Posts Tagged ‘mondialisation’

Sanofi : le scandale industriel que les médias cachent

juillet 3, 2020

Crise sanitaire : « Si nous n’en mangions pas, nous n’en serions pas là »

mai 9, 2020

Une opinion de Gil Bartholeyns, historien à l’université de Lille et romancier (Deux kilos deux est paru aux Éditions JC Lattès en 2019). Il codirige la revue Techniques&Culture. Gil Bartholeyns sera l’invité de Pascal Claude dans « Dans quel monde on vit » sur La Première, ce samedi, à 10h.

« Il est un lieu, le très paisible séjour d’un éternel printemps… » Jacques van de Walle, Heroica, 1656 (Naturae Domus, la maison de Nature)

La « covidisation » du monde n’est que la conséquence des violences faites à toutes les formes de vie. Cobra, civette masquée, paon bleu, fourmilier écailleux, renard volant… On se croirait dans un bestiaire fantastique. Mais il s’agit de la ménagerie des marchés humides que certains ont qualifié de « contre nature ». Nous connaissons mieux les fermes de cent mille poulets ou de mille cochons, mais les uns comme les autre sont des regroupements chimériques de haute dangerosité. Espèces, nombre, géographie : tout est sens dessus dessous. Nous n’avons jamais été aussi terriens, rendus à notre « première nature ».

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/crise-sanitaire-si-nous-n-en-mangions-pas-nous-n-en-serions-pas-la-5eb54e037b50a67d2e3287f5

Et : https://reporterre.net/Appel-des-soignants-la-plus-grande-menace-sur-notre-sante-est-le-rechauffement-climatique

Le choc du coronavirus révèle les failles du capitalisme mondial

avril 7, 2020

par Jo Cottenier

On compare souvent la lutte contre la pandémie de coronavirus à une guerre. Nous sommes effectivement confrontés à un défi titanesque. Mais, pour monter au front, on a tout intérêt à être alerte, résistant et bien reposé plutôt que déjà à bout de forces. Notre système de santé occidental subit depuis des décennies des vagues de restrictions budgétaires et de privatisations. Notre économie était quant à elle déjà mal en point lorsqu’elle a été frappée de plein fouet par cette crise imprévue. Après celle de 2008, nous devons tirer de vraies conclusions de cette crise du coronavirus et opérer un changement de système radical. Il en va de notre santé, de notre avenir social et du climat.

La suite sur : https://www.solidaire.org/articles/le-choc-du-coronavirus-revele-les-failles-du-capitalisme-mondial

 » par cette crise imprévue. » Imprévue, vraiment, après le VIH, Ebola, H1N1, MERS, SRAS, … qui pouvait encore croire qu’une telle pandémie ne surviendrait pas ?

Et le jour d’après ? Pour un « CoronaReset »

mars 27, 2020

De la part d’un groupe de citoyens issu de la société civile et de la sphère culturelle, de citoyens actifs dans une volonté de changer ce monde pour que ce saut de paradigme tant espéré voie le jour, pour qu’après cette crise sanitaire mondiale, on ne nous resserve pas la même soupe, devenue imbuvable.

Mesdames et messieurs les dirigeants et tous ceux qui ont du pouvoir dans ce monde, chères citoyennes et chers citoyens,

Croyez-vous vraiment que nous vivrons comme avant, le jour d’après ? Croyez-vous vraiment que nous accepterons encore d’être ces serviles citoyens suiveurs d’un monde où l’on nous a vendu une croissance soi-disant infinie comme modèle de société, avec le capitalisme financier comme adjudant, la consommation et les plaisirs immédiats comme corollaires ? Du pain et des jeux en somme. Vieux comme l’histoire !

La suite sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfoqjsCyADoUW90FOlzO94Jz7lbVItrNhkVRzoUlTfPYLvb7Q/viewform?fbzx=4902239938788989586

Non, le coronavirus n’est pas notre Décroissance : http://www.projet-decroissance.net/?p=2637

Coronavirus : Vers une stratégie du choc ? 3 questions à Ludo De Witte

mars 24, 2020

par Michel Collon

Dans son livre, Quand le dernier arbre aura été abattu, nous mangerons notre argent, Ludo De Witte montre que pour survivre, l’espèce humaine devra changer de système. Que nous apprend le coronavirus sur la mondialisation, le Pharma Business et qui va payer la facture ?

