Posts Tagged ‘palme’

Mangez-vous la forêt amazonienne ?

avril 27, 2009

Un ami rencontré récemment, m’a fait découvrir le blog de Nature Rights, un projet de l’entreprise Patagonia. Ce projet consiste à proposer aux citoyens du monde d’investir dans des « titres de préservation » de la forêt amazonienne.

Plus importants peut-être que ces titres, est la vidéo qui accompagne cette page. Elle montre en quelques minutes comment l’incroyable beauté et diversité de cette forêt est détruite, principalement par la culture du soja (souvent transgénique), qui vient alimenter en grande partie notre bétail. Ainsi, souvent, sans en avoir conscience, nous mangeons avec un bon steak une part non négligeable de la forêt amazonienne.

Voir la vidéo : http://www.naturavox.fr/Mangez-vous-la-foret-amazonienne.html

Le mensonge vert.

avril 7, 2009

ARTE – 23h15 – mardi 7/4     documentaire de Inge Altemeyer et Reinhard Hornung

Comment la production de biocarburants contribue à réduire les surfaces consacrées aux cultures vivrières.

En Indonésie, la forêt pluviale est rasée pour faire place à la production d’huile de palme. Tandis que l’huile exportée vers l’Europe rapporte de substantiels bénéfices aux producteurs, les populations expropriées sans dédommagement sont contraintes de mendier leur nourriture. En Inde, le programme de biocarburants lancé par Mercedes Benz (et subventionné par des fonds européens) repose sur le jatropha, une plante oléagineuse qui pousse sur des terrains semi-arides et n’entre donc pas en concurrence avec des cultures vivrières. Mais le jatropha est toxique pour l’homme et les animaux…

Rediffusions :
09.04.2009 à 10:35
17.04.2009 à 10:40
www.arte.tv

 

L’indonésie détruit ses forêts pour remplir les pompes du Nord.

octobre 6, 2008

Le pays compte déjà 7,3 millions d’hectares de palmiers à huile soit deux fois la superficie des Pays-Bas. Témoignage.

L’Indonésie est le premier producteur mondial d’huile de palme. Pour répondre à l’énorme demande des firmes étrangères, américaines ou européennes qui utilisent l’huile de palme comme agrocarburant, le gouvernement déforeste à grande échelle. Ginting Tongena, membre des Amis de la Terre en Indonésie, témoigne.

« En Indonésie, l’huile de palme était utilisée pour l’alimentation humaine, pour la fabrication de cosmétiques pour l’alimentation animale. Désormais, elle l’est aussi pour les agrocarburants. Il ya une énorme demande, une énorme pression pour la production d’huile de palme à destination des pays du Nord. Le gouvernement prévoit que la production devrait doubler dans les vingt prochaines années.

Aujourd’hui, l’Indonésie est le plus gros producteur mondial. Aec la Malaisie, elle fournit 90% du marché mondial.

7,3 millions d’hectares sont déjà consacrés à la production d’huile de palme pour les carburants. Et le gouvernement en a d’ores et déjà alloué 20 millions supplémentaires – soit la surface de l’Angleterre, de la Suisse et des Pays-Bas réunis-, pour que ces cultures puissent se développer encore.

Ce qui signifie que la déforestation déja très importante, et la pollution des sols et des eaux va s’accroître encore. Or l’Indonésie est déjà le le troisième contributeur en gaz à effet de serre derrière les Etats-Unis et la Chine, non pas à cause des transports, mais à cause du relargage entraîné par la déforestation.

La déforestation est une catastrophe en matière de biodiversité. Elle aboutit à la disparition des habitats naturels d’espèces déjà menacées comme les tigres ou les orang-outangs.

L’impact sur les populations est déastreux. En Indonésie, 60% à 90% de la population dépend de la forêt. Ils en tirent des matériaux de construction, des plantes médicinales, des denrées alimentaires et des sources de revenus. La déforestation les laisse sans moyens de subsistance et coupés de leur mode de vie traditionnel.

