes condamnées dans ce pays à de lourdes peines de prison pour avoir simplement perdu leur bébé.

La suite sur : https://www.lalibre.be/international/amerique/le-calvaire-des-salvadoriennes-emprisonnees-pour-avoir-fait-une-fausse-couche-5d7b2a1bd8ad5878fd2c0712

En patriarchie, personne ne vous entend crier

juillet 29, 2019

par Rebecca Solnit

L’un de mes livres préférés quand j’étais jeune était « La Quête du roi Arthur » de T. H. White ; et l’un de ses thèmes centraux est la tentative du roi Arthur de remplacer un ethos de « la loi du plus fort » par quelque chose de plus juste.

La suite sur : https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/07/24/en-patriarchie-personne-ne-vous-entend-crier/

Sexiste, l’espace public ?

mai 29, 2019

par Fanny Colard

En 2019, l’espace public reste un reflet mais aussi un vecteur d’inégalités entre les femmes et les hommes. Souvent pensé par et pour ces derniers, l’aménagement du territoire ne prend que trop rarement en compte la notion de genre. Cela s’explique notamment par le fait que l’urbanisme et l’architecture sont encore aujourd’hui des milieux particulièrement masculinisés. Cette non-prise en compte du genre contribue à la perpétuation de certains stéréotypes, associant principalement les hommes à l’espace public et confinant ainsi les femmes à l’espace domestique. Une réalité lourde de conséquences sur les femmes qui ne « consomment » dès lors pas l’espace public de la même façon que les hommes…

La suite sur : http://www.femmes-plurielles.be/sexiste-lespace-public/

Violences faites aux femmes : « pour une société sécurisante, pas sécuritaire

mai 17, 2019

Une opinion de 36 associations féministes et services spécialisés sur les violences faites aux femmes de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles (6).

Nous voulons vivre dans une société qui garantisse le droit de toutes les femmes à vivre en sécurité. Mais nous refusons que cela fasse le lit de l’extrême droite et des politiques sécuritaires et répressives.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/violences-faites-aux-femmes-pour-une-societe-securisante-pas-securitaire-5cdd7ea2d8ad5806f15ba059

« Pour certains, le changement est dur à accepter… »

janvier 15, 2019

https://www.lalibre.be/lifestyle/magazine/gillette-divise-avec-sa-nouvelle-pub-qui-dezingue-la-masculinite-toxique-5c3dc18c7b50a60724b21b64

L’apprentissage en cuisine pour une fille » c’est comme un viol » – Témoignage d’une rescapée d’un univers machiste et impitoyable

janvier 6, 2019

La jeune cheffe aujourd’hui marseillaise a vécu le machisme dans la plupart des brigades de son apprentissage. Elle a subi l’enfer, jusqu’à la chute. Pas encore trentenaire, elle fait partie de la génération qui brise la loi du silence.

C’est ainsi que démarre un article paru cette semaine sur le quotidien L’Humanité dans sa série – Tout feu tout femme – C’est l’histoire d’une jeune fille qui voulait absolument devenir chef de cuisine, elle a dû surmonter un grand nombre de brimades et de pressions pour y arriver, elle revient sur son apprentissage au milieu de brigades et auprès de chefs aux comportements scandaleux.

La suite sur : http://foodandsens.com/non-classe/lapprentissage-en-cuisine-pour-une-fille-cest-comme-un-viol-temoignage-dune-rescapee-dun-univers-machiste-et-impitoyable/