Posts Tagged ‘marin’

« La longue route » – Bernard Moitessier

octobre 11, 2018

Chemin de traverse : ne pas revenir

par Jean-Baptiste Bernard

Pendant sept mois, il a mené la course, loin devant les autres concurrents de cette première édition du Golden Globe. Avant de faire demi-tour à quelques semaines d’un retour triomphal en Europe, parce qu’il préférait continuer à arpenter les océans. Un magnifique bras d’honneur, signé du plus refuznik des marins, Bernard Moitessier. Hardi, moussaillon !

La suite sur : http://cqfd-journal.org/Chemins-de-traverse-Ne-pas-revenir

Publicités

Les damnés de la mer

mars 15, 2017

par Nicolas de la Casinière

Les ports étant superfliqués depuis le 11 septembre, les passagers clandestins seraient-ils en voie d’extinction ? Rien n’est moins sûr. Mais la mer est parfois chargée de leur disparition. Le profit des armateurs ne supporte pas les déperditions, même passagères.

La suite sur : http://cqfd-journal.org/Les-damnes-de-la-mer

Les 51 bons cons du porte-avions Ronald Reagan

janvier 31, 2014

par Fabrice Nicolino

Faut pas se moquer des malades et des cancéreux. Des dizaines de marins américains ont chopé de furieuses maladies pour être restés un mois sur l’eau, devant la centrale nucléaire de Fukushima.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article25085

Michel Tonnerre.

juillet 4, 2012

 

 

Le cuirassé Potemkine.

avril 27, 2009

ARTE – 23h30 – lundi 27/4    film de Sergeï Eisenstein avec  Alexander Antonow, Alexander Ljowschin, Grigori Alexandrow, Michail Gornorow, Wladimir Barskij

À (re)découvrir en version restaurée et non censurée, la révolte d’Odessa en 1905 telle qu’immortalisée par Eisenstein. Monumental, lyrique et toujours révolutionnaire !

En juin 1905, dans le port d’Odessa, les marins du cuirassé Potemkine, qui reviennent de la guerre du Japon, se mutinent, poussés à bout par la viande avariée des rations. Rejoints par une partie des officiers, ils jettent les autres par-dessus bord. La population de la ville, enthousiaste, se mobilise pour leur porter des vivres. Mais la répression tsariste est en marche…

Plus grand que nature
Commandé à Eisenstein par les autorités soviétiques pour le vingtième anniversaire de la révolution de 1905, ce film va devenir l’un de ses plus fameux chefs-d’oeuvre, l’un des plus censurés aussi, y compris dans son pays, pour être parvenu à exalter la révolte des humbles avec trop de puissance. Cette restauration lui restitue la splendeur des origines, avec un souffle révolutionnaire intact, notamment dans la séquence la plus célèbre de l’histoire du cinéma – le landau dévalant les escaliers du port tandis que la mère agonise lentement sous les balles tsaristes -, à découvrir ce soir dans son intégralité. Car outre un préambule écrit par Trotski, évidemment soigneusement supprimé par ses successeurs, et les sous-titres originaux, les restaurateurs, sous la direction d’Enno Palatas, ont exhumé des oubliettes de l’ex-URSS plusieurs plans coupés et restés jusque-là inconnus. À noter que lesdits escaliers sont en réalité tout petits, et que les massacres de civils qui ont suivi la mutinerie du Potemkine ont eu lieu ailleurs dans la ville. Mais c’est la version d’Eisenstein qui a triomphé dans l’imaginaire du monde entier, comme la prise du Palais d’hiver faussement spectaculaire par lui orchestrée dans Octobre.
Rediffusions :
17.05.2009 à 03:00
www.arte.tv

http://www.dailymotion.com/video/x4kx0n_cuirasse-pont_shortfilms

http://www.dailymotion.com/video/xkku7_jean-ferrat-potemkine-palmares-1966

 

Une absurdité!

mai 28, 2008

Plus de 7,3 millions de tonnes de poissons pêchés sont rejetés directement dans la mer, morts ou promis à une mort certaine.

Une absurdité qui concerne 8% du total des captures mondiales.

La prise de spécimens jeunes réduit les possibilités de captures futures.

La prise de spécimens matures nuit au renouvellement de l’écosystème marin, induisant une diminution immédiate de la biomasse reproductrice favorisant l’appauvrissement de la diversité marine.