Posts Tagged ‘préjugés’

Briser les préjugés pour combattre la pauvreté : neuf affiches percutantes

mai 21, 2017

A voir sur : http://positivr.fr/50-assos-exclusion-vraie-vie-affiches/

Publicités

« Contrairement aux préjugés, le travail manuel exige de grandes compétences intellectuelles »

mai 18, 2017

par Nolwenn Weiler

Les travailleurs manuels, en particulier les femmes, seront-ils à nouveau les grands perdants du quinquennat qui se profile. Emmanuel Macron s’était autoproclamé « le candidat du travail ». Devenu Président, saura-t-il prendre en considération la réalité que vivent les femmes préposées au ménage, au service dans la restauration, à la chaîne des usines ou aux caisses des supermarchés ? Dans son ouvrage Les souffrances invisibles, l’ergonome Karen Messing raconte en quoi les métiers de ces femmes sous-qualifiées exigent de grandes qualités cognitives, ignorées voire méprisées par la majeure partie de la société. Entretien.

La suite à lire sur : https://www.bastamag.net/Contrairement-aux-prejuges-le-travail-manuel-exige-de-grandes-competences

L’homme et ses oiseaux

décembre 19, 2016

Il était toujours assis devant sa porte quand je passais pour aller travailler et, pour être franc, il me mettait plutôt mal à l’aise. Tous les jours cet homme me saluait.

Et comme un rituel entre nous, qu’il fasse beau, qu’il pleuve ou qu’il vente, il faisait un commentaire sur le temps :

– Ah, aujourd’hui il va faire beau !
ou
– Il va encore pleuvoir !

Je l’oubliais vite, happé par le quotidien.

A vrai dire, si je m’arrêtais, j’avais peur qu’il me demande quelque chose. Mais un jour, alors que je m’attendais à un mot sur les flocons qui tardaient à venir, il m’a interpellé :

– Vous n’auriez pas un peu d’argent s’il vous plaît ?

C’est vrai qu’il avait l’air affamé.
Gêné, je lui ai glissé un billet sans écouter ses remerciements.

Je me suis senti dédouané pour quelques jours. Et puis je pourrais toujours changer d’itinéraire.

Mais je ne l’ai pas fait, et un matin il m’a interpellé à nouveau :

– Vous avez une minute pour entrer ?

J’ai hésité, étonné… oui, après tout, pourquoi pas ?

C’était la première fois qu’il me le proposait. Je suis entré et j’ai vu : la chaise cassée, la toile cirée pleine de trous.

Mais j’ai surtout entendu : juste au-dessus de l’évier, dans une cage, deux petits oiseaux chantaient. Il a du lire la surprise sur mon visage.

– Je voulais vous présenter mes oiseaux.
Grâce à vous, enfin, je me suis offert un peu de compagnie.

Ce que j’ai compris ce jour là m’a mis en route…

L’homme et ses oiseaux, une belle rencontre. Les premier pas d’un long chemin, racontés par Antoine, où, peu à peu, on apprend à se connaître, à partager, à se comprendre.

Alors les préjugés dont nous sommes tous pétris peuvent s’effacer et nous pouvons aller au-delà de nos peurs.

Nous pouvons voir l’homme qui nous interpelle – ou pas – notre égal, assoiffé de rencontres, de rêves et de beauté.

Le Mouvement ATD Quart Monde est un espace où se vivent de telles rencontres.
Elles sont précieuses pour tous et plus encore pour ceux qui vivent en permanence en butte au mépris et à la méfiance.
(Isabelle Pypaert Perrin – Déléguée générale)

La souffrance liée au regard de l’autre pèse finalement plus lourd que celle liée à la misère ou même à la douleur physique. Une telle souffrance ne peut être soulagée, elle ne peut que devenir l’enjeu d’un combat, l’enjeu d’une alliance. (Jean-Marie Petitclerc)

Lire aussi : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article33248

Les droits de l’homme menacés en Belgique ?

décembre 19, 2016

Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. (Article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme)

De plus en plus considérés comme paresseux de nature et fraudeurs potentiels, les très pauvres payent le prix fort des préjugés. Et en particulier dans le domaine des droits de l’homme.

