Posts Tagged ‘politique étrangère’

La France n’a plus de poilitique étrangère ? Vendons notre siège au Conseil de l’ONU au Qatar.

mars 5, 2017

par Jean-Marie Bourget

L’Europe est une colonie étasunienne créée par un agent français de la CIA et un ministre de Pétain. La politique étrangère de Paris se décide à Washington. Pourquoi dépenser de l’argent en entretenant un lourd Titanic nommé Quai d’Orsay ? Il faut en faire un palace couvert d’étoiles et vendre notre voix au Conseil de l’ONU au plus offrant, à coup sûr le Qatar.

La suite sur : https://www.legrandsoir.info/la-france-n-a-plus-de-poilitique-etrangere-vendons-notre-siege-au-conseil-de-l-onu-au-qatar.html

Publicités

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis. Ramsey Clark Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

mars 3, 2016

septembre 30, 2014

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.
(Ramsey Clark – Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson)

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »
(Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan)

L’Union européenne, les USA et nous, les citoyens

octobre 12, 2013

par Raoul Marc Jennar

En novembre 1990, les USA et la Communauté européenne signent la « Déclaration transatlantique ». Pour la première fois est formalisée la coopération entre les USA est les 12 États membres de l’UE. L’ambition de ce texte est de « promouvoir les principes de l’économie de marché, de rejeter le protectionnisme et d’étendre, de renforcer et d’ouvrir davantage le système commercial multilatéral » Le texte rappelle aussi « le ferme engagement des USA et des États membres de la Communauté européenne en ce qui concerne l’Alliance Atlantique Nord (l’OTAN), ses principes et ses objectifs. » Le texte met en place une coopération institutionnelle qui va se traduire par les sommets annuels UE-États-Unis, (où les peuples de l’UE sont représentés par le Président de la Commission, le Président du Conseil et le Haut Représentant de la politique étrangère et de sécurité commune) ainsi que des réunions ministérielles bisannuelles, et de fréquentes rencontres au niveau des directeurs politiques et des hauts fonctionnaires.

Lire la suite sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24184

Et aussi : http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article206

Plus la politique étrangère des Etats-Unis est criminelle, plus elle s’appuie sur la complicité des médias. (The Guardian)

août 8, 2013

par Mark Weisbrot

L’autocensure de nos journalistes rend invisibles aux yeux des américains les sinistres conséquences de la puissance militaire US.

La suite sur : http://www.legrandsoir.info/plus-la-politique-etrangere-des-etats-unis-est-criminelle-plus-elle-s-appuie-sur-la-complicite-des-medias.html

Une politique étrangère sans valeur.

janvier 26, 2011

Claudia von Salzen | Der Tagesspiegel 

L’Europe ne sait toujours pas comment agir face aux dictateurs. Les exemples récents de la Tunisie, la Biélorussie et l’Ouzbékistan révèlent les compromissions dont elle est capable sur le plan de ses relations extérieures.   

n Etat a-t-il le droit d’écraser des manifestations dans la violence, de faire jeter des opposants en prison et de terroriser sa population en toute impunité ? Nous connaissons ces images qui nous parviennent d’Iran, du Myanmar et depuis un mois de Biélorussie. Comment l’Europe doit-elle réagir ? L’Union européenne (UE) a de toute évidence fini par tomber d’accord pour voter des sanctions contre le régime de Minsk. Ce faisant, elle adresserait un avertissement à Alexandre Lukaschenko, le signe que l’Europe n’accepte plus l’oppression de l’opposition et a décidé de s’emparer de cette question.

Ce message clair a toutefois été contredit par le président de la Commission en personne puisque José Manuel Barroso recevait le 24 janvier à Bruxelles un autre dictateur, Islam Karimov, président de l’Ouzbékistan.

Lire la suite de son article sur : http://www.courrierinternational.com/article/2011/01/26/une-politique-etrangere-sans-valeurs