On leur a fait miroiter les emplois liés au développement des agrocarburants mais en fait ces cultures en créent peu et ce sont surtout des emplois précaires, avec peu de technologie. »

http://www.liberation.fr/terre/0101120159-l-indonesie-detruit-ses-forets-pour-remplir-les-pompes-du-nord

Agrocarburants, environnement et souveraineté alimentaire.

août 20, 2008

Agrocarburants : les banques françaises financent une fausse solution selon une organisation écologique

Les Amis de la Terre viennent de publier un nouveau rapport sur le financement européen des agrocarburants en Amérique latine qui révèle l’implication des plus grandes banques françaises, avec BNP Paribas en tête, la Société Générale, le Crédit Agricole, Natixis et Banque Populaire parmi les sources de financement.

Les Amis de la Terre demandent aux banques françaises impliquées de cesser immédiatement leur participation à l’expansion rapide des agrocarburants, qui aggravent la déforestation à grande échelle et les conflits sociaux, menacent la souveraineté alimentaire .

Alors que, selon les Nations Unies et la Banque mondiale, plus de 100 millions de personnes font actuellement face à une famine aigüe à cause de la hausse des prix des denrées alimentaires, les agrocarburants sont de plus en plus accusés de participer à cette crise et même de l’aggraver. Le rapport « Le financement européen de la production d’agrocarburants en Amérique latine » publié aujourd’hui par Les Amis de la Terre met en évidence les milliards d’euros d’investissements réalisés par les plus grandes banques européennes telles que HSBC, BNP Paribas, Barclays ou UBS, dans la production et le commerce de sucre de canne, de fèves de soja et d’huile de palme en Amérique latine.

Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêts aux Amis de la Terre, explique : « Les agrocarburants d’Amérique latine sont de plus en plus importés en Europe. Leur production à grande échelle dans des pays comme le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et la Colombie est extrêmement controversée car elle mène à la destruction de l’Amazonie et d’autres écosystèmes précieux, ainsi qu’à la contamination d’eau potable. Les plantations géantes mènent également à la violation des droits humains des paysans locaux qui travaillent dans des conditions allant jusqu’à des formes d’esclavage moderne au Brésil ».

« Toutes les grandes banques européennes ont investi des milliards d’euros ces dernières années dans les entreprises lucratives de production d’agrocarburants comme Cargill, Bunge, ADM, Cosan et Brasil Ecodiesel. Plusieurs de ces entreprises ont été impliquées et condamnées pour leurs activités illégales en Amérique latine [2] « , dénonce Sébastien Godinot, coordonnateur des campagnes aux Amis de la Terre.

On retrouve parmi ces investisseurs les grandes banques françaises telles que BNP Paribas, la Société Générale, le Crédit Agricole, Natixis, la Banque Populaire ou encore AXA qui sont chacune impliquées financièrement dans trois ce ces compagnies de production, et même dans cinq pour BNP Paribas. Yann Louvel, chargé de campagne Finance privée aux Amis de la Terre, demande : « Les agrocarburants constituent un business en plein boom dans lequel les banques françaises ont largement investi alors que des millions de personnes souffrent de la famine et que la destruction de l’environnement se poursuit. Les banques doivent immédiatement stopper leurs investissements dans ce secteur ».

Les Amis de la Terre demandent également à la Commission Européenne la révision de son objectif de 10% d’agrocarburants obligatoires dans les transports d’ici 2020, un objectif « irresponsable » selon les Nations Unies [3] et qui ne fera qu’exacerber les tensions. Les agrocarburants sont présentés comme une solution aux changements climatiques alors que les dernières recherches scientifiques mettent en doute leur intérêt climatique : ils pourraient au contraire accroître les émissions de gaz à effet de serre, notamment en incluant l’impact du changement d’usage des sols.

 

publiée le 20/05/2008

source: Les Amis de la Terre

http://news.deforestation-amazonie.org/actu.php?id=252

Un geste pour la planète.

avril 23, 2008

Pour confectionner ses produits, DOVE (Unilever) se fournit en huile de palme provenant en partie de plantations qui prennent la place de forêts en Indonésie.

DOVE participe donc à la déforestation.

Rendez-vous sur www.greenpeace.org/belgium et signez la lettre à Unilever.

Mieux, évitez les produits contenant de l’huile de palme.

Protéger la bio diversité

janvier 15, 2008

N’achetez pas d’huile de palme. Les ravages de la culture intensive du palmier en Indonésie sont de plus en plus souvent montrés du doigt. Pour lui faire plus de place, des forêts vierges sont brûlées, relachant des quantités énormes de CO2 dans l’atmosphère et sacrifiant la biodiversité.

N’achetons pas l’huile de palme.