Posts Tagged ‘recteur’

Lettre ouverte à Richard Miller

juin 14, 2018

Une opinion de Vincent Engel, écrivain, dramaturge et professeur à l’UCL et à l’IHECS.

A lire sur : http://www.lalibre.be/debats/opinions/lettre-ouverte-a-richard-miller-5b22215055326301e785720f

Publicités

« Israëli Apartheid Week » partiellement annulé à la VUB après des pressions de l’ambassadeur israélien

mars 5, 2015

L’événement « Israëli Apartheid Week », qui devait commencer lundi soir à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), a été partiellement annulé, selon le périodique de l’université ‘De Moeial’.

La suite sur : http://www.lalibre.be/actu/belgique/israeli-apartheid-week-partiellement-annule-a-la-vub-apres-des-pressions-de-l-ambassadeur-israelien-54f4cfe73570c8b95262602f

051

ULB – Shimon Perez : un comportement 2 poids 2 mesures.

février 28, 2013

par Nabil Boukili

Shimon Peres, président de l’État d’Israël est à l’honneur ce mardi 5 mars lors d’une « soirée académique » suivie d’un « walking dinner » avec la participation d’Hervé Hasquin, Pieter De Crem et de… Didier Vivier, recteur de l’ULB. Si l’on ne devait pas en attendre plus de la part de « Crembo », la participation des autorités académiques à cet évènement est tristement révélateur.

La suite à lire sur : http://www.ptb.be/nieuws/artikel/ulb-shimon-peres-un-comportement-2-poids-2-mesures.html

Et aussi : http://www.ptb.be/nieuws/artikel/contre-toute-association-de-lulb-avec-shimon-peres-et-letat-israelien.html

Palestine : Sous la pression la France a voté « oui », mais le « changement » c’est pas pour maintenant. Belle hypocrisie Monsieur Hollande !

décembre 8, 2012

Le recteur de l’Université Toulouse II Le Mirail a interdit la tenue d’un meeting intitulé « Palestine Vaincra » qui devait se tenir samedi au sein de cette faculté, en présence d’Abu Sami, représentant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine.

Le président de l’université, Jean-Michel Minovez, a clairement fait savoir qu’il prenait cette décision contre son gré et à la demande du rectorat.

« Vous avez pris la décision de faire en sorte que soit annulé le meeting (…), j’en prends acte », écrit-il dans une lettre au recteur, qu’il a rendue publique pour annoncer l’annulation du meeting « Palestine vaincra ».

Le président de l’université souligne dans sa lettre que, « défenseur de la liberté d’opinion et d’expression, (il) avait autorisé la tenue de ce meeting au sein de l’université » qui « doit être un lieu d’échanges où toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer librement ».

A la demande de la présidente régionale du CRIF Nicole Yardéni, il avait par ailleurs donné à cette organisation « l’autorisation d’implanter un stand (…) samedi de 13h30 à 16h00 » dans l’université, soit au moment du meeting.

Le recteur, en sa qualité de chancelier des universités, a « mis le président (de Toulouse 2) en demeure d’exercer ses responsabilités pour préserver l’ordre public », contestant également la présence « d’un représentant d’un mouvement jugé terroriste par l’Etat français », a déclaré à l’AFP le porte-parole du rectorat, Michel Monredon.

Interrogée après l’annulation du meeting, Mme Yardéni a déclaré à l’AFP être « triste » que le président de l’université n’ait pas pris la décision lui-même : « Je regrette que M. Minovez n’ait pas eu la sagesse lui-même de considérer la qualité des intervenants liés à une organisation terroriste avant de donner son accord au meeting, et (son attitude) peut faire craindre d’autres événements du même ordre ».

Ce n’est pas la première fois que le lobby israélien intervient en France pour faire interdire des réunions sur la Palestine, mais c’est sans doute une première sous le gouvernement Hollande, qui donne une nouvelle preuve de son allégeance à l’occupant israélien et de son total mépris pour la liberté d’expression.

Ce président « socialiste » reçoit à bras ouverts l’extrême-droite israélienne, en la personne de Netanyahou, mais bâillonne des résistants palestiniens à l’occupation. Il a de toute évidence choisi son camp.

