Posts Tagged ‘pénibilité’

Action des aides-ménagères : « Ils rachètent leurs concurrents et versent des dividendes, mais n’auraient pas d’argent pour augmenter les travailleuses ? »

décembre 14, 2019

Dans la plupart des secteurs, une augmentation salariale de 1,1 % est prévue, en conformité avec la norme salariale 2019-2020 négociée entre patrons et syndicats. Mais dans le secteur des titres-services, certaines grandes entreprises trouvent que c’est trop. Pas question de se laisser faire, pour les aides-ménagères, qui ont mené des actions ces 10 et 12 décembre.

La suite sur : https://www.ptb.be/les_aides_m_nag_res_en_action_ils_rach_tent_leurs_concurrents_et_versent_des_dividendes_mais_n_auraient_pas_d_argent_pour_augmenter_les_travailleuses

Par contre, pour d’autres,qui n’en ont jamais assez, et malhonnête en plus, ça va merci ! : https://www.ptb.be/d_tournement_de_frais_de_repr_sentation_au_cecp_fanny_constant_doit_rembourser_tout_l_argent_d_tourn_et_quitter_son_poste

Mais que sait-il de la pénibilité du travail lui !

octobre 4, 2019

La pénibilité au travail expliquée aux bourgeois.

« Moi je n’adore pas le mot de pénibilité parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible ». Jeudi 3 octobre au soir, Macron a une fois de plus insulté notre bon sens et nié la réalité de nos vies. Notre bon sens parce qu’il a une fois de plus prononcé une phrase contradictoire et illogique : évidemment que le terme de « pénibilité » a été créé pour donner le sentiment que le travail est pénible. Car il l’est, dans de très nombreux cas. Navré si ce fait s’entrechoque avec l’idéologie bourgeoise du président de la République, qui défend une conception du travail intrinsèquement émancipatrice et source de bonheur et de joie – car source de profit pour ses amis.

La suite sur : https://www.frustrationlarevue.fr/la-penibilite-au-travail-expliquee-aux-bourgeois/

http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article42286

À 67 ans, tous les métiers sont pénibles (à part peut-être celui de ministre)

mai 31, 2018

par Benjamin Pestieau

« Avoir des listes avec 50 % des métiers qui sont pénibles, c’est impossible et c’est impayable. » C’est ce qu’a déclaré le spécialiste pension des libéraux flamand, Vincent Van Quickenborne. Il faut dire que les libéraux et la N-VA tentent de monter les travailleurs les uns contre les autres pour savoir qui a un métier pénible et qui pas. Mais au fond, s’il faut travailler jusque 67 ans, tous les métiers sont pénibles… à part peut-être le métier de ministre ou de député.

La suite sur : http://ptb.be/articles/67-ans-tous-les-metiers-sont-penibles-part-peut-etre-celui-de-ministre

« Nos ministres – qui, eux, vivront en bonne santé près de 10 ans de plus que la majorité des travailleurs – veulent faire travailler des gens qui en sont malades. »

Les personnes exerçant les métiers pénibles vont travailler plus longtemps pour moins de pension. C’est infaisable

mai 25, 2018

Sur les réseaux sociaux, Kim De Witte, spécialiste Pension du PTB, a reçu de nombreuses questions concernant l’accord préliminaire sur les métiers pénibles dans les services publics. « Avec le préaccord qui est aujourd’hui sur la table, les personnes exerçant les métiers pénibles vont devoir travailler plus longtemps pour moins de pension. Pour beaucoup, c’est tout simplement infaisable ! » réagit-il.

La suite sur : http://ptb.be/articles/les-personnes-exercant-les-metiers-penibles-vont-travailler-plus-longtemps-pour-moins-de?utm_source=ptb2018-05-25&utm_medium=email&utm_content=html&utm_campaign=portalnewsletter

http://ptb.be/articles/metiers-penibles-le-triple-hold-organise-par-le-gouvernement?utm_source=ptb2018-05-25&utm_medium=email&utm_content=html&utm_campaign=portalnewsletter

Le gouvernement « reconnaît » les métiers pénibles pour nous faire travailler plus longtemps

janvier 16, 2018

par Michaël Verbauwhede, Benjamin Pestieau

Fin de l’année dernière, le ministre des Pensions a déposé un avant-projet de loi sur la reconnaissance de certains métiers comme étant « pénibles ». Dans son viseur : les travailleurs du public, mais aussi du privé. Décryptage

La suite sur : http://ptb.be/articles/le-gouvernement-reconnait-les-metiers-penibles-pour-nous-faire-travailler-plus-longtemps

« Contrairement aux préjugés, le travail manuel exige de grandes compétences intellectuelles »

mai 18, 2017

par Nolwenn Weiler

Les travailleurs manuels, en particulier les femmes, seront-ils à nouveau les grands perdants du quinquennat qui se profile. Emmanuel Macron s’était autoproclamé « le candidat du travail ». Devenu Président, saura-t-il prendre en considération la réalité que vivent les femmes préposées au ménage, au service dans la restauration, à la chaîne des usines ou aux caisses des supermarchés ? Dans son ouvrage Les souffrances invisibles, l’ergonome Karen Messing raconte en quoi les métiers de ces femmes sous-qualifiées exigent de grandes qualités cognitives, ignorées voire méprisées par la majeure partie de la société. Entretien.

La suite à lire sur : https://www.bastamag.net/Contrairement-aux-prejuges-le-travail-manuel-exige-de-grandes-competences

Pensions : le grand chantier des inégalités

septembre 19, 2016

par Matthieu Cornélis

La réforme des pensions légales a déjà fait couler beaucoup d’encre. Car son leitmotiv – maintenir plus longtemps les travailleurs au travail – inquiète. Particulièrement les femmes, les travailleurs à temps partiel et ceux qui portent des métiers lourds. La restriction des périodes assimilées risque d’affecter le montant de leur pension.

La suite sur : http://www.enmarche.be/politique/politiques-sociales/pensions-le-grand-chantier-des-inegalites.htm

Agrobusiness et spéculation : comment une coopérative agricole s’est muée en empire industriel.

septembre 16, 2013

par Nolwenn Weiler

Peu connu du grand public, si ce n’est par ses magasins de jardinage Gammvert, le groupe coopératif InVivo règne sur une grande partie de la filière agricole française. Stockage et trading de céréales, fabrication de médicaments et de nourriture pour les animaux, vente de pesticides… InVivo a construit un solide empire international. Bien loin semble-t-il des valeurs coopératives de ses débuts. Enquête sur l’un des fleurons de l’agrobusiness français, entre spéculation sur les aliments et défense d’un modèle agricole intensif et industriel.

Lire la suite sur : http://www.bastamag.net/article3235.html