Nous lui avons demandé son avis sur la pandémie qui nous frappe .

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/coronavirus-vers-une-strategie-du-choc-3-questions-a-ludo-de-witte/

https://www.legrandsoir.info/comment-l-elite-mondiale-va-tenter-d-exploiter-la-pandemie-vice.html

Isabelle Stengers: faire commun face au désastre

mars 16, 2020

Remettons l’économie à sa place

février 23, 2020

par Renaud Duterme

Échec dans la lutte contre le réchauffement climatique, dégradation des écosystèmes, incapacité à résorber la pauvreté, creusement des inégalités, sous-financement des soins de santé et de l’enseignement, insuffisance de personnel dans les secteurs liés à l’aide à la personne, pression sur les travailleurs, toute puissance de l’industrie agroalimentaire, impossibilité pour nombre de personnes de se loger décemment à un prix acceptable, coupes dans les budgets alloués à la culture et aux services publics, incapacité à remettre en cause le remboursement de la dette, mainmise des forces du marché sur les pouvoirs élus : tous ces problèmes auxquels font face nos sociétés (et la liste n’est pas exhaustive), ont une cause commune : l’emprise de l’économie sur la société. Mise en évidence par Karl Polanyi dans son œuvre majeure [1], cette caractéristique est ce qui singularise le capitalisme au moins autant que l’accumulation de profit sans limites et la concurrence. Or, et comme il l’avait déjà dénoncé, cette marchandisation de tout ce qui peut l’être ne peut conduire qu’à des catastrophes. Catastrophe dont, en son temps, la montée des fascismes et la seconde guerre mondiale furent parmi les plus terribles exemples. Les mises en garde de Polanyi sont d’une criante actualité et il est clair que le XXIe siècle ne saura échapper à des vagues de barbarie si l’économie n’est pas remise à sa place, à savoir réencastrée au service de la société, et non l’inverse.

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/remettons-leconomie-a-sa-place/

Comment le coronavirus pointe la fragilité de nos sociétés néolibérales

février 18, 2020

Une opinion de Philippe Lamberts et d’Olivier De Schutter, respectivement coprésident du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen et professeur ordinnaire à l’UCLouvain.

L’épidémie actuelle éclaire un paradoxe : plus nos sociétés modernes tendent vers « l’efficacité » économique, plus elles sont vulnérables à des chocs systémiques. Diversifions-les et relocalisons-les pour les rendre plus résistantes.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/comment-le-coronavirus-pointe-la-fragilite-de-nos-societes-neoliberales-5e4ac6e6d8ad58685c1fe79f

Fini d’être docile au capitalisme

octobre 4, 2019

Entretien avec Willy Pelletier autour du « Manuel indocile des sciences sociales » qui vient de paraître aux éditions La Découverte. Ce livre alimente en indocilités, ravitaille en savoir résistant. Sans jargon, ni dogme, ni abstraction, il fournit 1 000 arguments contre les fausses évidences partout répétées qui célèbrent le marché libéré, la mondialisation telle qu’elle est (soi disant heureuse), les chefs de toutes sortes, la bonne « santé » des démocraties (trop faiblement démocratiques).

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article42247

20 ans après le démontage du « McDo » de Millau, un protagoniste raconte : « L’Histoire nous donne raison »

août 13, 2019

par Delphine Evenou, Louis-Valentin Lopez

Léon Maillé fait partie, avec José Bové, des quatre militants interpellés puis écroués après le démontage du MacDonald’s de Millau. Et 20 ans après le paysan du Larzac est formel : le combat pour un « autre monde » reste d’actualité.

La suite sur : https://www.franceinter.fr/20-ans-apres-le-demontage-du-mcdo-de-millau-un-protagoniste-raconte-l-histoire-nous-donne-raison