Posts Tagged ‘novlangue’

Un Monty Python contre « la guerre au terrorisme » Hommage à Terry Jones

janvier 22, 2020

par Damien-Guillaume et Marie-Blanche Audollent

Au début des années 2000, à l’heure où grands médias et dirigeants socialistes nous invitaient à nous rallier au « blairisme », Terry Jones consacra un brulôt à la Croisade américaine contre « le terrorisme » qui constitua, à nos yeux, une formidable alternative : un « autre modèle anglais », « notre modèle anglais à nous ». Ce livre fut en effet exemplaire à plus d’un titre : composé de chroniques courtes et d’une lecture aisée, il proposait une analyse de la novlangue « bushienne », aussi minutieuse que celle d’un Viktor Klemperer [1] ou d’un George Orwell [2], avec en prime la verve comique des Monty Python – dont Terry Jones fut l’un des fondateurs et des principaux animateurs. Ce qui était remarquable, surtout, et difficilement imaginable au pays de Philippe Val [3], c’est qu’un « amuseur public » délaisse les salles de spectacle ou les plateaux de télévision pour passer à l’écrit et aborder des sujets graves sans pour autant perdre son humour, sans devenir sinistre et pontifiant – et sans virer « vieux con » élitiste, réactionnaire, pro-américain, anti-arabe et islamophobe… Il est bien là, le « miracle anglais » : un petit livre intelligent, radical, féroce, drôle, et – si le mot a encore un sens – de gauche. Le texte qui suit est une présentation de ce beau livre, rédigée par Damien-Guillaume et Marie-Blanche Audollent, traducteurs de Ma guerre contre la « guerre au terrorisme » [4]. Nous la republions aujourd’hui en hommage à Terry Jones, qui vient de disparaître.

La suite sur : http://lmsi.net/Un-Monty-Python-contre-la-guerre-au-terrorisme

Les conséquences désastreuses de la novlangue

octobre 6, 2019

par Vanhoolandt David, Ben Merieme Mohamed. Philosophes

Toute langue est éminemment politique. Bien loin de nous servir en effet qu’à la seule communication, la langue médiatise ou forme, avant tout, le rapport que chacun d’entre nous entretien non seulement avec lui-même, mais aussi avec les autres, les choses, le Monde.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/les-consequences-desastreuses-de-la-novlangue/article-opinion-1199511.html

La prophétie de Georges Orwell se trouve réalisée

septembre 5, 2019

L’injonction au courage

avril 18, 2018

par Julien Chanet

Le refrain est connu : nos pays, baignés dans l’illusion des Trente Glorieuses, doivent faire un retour « douloureux mais nécessaire » à la réalité. Ce discours de la nécessité est très répandu : respect des 3 % de déficit, remboursement de la dette, ouverture à la concurrence, équilibre financier, etc. Mais qu’en est-il de la douleur ? Comment la justifier ? Toute la perversité d’un pouvoir, aligné en outre sur l’agenda du capital, se loge là — et elle est sans limite : elle donne au caractère vertueux du courage le sens de l’abattement et de l’inaction. En somme, plus les réformes sont dures socialement, plus nous serions courageux d’accepter leur nécessité. Cette équation est une ritournelle médiatique d’autant plus redoutable qu’elle se base sur un certain bon sens populaire. À l’heure des mobilisations contre les réformes du gouvernement Philippe et forts de l’expérience de ces dernières années (grecque, notamment), levons à nouveau le voile sur ces faux appels au courage.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/linjonction-au-courage/

La langue des maîtres et sa fabrique

août 29, 2015

par Pierre Tévanian, Sylvie Tissot  

Après plus de dix ans de travail critique au sein du collectif Les mots sont importants, si l’on doit caractériser à grand traits la langue des maîtres, on peut dire qu’elle repose sur une logique binaire au fond très ancienne, déjà à l’œuvre dans la novlangue totalitaire ou coloniale décrite par Orwell : euphémisation de la violence des dominants (État, patronat, pression sociale masculiniste, hétérosexiste et blanco-centriste), et hyperbolisation de la violence des dominé-e-s…