Et il sait que, contrairement à ses grandes déclarations, ses agissements sont de nature à développer l’antisémitisme en France. En quoi, en effet, le « Conseil représentatif des institutions juives de France » est-il habilité à décider des réunions qui peuvent se tenir en France ? Quelle est sa « représentativité » sur la question de la Palestine ?

L’université, en France comme dans tous les pays européens, a une longue tradition d’accueil de débats politiques et d’échanges. Pourquoi la Palestine serait-elle le seul sujet tabou ?

Dans un communiqué adressé jeudi, les associations ci-dessous déclarent :

« Le CRIF a un bilan bien connu de soutien inconditionnel au terrorisme d’État israélien et ne saurait en aucun cas servir de référence morale ou démocratique dans la question de la Palestine.

Suite à l’injonction du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, par l’intermédiaire du recteur, la direction de l’UTM a annulé cette réunion publique. Nous dénonçons l’intervention des plus hauts niveaux de l’État pour interdire la liberté d’expression.

Nous appelons maintenant tous les soutiens de la cause palestinienne a venir se réunir avec Abu Sami, représentant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, samedi 8 décembre à 14h, au local du NPA (9 rue Corneille – Métro Arènes). »

Premiers signataires : AGET-FSE, Alternative Libertaire, Collectif Palestine Libre, Collectif Solidarité Palestine 31 (AP31, AFPS, CCFD-Terre Solidaire 31, CCIPPP, Le Cri, Génération Palestine, GUPS, LDH, Maison de Quartier de Bagatelle, Mouvement de la Paix (comité 31), MRAP, Parténia, Stop Apartheid Toulouse, Solidaires, UD-CGT, Les Alternatifs, C&A, EELV, FASE, GA, GU, MJCF, Motivé-e-s, NPA, PCF, PG, Partit Occitan), Coup Pour Coup 31, Dechoukaj, ISM-France OCML-VP, CAPJPO-EuroPalestine

http://couppourcoup31.over-blog.com…

http://www.europalestine.com/spip.php?article7881

 

ULB : De la « burqa pride » à l’inquisition ?

avril 9, 2012

Par Didier Lestrade  

Comme un certain nombre de personnalités, j’ai signé le texte que m’a proposée Kaoutar Boustani sur l’affaire Caroline Fourest à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) du 7 février dernier. Cette tribune a déjà été publiée dans la presse belge et il mérite une diffisiion plus large.

La suite à lire sur : http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/1295-ulb-de-la-burqa-pride-a-linquisition.html

« Est-il encore possible de débattre à l’ULB ? »

février 17, 2011

En Belgique comme en France, bon nombre de responsables d’universités ont le petit doigt sur la couture du pantalon face aux diktats du lobby israélien. Résultat : entrave à la liberté d’expression pour ceux qui condamnent la politique israélienne et chasse aux sorcières parmi les universitaires qui refusent de se taire. Ci-dessous un courrier surréaliste envoyé par le recteur de l’Université Libre de Belgique (ULB), en réponse à une demande de salle pour l’organisation d’un débat.

Rappel des faits par Aurore Van Opstal :

« Maurice Sosnowski, président du CCOJB et professeur à l’ULB, avait porté plainte, à la suite d’une conférence organisée, le 20 septembre 2010, sur le thème de la liberté d’expression, contre Souhail Chichah (chercheur en économie de la discrimination) pour négationnisme et antisémitisme suite à sa critique du régime israélien. Ces accusations ont choqué énormément de monde. D’ailleurs, plus de 1700 personnes, à ce jour, ont signé une pétition contre l’intimidation intellectuelle suite à cette cabale menée contre M. Chichah (http://www.dhnet.be/infos/belgique/article/334128/remise-de-1600-signatures-contre-l-intimidation-intellectuelle-a-l-ulb.html).

Lire la suite de l’article sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article5889

Noms de dieux.

mars 23, 2010

La Deux – 22h45 – mardi 23/3            invité : Tareq Oubrou

Recteur de la mosquée El-Huda de Bordeaux, membre éminent de l’UOIF et président de l’association « Imams de France », Tareq Oubrou milite pour une voie moyenne entre la tradition musulmane et le respect des lois de la République laïque, pour une double référence au Coran et à la Constitution française.