Posts Tagged ‘magistrat’

Rennes, laboratoire de l’ordre En marche

juin 19, 2017

Des intellectuels dénoncent les méthodes de policiers et de magistrats qui, dans la ville bretonne, s’affranchiraient de plus en plus du droit commun.

La suite sur : http://www.liberation.fr/debats/2017/06/18/rennes-laboratoire-de-l-ordre-en-marche_1577668

Le magistrat qui n’avait pas sa langue en poche

juin 24, 2016

C’est un jugement sévère qu’a rendu ce jeudi la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Selon la plus haute instance de cette institution, l’ancien président de la Cour suprême hongroise, Andras Baka, a en effet été écarté de ses fonctions en 2012 pour des motivations politiques.

La suite sur : http://www.lalibre.be/actu/international/le-magistrat-qui-n-avait-pas-sa-langue-en-poche-576c351535708dcfedb5ebb4

Les âmes sèches

juin 22, 2016

par François Ruffin

Dans Parquet flottant, Samuel Corto, magistrat, dresse un réquisitoire contre son métier, un pamphlet contre ses collègues. La justice mise à nu…

La suite sur : http://www.fakirpresse.info/les-ames-seches-1046

Action des magistrats dans tout le pays : « Ils peuvent chipoter avec les chiffres, mais nous connaissons la réalité quotidienne »

juin 8, 2016

par Ivo Flachet

Mardi 7 juin, les magistrats et le personnel de la Justice se sont rassemblés à l’intérieur et à l’extérieur des palais de justice pour protester contre l’austérité dans la Justice. À Bruxelles, plus de 600 personnes étaient présentes ; à Anvers, ils étaient une bonne centaine. Tous dénoncent les coupes budgétaires, l’empiétement du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire et la limitation de l’accès à la Justice.

La suite sur : http://solidaire.org/articles/action-des-magistrats-dans-tout-le-pays-ils-peuvent-chipoter-avec-les-chiffres-mais-nous

Face à la corruption du pouvoir politique, des juges espagnols entrent en dissidence

juin 24, 2014

par Nathalie Pédestarres

Conflits d’intérêts et collusions menacent l’indépendance de la justice, estiment des magistrats espagnols. Certains d’entre eux, qui s’intéressent de trop près à des affaires sensibles, se retrouvent victimes d’acharnement judiciaire ou sont écartés de leurs fonctions par le pouvoir politique. Une situation que dénoncent des avocats et juges. Solidaires des mouvements sociaux, ils participent également à la résistance contre des lois nationales jugées de plus en plus rétrogrades.

La suite sur : http://www.bastamag.net/Face-a-la-corruption-du-pouvoir

Le groupe de Tarnac : « L’antiterrorisme est un mode de gouvernement »

février 15, 2014

L’antiterrorisme est magique. Il a non seulement l’art de faire passer des chihuahuas pour des loups, mais en outre celui de faire taire toute protestation à son sujet. Deux lycéens de 15 et 16 ans dont on s’alarmait en janvier, entre compassion et surprise, qu’ils aient pris le chemin de la Syrie sont ainsi devenus à la fin du mois des « apprentis djihadistes » sous contrôle judiciaire. Et nul ne moufte. Deux gamins mis en examen pour « participation à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », deux gamins ramenés de Turquie par des proches et cueillis à leur retour par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) en guise de comité d’accueil. Tout est dans l’ordre, passons à la suite.

Lire la suite sur : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/02/14/a-droite-comme-a-gauche-l-antiterrorisme-est-un-mode-de-gouvernement_4366213_3232.html

Et aussi : http://michelcollon.info/Belges-en-Syrie-Ni-angelisme-ni.html?lang=fr

Sans suite ?

mai 29, 2013

Le mois dernier, le collège des procureurs généraux a révélé que 44% des dossiers de viols collectifs commis en Belgique entre 2009 et 2011 ont été classés sans suite.

Dans plus de la moitié des cas, ce classement a été décidé pour insuffisance de preuves, une insuffisance due entre autres à des facteurs budgétaires. En effet, les deux tiers des frottis effectués après un viol ne seraient pas analysés par souci d’économie ou sur décision du magistrat.

Le parquet général de Liège, qui est chargé d’enquêter sur ces classements sans suite, veut désormais savoir pourquoi certains magistrats refusent de procéder à des analyses ADN pour en identifier les auteurs.

En attendant de savoir, on ne peut s’empêcher de penser que ce mépris envers les victimes en dit long sur la tolérance de notre société envers les violences faites aux femmes…

(Source : Axelle – n°160 – juin 2013)

Le fait que la plupart des magistrats soient des hommes explique-t-il ces classements sans suite ?

Comment le patronat français cherche à museler les juges.

février 24, 2013

par Ivan Du Roy

Les magistrats sont dans le collimateur du patronat français. Les grands patrons dénoncent « l’insécurité juridique » qui plane sur leurs plans de réorganisation et leurs procédures de licenciements. Et souhaitent réduire le contrôle exercé par les prud’hommes sur leur gestion des ressources humaines. L’accord interprofessionnel signé le 11 janvier et la nouvelle loi sur l’emploi en préparation satisfait en partie leur revendication. Aux dépens des droits des salariés.

La suite à lire sur : http://www.bastamag.net/article2945.html

Tous en choeur :

En Espagne, les enfants « volés » veulent sortir du trou noir.

juin 30, 2012

Par Jean Ortiz et Marielle Nicolas  

Du début de la guerre civile espagnole aux années 1990 (après le retour à la démocratie), des milliers d’enfants de familles républicaines ont été soustraits à leurs parents dans les hôpitaux et maternités espagnols. La motivation était idéologique : il fallait les soustraire à la « perversion des rouges », les « rééduquer » dans l’esprit de la dictature. Au total, plusieurs dizaines de milliers d’enfants auraient ainsi été « volés ». Le 16 juin 2012 avait lieu à Madrid et Alicante les premières rencontres nationales des associations et collectifs de victimes de vol d’enfants pour tenter d’établir des analyses, des outils et des propositions communes à tous sur ce dossier.

La suite  à lire sur : http://blog.mondediplo.net/2012-06-29-En-Espagne-les-enfants-voles-veulent-sortir-du

Made in France.

décembre 21, 2011

De Hélène Marzolf  

En 2003, dans “Escadrons de la mort, l’école française”, Marie-Monique Robin racontait comment la France, à partir de la fin des années 50, fit profiter la junte argentine de ses méthodes de torture et de répression expérimentées en Indochine et en Algérie. Son film étant considéré comme pièce à conviction, la journaliste était citée à comparaître en février lors de procès contre des anciens tortionnaires. Nous l’avons accompagnée.

Le 7 février, devant le tribunal de Mendoza. Une haie de policiers armés de talkies-walkies est déployée au pied de l’escalier menant au bâtiment fédéral brun et ocre jaune. A côté des marches flotte une banderole à l’effigie des morts et disparus de la région. Dans cette province proche de la cordillère des Andes, l’Argentine purge sa mémoire. Ce jour-là, on juge dix-huit militaires et policiers qui travaillaient sous les ordres de Luciano Benjamín Menéndez, ex-responsable du troisième corps de l’armée, et l’un des généraux les plus sanguinaires de la dictature qui sévit de 1976 à 1983.

La suite à lire sur : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article123634