La suite sur : http://lmsi.net/La-langue-des-maitres-et-sa

Fascisme 2.0 : Une mise à jour de votre logiciel démocratique est en cours, veuillez patienter. Une version 2.0 plus puissante et moins gourmande en ressources policières

février 23, 2014

Le contrôle des individus dans une société dictatoriale réclamait jusque là des exécutions de masse, de nombreuses arrestations, tortures, enlèvements. Avec le fascisme 2.0 cette brutalité massive est devenue terriblement dépassée. Grâce au contrôle mental des individus, plus souple et assumé par les individus eux-mêmes, le fascisme 2.0 est incroyablement plus efficace que l’ancien. Voici en exclusivité les améliorations et les nouvelles fonctionnalités du fascisme 2.0 avant son déploiement imminent chez vous.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article25270

Petit cours de novlangue

janvier 9, 2014

par Pr NIC

Prendre le train des réformes, créer du lien social, définir de nouveaux projets de relance de la croissance en synergie avec les partenaires sociaux et en privilégiant le dialogue social aux blocages et aux prises en otages inacceptables de la part d’une frange toujours plus radicalisée de l’ultra gauche, etc. Mais quel est ce langage qui envahit tous les esprits et les médias ? Le vocabulaire est le véhicule de la pensée, celui qui maîtrise les mots maîtrise le raisonnement. Supprimer du vocabulaire des mots qui permettent de critiquer le système en place permet de supprimer la contestation. (Le rêve de tous les gouvernants comme de ceux qui ont le pouvoir.)

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24933

Bio-carburants ou agro-carburants, de toute façon une belle saloperie

octobre 4, 2013

par Camille martin

La décision de changer le terme de « biocarburant » en « agrocarburant » a été invalidée dans le circuit parlementaire. Finalement, il faut officiellement redire « biocarburant ». Bon. On aura beau se le répéter mille fois, « biocarburant, biocarburant, biocarburant »… on aura toujours du mal à y croire.

En mai dernier, l’Assemblée nationale avait adopté à l’unanimité un amendement porté par le député Philippe Plisson, rapporteur au nom de la commission du Développement durable de la loi d’adaptation au Droit de l’Union européenne dans le domaine du développement durable : cet amendement concernant la dénomination des carburants d’origine agricole remplaçait dans les textes officiels le terme « biocarburants » par celui d’ »agrocarburants ». Les défenseurs de ce changement sémantique soutenaient que l’appellation « biocarburants » peut prêter à confusion puisqu’elle fait fi, non seulement des intrants et des produits phytosanitaires utilisés pour la culture des plantes destinées à la production de carburants, mais aussi de la captation par cette culture de terres arables au détriment de la production de denrées agricoles.

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24123

La novlangue a encore de beaux jours devant elle !

Insécurité : inventer de nouveaux mots pour faire bander les beaufs.

août 31, 2013

Il est important de mettre des mots sur les craintes d’une population en proie au sentiment d’insécurité, parce que le simple énoncé d’un diagnostic lui procure le sentiment d’être mise en sécurité.

À peine le mal est-il identifié, qu’un remède est prescrit. Qu’importe l’effet placebo sur un malade imaginaire, la thérapie passe par le verbe : il faut savoir que le sentiment d’insécurité est inversement proportionnel au risque véritable de se trouver en insécurité. Ce qui est tout de même la preuve d’un discours très efficace.

Lire la suite sur : http://www.lekiosqueauxcanards.com/beaufs-et-insecurite

« L’agriculture écologiquement intensive » ! Avec pesticides et OGM

août 30, 2013

par Fabrice Nicolino

Cet article a paru dans Charlie Hebdo le 21 août 2013

Quatre ministres viennent de réclamer une accélération de la « transition écologique », et parmi eux, Le Foll, censé s’occuper d’agriculture. Le blème, c’est que Le Foll a une idée très personnelle du sujet. On a beau savoir que le faux et la novlangue ont partout triomphé, on reste béat d’admiration. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, est désormais un partisan de l’agroécologie et de l’ « agriculture écologiquement intensive » ou AEI pour les intimes. La grande farce est née pendant le Grenelle de l’environnement, à l’automne 2008. Sarkozy avait alors décidé de faire un show à l’américaine, jurant que la France se lançait dans une vaste « révolution écologique ». Qui s’en souvient ? Personne.

Lire la suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article23820