Posts Tagged ‘populisme’

Pas gêné

septembre 11, 2018

http://www.lalibre.be/actu/international/au-parlement-europeen-alexis-tsipras-alerte-sur-le-monstre-du-populisme-5b978e30cd708f1e16780ca8

Le populisme, les traités et la démocratie

janvier 21, 2017

par Hughes Le Paige

« Le populisme n’est rien d’autre qu’une réponse confuse mais légitime au sentiment d’abandon des classes populaires des pays développés face à la mondialisation et la montée des inégalités. Il faut s’appuyer sur les éléments populistes les plus internationalistes –donc sur la gauche radicale incarnée ici et là par Podemos, Syriza, Sanders ou Mélenchon, quelles que soient leurs limites- pour construire des réponses précises à ces défis, faute de quoi le repli nationaliste et xénophobe finira par tout emporter ».

La suite sur : http://blogs.politique.eu.org/Le-populisme-les-traites-et-la

« Populisme, itinéraire d’un mot voyageur

juillet 20, 2015

par Gérard Mauger

Les élections européennes de mai dernier ont vu la montée en puissance de partis hostiles aux politiques menées au sein de l’Union. Au-delà de cette opposition, rien ne rapproche ces formations : les unes actualisent l’idéologie nationaliste et conservatrice de l’extrême droite, tandis que les autres se revendiquent de la gauche radicale. Une distinction que les commentateurs négligent. Comment une telle confusion a-t-elle pu s’imposer ?

La suite sur : http://www.monde-diplomatique.fr/2014/07/MAUGER/50636

Résistances en images

avril 5, 2014

Nouveaux visage des extrêmes droites

Habitués des conflits internationaux, les photoreporters Dirk-Jan Visser et Jan-Joseph Stok ont eu envie de tourner leurs objectifs vers une autre guerre, plus silencieuse et plus près de chez eux : la montée du « populisme » en Europe.

La suite sur : http://www.monde-diplomatique.fr/mav/134/A/50369

La France devrait se méfier de ses ministres de l’Intérieur

octobre 31, 2013

par Daniel Vanhove

Avec recul, vaut mieux être citoyen d’un petit pays. Et non d’un grand qui souvent, n’a de cesse d’en référer à son passé au titre d’un prestige suranné. Cela aide à quelque modestie dans les attitudes et les déclarations, dans les comportements et les revendications. Et surtout, dans les prétentions. Comme d’aller faire la guerre en Syrie par exemple… Et au stade actuel, j’espère que la tentation de rattachement à la France de certains de mes compatriotes égarés par les querelles entre communautés linguistiques, ne se réalisera pas…

La suite sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article24346

Cette part d’ombre là.

janvier 15, 2012

http://rue-affre.20minutes-blogs.fr/archive/2012/01/11/cette-part-d-ombre-la.html#comments

Norvège : la lutte contre la droite populiste et raciste doit être engagée.

juillet 28, 2011

Par Aslak Sira Myhre

Aslak Sira Myhre est un écrivain norvégien, directeur de la Maison de Littérature d’Oslo et ex-dirigeant de l’Alliance Électorale Rouge norvégienne. Il livre ici ses réflexions sur la récente tragédie norvégienne impliquant un militant de la mouvance d’extrême droite.  

Lire son article sur : http://michelcollon.info/Norvege-La-lutte-contre-la-droite.html

Et pas seulement en Norvège mais partout. 

http://resistances.be/norvege2011.html

 http://resistances.be/tak01.html

http://www.rue89.com/2011/07/27/finkielkraut-malade-de-son-obsession-du-metissage-215843

Et tant d’autres.

 

Les nouveaux faux monneyeurs.

juin 30, 2011

Par Jean-Paul Marthoz  

Notre époque confuse n’en est plus à un paradoxe près. Alors que la vieille extrême droite d’antan voulait imposer ses Dieux et ses dogmes, c’est de la laïcité et de la liberté d’expression que se réclame aujourd’hui la droite de la droite de l’échiquier politique européen.

George Orwell, qui avait magistralement décrit dans son roman 1984 la subversion des mots par des régimes totalitaires, ne serait guère surpris par la novlangue ultra-populiste. Même si on imagine son effarement face à la tendance apparemment irrésistible d’une partie de l’opinion à se laisser berner, à intervalles réguliers, par des guides et des gourous autoproclamés…

La suite de son article sur : http://www.lesoir.be/debats/chroniques/2011-06-28/les-nouveaux-faux-monnayeurs-848033.php

 

Quand le Danemark fait des émules.

mai 26, 2011

Par Alexandre Nichols   

Le mécontentement face à l’immigration et la défiance envers l’Union alimentent les nationalistes.
Le 11 mai 2011, des cris de joie et des applaudissements fusent du bureau du Parti du peuple danois, formation populiste, dans le château de Christiansborg, siège du Parlement à Copenhague. Les députés du PPD sablent le champagne dans les locaux décorés pour l’occasion de drapeaux rouge et blanc. Ambiance de victoire électorale ou presque. Le parti, le troisième le plus important du Folketing, qui assure depuis 2001 la majorité au gouvernement minoritaire de centre droit, célèbre une grande victoire : la réintroduction des contrôles aux frontières. Imposée au gouvernement du libéral Lars Loekke Rasmussen, elle se veut un frein à l’immigration clandestine, à la criminalité transfrontalière venue notamment des pays de l’Est et au trafic de drogue.
 
Lire la suite : http://www.lalibre.be/actu/international/article/663266/quand-le-danemark-fait-des-emules.html
 

Créer un monde plus humain.

avril 21, 2011

Jacques Gaillot, évêque de Partenia, Bertrand Gaufryau, chef d’établissement d’un lycée professionnel, Stéphane Hessel, ambassadeur de France, Albert Jacquard, polytechnicien et généticien, et Philippe Meirieu, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, décrivent l’affaissement de notre civilisation contemporaine, envahie par les logiques individualistes du marché.

« Créer, c’est résister et résister c’est créer » constitue une des clés de lecture de la société du XXIème siècle. Si l’Histoire du siècle dernier nous a montré que la barbarie n’est jamais aussi proche que lorsque sont méconnus et méprisés les droits fondamentaux de l’Homme, alors il est plus que jamais nécessaire d’être vigilants et ne pas rester indifférent aux questions qui structureront la société de demain. L’engagement délibéré en faveur de la dimension collective de notre projet de société, basé sur la solidarité entre les êtres et incarné dans des institutions garanties par l’État, comme ce fût le cas lors de la mise en oeuvre du programme du Conseil National de la Résistance dès 1943, est probablement ce qui fait le plus défaut aujourd’hui.

La société de marché s’est peu à peu écartée de ce chemin, faisant croire à chaque citoyen que seule la concurrence permettait le développement et garantissait la qualité, que l’individualisme était le vrai moteur du progrès. L’éducation, la protection sociale, le logement, la santé ou la sécurité, la liberté de conscience ou la laïcité n’ont-elles pas été ces dernières années foulées aux pieds par ceux-là même qui, au plus haut sommet de l’État, promettaient que « ensemble, tout serait possible » ? L’idée selon laquelle un projet solidaire a plus de valeur qu’un exploit solitaire a été balayée au nom d’un populisme de bon ton, faisant croire à chacun qu’il pourrait seul progresser, vivre mieux dans la société, mais toujours au dépend des autres, comme dans les pires émissions de télé-réalité… L’enjeu de la solidarité dépasse largement nos frontières comme il anime nos propres indignations lorsque l’essentiel est en jeu.

Lire la suite de l’article sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article16484