Posts Tagged ‘nitrates’

Nitrates : l’usine nucléaire de La Hague pollue plus qu’une mégaporcherie

novembre 12, 2021

Par Gaspard d’Allens

La filière nucléaire dégage des déchets radioactifs, mais aussi des substances polluantes telles que le nitrate. Une association compare le site de retraitement de La Hague à une mégaporcherie industrielle.

Qui a dit que le nucléaire était une énergie propre ? Selon l’association Robin des bois, l’usine de retraitement de déchets radioactifs de La Hague, en Normandie, polluerait autant qu’une porcherie industrielle de 100 000 porcs. Chaque année, elle rejette 2 000 tonnes de nitrates directement dans la Manche. Ces substances chimiques sont issues de l’acide nitrique utilisé pour dissoudre les combustibles irradiés et pour séparer le plutonium, l’uranium et les produits de fission.

La suite sur : https://reporterre.net/Nitrates-l-usine-nucleaire-de-La-Hague-pollue-plus-qu-une-megaporcherie

Algues vertes, le littoral empoisonné

juin 6, 2021

L’agriculture industrielle détruit tout.

Nitrites : le lobby de la charcuterie industrielle tente de nous bâillonner

novembre 24, 2020

Face à la pression pour interdire les additifs à base de nitrites et nitrates dans l’alimentation, la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT) – dont Herta (Nestlé), Cochonou, Madrange, Fleury-Michon et beaucoup d’autres font partie – vient de faire le choix du pire : le déni et une attaque contre Yuka par voie d’avocat, et donc contre foodwatch et la Ligue contre le cancer, pour tenter de faire retirer notre pétition commune. Cette tentative d’intimidation, que nous révélons au grand jour, prouve une fois de plus que seule une loi qui dicte des règles claires pour tous les fabricants pourra protéger la santé de toutes et tous. Rappelons en effet que les nitrites et nitrates ajoutés dans notre alimentation favorisent l’apparition de certains cancers, évitables. Les lobbies des charcutiers traiteurs ne nous feront pas taire.

La suite sur : https://www.foodwatch.org/fr/actualites/2020/nitrites-le-lobby-de-la-charcuterie-industrielle-tente-de-nous-baillonner/

En 2018, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a avancé le chiffre effrayant de 4 400 nouveaux cas de cancer par an (estomac et colon) liés à la consommation de viande transformée – et donc à l’usage des additifs nitrés, qui pourraient être évités en France.

https://reporterre.net/Dure-bataille-pour-liberer-la-charcuterie-des-nitrites-cancerigenes

Belgique : pollution des eaux. Encore trois mois de délai alors que la première mise en demeure date de 2014, avant une « possible » (!) saisine de la Cour de Justice de l’UE ! !

juillet 3, 2020

Dernier avertissement de l’Europe à la Belgique sur la pollution de ses eaux

La Commission européenne a demandé « instamment » jeudi à la Belgique de se conformer à la directive sur les nitrates pour protéger ses eaux de surface et souterraines contre la pollution de source agricole, lui laissant encore trois mois avant une possible saisine de la Cour de Justice de l’Union européenne.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/dernier-avertissement-de-l-europe-a-la-belgique-sur-la-pollution-de-ses-eaux/article-news-1307175.html

Plus on pollue l’eau, moins on est taxé

février 11, 2015

par Odile Plichon

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes s’étonne qu’industriels et agriculteurs soient de plus en plus exonérés du principe du pollueur-payeur. C’est un rapport plus vitriolé qu’à l’eau de rose que la Cour des comptes s’apprête à dévoiler. Lors de la présentation de son apport public annuel, cet organisme de contrôle a en effet décidé de concentrer une partie de ses remarques sur un sujet majeur : la politique de l’eau en France.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article27870

http://www.eauxglacees.com/Le-ministere-de-l-Ecologie-refute

pas d’eau, pas d’eau, pas d’eau !

septembre 12, 2014

Du lisier partout, des engrais partout : l’agriculteur productiviste ne lésine pas, on le sait. Du coup, une fois de plus, comme en janvier 2013, la Cour de Justice de l’Union Européenne vient de condamner la France pour non-respect de la directive sur les nitrates et les pollutions d’origine agricoles.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article26766

Les agriculteurs pollueurs sont de sortie

septembre 7, 2014

par Marc Laimé

Manuel Valls enterre la directive nitrates

Le Premier ministre, qui effectuait son premier déplacement agricole en Gironde le samedi 6 septembre 2014, a assuré face aux agriculteurs, selon une dépêche AFP, « oeuvrer pour une remise à plat de la réglementation à Bruxelles… ». Surprenante déclaration, et sur le fond et dans la forme, quand on se souvient comment un certain Montebourg était cloué au pilori quand il s’attaquait à Bruxelles.