La suite sur : http://atd-quartmonde.be/Les-droits-de-l-homme-menace%CC%81s-en-Belgique.html

Le Bienvenu, journal populaire de solidarité

mai 16, 2016

Le Bienvenu, un « journal populaire de solidarité », qui, grâce à un contenu positif, démonte les préjugés et les mensonges liés à l’accueil des réfugiés.
Ce journal est disponible en ligne et a été distribué massivement le jeudi 28 avril dans les gares de Bruxelles et Wallonie.

La suite sur : http://www.cncd.be/Le-Bienvenu-journal-populaire-de-solidarite

Immigration et délinquance : L’enquête qui dérange

janvier 2, 2016

http://latelelibre.fr/libre-posts/doc-immigration-et-delinquance-12-lenquete-qui-derange/

http://latelelibre.fr/libre-posts/doc-immigration-et-delinquance-22-la-fabrique-du-prejuge/

Immigration et délinquance : La fabrique du préjugé

septembre 20, 2015

http://latelelibre.fr/libre-posts/doc-immigration-et-delinquance-12-lenquete-qui-derange/

http://latelelibre.fr/libre-posts/doc-immigration-et-delinquance-22-la-fabrique-du-prejuge/

Les mythes, les idées reçues et les préjugés autour du viol

novembre 17, 2014

Les mythes ou idées reçues autour du viol désignent les croyances entourant le crime en lui-même, les victimes et les coupables. On les définit par des attitudes et croyances fausses mais profondément et constamment entretenues servant à nier et à justifier le viol. Ces mythes, par des idées fausses répétées constamment, servent à décrédibiliser la personne violée et à excuser le violeur.

La suite à lire chez : http://www.crepegeorgette.com/2014/11/17/mythes-viol/

décembre 11, 2013

Je savais parfaitement que l’oppresseur doit être libéré tout comme l’opprimé. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de sa haine, il est enfermé derrière les barreaux de ses préjugés et de l’étroitesse d’esprit. (…) Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. (Nelson Mandela)

Rachid   Taha : « Liberté, égalité, fraternité, c’est devenu un slogan publicitaire »

décembre 3, 2013

par Rachid Taha

Avez-vous participé à la Marche 
pour l’égalité ?

Rachid Taha. Non, j’enregistrais, à l’époque. J’ai joué à la fin, j’ai participé au concert à Paris avec mon groupe Carte de séjour. C’était l’époque des rodéos à Vénissieux, à Vaulx-en-Velin… J’ai voulu organiser un festival place Bellecour, à Lyon. On nous a bien évidemment refusé l’autorisation. Le festival a donc eu lieu au parc Elsa-Triolet à Vaulx-en-Velin. À l’affiche, quatre groupes : Made in France, Corazon rebelde (un groupe de rock chilien), Carte de séjour et Single Track. C’est comme ça que tout a commencé. Avec Djida Tazdaït, j’ai participé à la création de l’association et du journal Zaâma d’banlieue. Un fanzine de quatre pages dans lequel je m’occupais un peu de la rubrique culturelle. C’est aussi à ce moment-là que j’ai monté une boîte de nuit. À l’époque, à Lyon, comme partout ailleurs, l’entrée des boîtes de nuit était fermée aux Noirs et aux Arabes. J’ai donc créé cette boîte, que j’ai appelée « Le Refoulé ». C’est ma manière de refuser le statut de victime, de choisir l’arme de l’humour. Il fallait trouver des réponses, des chemins de traverse. Finalement, le racisme nous poussait à aiguiser notre créativité. C’est d’ailleurs toujours le cas.

La suite sur : http://www.humanite.fr/culture/rachid-taha-liberte-egalite-fraternite-c-est-deven-553643