Posts Tagged ‘mort’

Grup Yorum : Ibrahim Gökçek n’a pas survécu à sa grève de la faim

mai 8, 2020

Ibrahim Gökçek, le bassiste de Grup Yorum, est mort ce jeudi à l’hôpital, après 323 jours de grève de la faim. Il avait suspendu son jeûne deux jours plus tôt.

Mardi, les nouvelles laissaient encore un peu d’espoir. Un communiqué du groupe de musique révolutionnaire turc annonçait la suspension provisoire du « jeûne de la mort » du bassiste Ibrahim Gökçek. Le gouvernement turc avait accepté de recevoir une délégation composée d’artistes, de députés de l’opposition et d’organisations de défense des droits humains, qui ont également déposé une demande d’autorisation de concert. « Notre résistance a remporté une victoire politique. […] Nous espérons que notre demande de concert aboutira à une conclusion positive », écrivait alors le groupe.

La suite sur : https://www.politis.fr/articles/2020/05/grup-yorum-ibrahim-gokcek-na-pas-survecu-a-sa-greve-de-la-faim-41849/

Le cadavre du musicien de Grup Yorum, Ibrahim Gokçek, enlevé par la police : https://kurdistan-au-feminin.fr/2020/05/08/turquie-le-cadavre-du-musicien-de-grup-yorum-ibrahim-gokcek-enleve-par-la-police/

Barbarie israélienne

avril 22, 2020

Le 21 avril, entre 21 heures et 22 heures, Nour Jaber Al-Barghouti, 23 ans, du village de Aboud, près de Ramallah a fait une crise cardiaque. Malgré les appels à l’aide de la part de ses codétenus dans la prison du Naqab (Néguev), l’administration pénitentiaire a tardé à intervenir. Ceci a rendu plus difficile sa réanimation.

La suite sur : http://www.france-palestine.org/Nour-Jaber-23-ans-palestinien-mort-dans-les-prisons-israeliennes-38208

Bergame, le massacre que le patronat n’a pas voulu éviter

avril 21, 2020

par Alba Sideta

Le secteur de l’Italie le plus ravagé par le COVID 19 est un grand pôle industriel. Il n’a jamais été déclaré zone rouge du fait des pressions des entrepreneurs. Le coût en vies humaines a été catastrophique.

La suite sur : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28658

Covid 19 : crimes et profits du patronat italien

André Comte-Sponville sur le confinement: « Sacrifier les jeunes à la santé des vieux, c’est une aberration »

avril 19, 2020

Souvent, en temps de crise, les libertés individuelles sont mises sous pression. L’argument sécuritaire a été largement mis en avant pendant les attentats terroristes. Actuellement, c’est l’argument sanitaire qui prend le dessus. De prime abord, difficile de contrecarrer quelque-chose qui a pour but de sauver des vies. Et pourtant, on peut poser la question. Certains remettent en question ce confinement, pendant que d’autres n’imaginent pas pouvoir en sortir avant des mois. Voire militent pour des mesures plus strictes. Alors, est-ce que l’argument sanitaire doit l’emporter sur les libertés individuelles ?

La suite sur : https://www.lalibre.be/international/europe/coronavirus-pour-andre-comte-sponville-sacrifier-les-jeunes-a-la-sante-des-vieux-c-est-une-aberration-5e9c21f4d8ad58632c7400d0?cx_testId=1&cx_testVariant=cx_1&cx_artPos=2#cxrecs_s

Monsieur Comte-Sponville, au temps de la pandémie, nos parents, nos vieux, sont notre honte à jamais

Une opinion de Sébastien Boussois, chercheur en sciences politiques associé à l’ULB.

Le philosophe André Comte-Sponville, 68 ans déjà, se livrait récemment dans un entretien en regrettant le scandaleux retour en grâce de la science et l’obsession de nos sociétés à faire de la santé une valeur suprême au détriment de notre liberté. Éternel débat il est vrai de savoir si la médecine peut être toute puissante et faire de la santé un moyen d’accéder au bonheur ou une fin en soi.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/monsieur-comte-sponville-au-temps-de-la-pandemie-nos-parents-nos-vieux-sont-notre-honte-a-jamais-5ea152a47b50a64f9cf06a3a

https://www.lalibre.be/international/europe/la-moitie-des-personnes-mortes-du-covid-19-se-trouvaient-en-maisons-de-repos-une-tragedie-5ea1b69b9978e21833c1ce1a

« Je suis brisée. Ces patients sont comme des parents pour nous. C’est atroce. « 

avril 18, 2020

“Je suis marquée à vie” raconte Léa, infirmière dans un Ehpad

Léa a 30 ans. Elle est infirmière dans un Ehpad en Alsace. En trois semaines, neuf résidents sont décédés du covid19 dans l’établissement. Sans qu’elle ne puisse faire autre chose que leur tenir la main et les oxygéner. Aujourd’hui Léa témoigne de ce qu’est devenu son quotidien. Un enfer blanc.

La suite sur : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/temoignage-coronavirus-je-suis-marquee-vie-raconte-lea-infirmiere-ehpad-1815822.html

« Je ne vous pardonnerai pas »

avril 14, 2020

« Comment osons-nous pousser des caddies et abandonner nos morts ? »

Julie a perdu sa mère en quelques jours. Après avoir contracté les premiers symptômes du Covid-19, Danielle a été hospitalisée, et à partir de ce moment, dans une violence inouïe et habillée de droit, son corps ne lui appartenait plus.

La suite sur : https://lundi.am/Je-ne-vous-pardonnerai-pas

https://www.bastamag.net/Covid-Rite-funeraire-mettre-les-morts-dans-des-sacs-plastiques

Strasbourg : Silence, on meurt.

avril 7, 2020

Strasbourg : Silence, on meurt.

Comment vivre sans espérance d’avenir ?

mars 10, 2020

Quelles belles personnes, que d’émotion.

« Green Blood » : un collectif de journalistes bataille contre l’industrie minière

mars 1, 2020

par Elisabeth Schneiter

« Green Blood », une mini série diffusée le 1er mars sur France 5, accompagne le collectif « Forbidden Stories » : des journalistes qui continuent les enquêtes de reporters menacés ou tués parce qu’ils informaient sur les pratiques criminelles de l’industrie minière en Inde, au Guatemala et en Tanzanie.

La suite sur : https://reporterre.net/A-LA-TELE-Green-Blood-un-collectif-de-journalistes-bataille-contre-l-industrie-miniere

Mort de Rémi Fraisse : « Quand la justice ne souhaite pas faire l’enquête, il est logique qu’elle aboutisse à un non-lieu »

janvier 10, 2020

par Grégoire Souchay

Jeudi 9 janvier, la cour d’appel de Toulouse a confirmé le non-lieu dans l’affaire Rémi Fraisse. Cette décision ne permet toujours pas de répondre aux nombreuses questions entourant la mort du jeune homme à Sivens en 2014. Les avocats de la famille ont annoncé un pourvoi en cassation et un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme.

La suite sur : https://reporterre.net/Mort-de-Remi-Fraisse-Quand-la-justice-ne-souhaite-pas-faire-l-enquete-il-est-logique-qu-elle-aboutisse-a-un-non-lieu