La suite sur : http://www.eauxglacees.com/Manuel-Valls-enterre-la-directive

Un tour de cochon

janvier 1, 2014

Les éleveurs de porcs pourront désormais plus facilement créer ou agrandir leurs porcheries, au grand dam des défenseurs de l’environnement.

La suite à lire sur : http://www.ouest-france.fr/agriculture-lextension-des-porcheries-facilite-1827853

Touche pas à mes nitrates !

décembre 3, 2012

« Cette pétition doit être signée par le plus grand nombre pour amener le gouvernement à plus de raison, quitte à passer par un débat à l’Assemblée Nationale ou au Sénat sur le sujet. L’objectif est de réunir 10 000 signatures avant le 15 décembre prochain ».La FNSEA, principal syndicat agricole et chantre du productivisme est sur le sentier de la guerre.

Il y a quinze jours, ses chefs, réunis en conseil d’administration autour de leur grand manitou, Xavier Beulin, ont sorti les fourches contre « un monstre administratif qui menace l’agriculture » : la directive Nitrates. Pour protéger des nitrates les nappes phréatiques et les rivières, l’Europe avait décidé, il y a vingt et un ans, de réglementer les épandages de lisier de cochon, de fientes de poulet et autres engrais chimiques dont raffole l’agriculture intensive. À charge pour chaque État membre de recenser les « zones vulnérables », là où la concentration de nitrates dans l’eau explose les compteurs (plus de 50 milligrammes par litre) et là ou les algues vertes nourries à l’azote prolifèrent, d’y prendre dare-dare des mesures pour réduire la pollution et de rendre compte des progrès tous les trois ans à la Commission Européenne.

Depuis cette date, sous la pression de la FNSEA, la France fait sa tête de cochon, au point que Bruxelles, après s’être fâché moult fois, l’a traînée le 27 février devant la Cour de Justice de l’Union Européenne. Verdict attendu au premier semestre 2013, avec à la clé, probablement, une amende maousse. Pour limiter la casse, Paris s’est décidé à appliquer enfin la fameuse directive. En clair, étendre les zones vulnérables et serrer la vis sur les périodes et les conditions d’épandage. Ce qui a indigné le très écolo patron de la FNSEA : « La peur des contentieux européens amène les pouvoirs publics à étendre sans fondement scientifique les zones vulnérables », dénonce le compte-rendu du dernier conseil d’administration du syndicat. Et Beulin d’exiger du gouvernement « un moratoire sur l’extension des zones vulnérables dans l’attente d’une vraie étude scientifique », mais aussi « un plan en faveur de la compétitivité de l’élevage français ».

 

C’est vrai qu’en France on manque de porcheries et de poulaillers industriels ! On sait déjà ce que Xavier Beulin nous a commandé pour Noël 2013 : des nitrates plein la flotte et une grosse amende !

Le Canard Enchaîné N° 4805 du 28 novembre 2012

 

 

Manger moins de viande et la choisir bio, bon pour notre santé et l’environnement.  A nous de ne pas faire le choix de l’agriculture et de l’élevage industriels.

Algues vertes en Bretagne : carton rouge à l’agriculture intensive.

juin 5, 2012

Alors que débute la triste saison de prolifération des algues vertes sur les plages bretonnes, l’UFC-Que Choisir réagit à la récente publication d’un rapport officiel [1] épinglant les agriculteurs comme étant responsable de ces marées vertes et demande aux pouvoirs publics nationaux et européens des mesures ambitieuses pour juguler ce fléau environnemental et économique.

Après l’avoir gardé sous le boisseau pendant deux mois, les Ministères de l’Environnement et de l’Agriculture viennent de publier en catimini un rapport accablant sur les responsabilités de l’agriculture intensive dans le développement des algues vertes en Bretagne. Commandité par l’État suite aux contestations des professionnels agricoles d’une précédente publication de l’Ifremer les mettant en cause, ce nouveau rapport enfonce le clou. Ainsi, contrairement à ce que prétendent les tenants de l’agriculture intensive, ce ne sont ni les évolutions du climat ni de nouvelles espèces invasives qui expliquent les proliférations d’algues vertes, car celles-ci sont bel et bien dues à la présence massive d’azote et de phosphore dans l’eau de mer.   

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article20151