Posts Tagged ‘relocalisation’

Nous n’avons pas besoin d’un plan de relance mais d’un plan de sortie

mars 30, 2020

par Jonathan Piron

Le pic de l’épidémie de coronavirus n’a peut-être pas encore été atteint en Belgique que, déjà, les débats s’engagent sur la situation économique et son futur quand nous pourrons sortir de notre confinement. D’un peu partout montent les idées autour de la nécessité de  » plans de relance « , dans une société  » qui doit faire face à la récession « .

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/belgique/nous-n-avons-pas-besoin-d-un-plan-de-relance-mais-d-un-plan-de-sortie/article-opinion-1270601.html

Comment le coronavirus pointe la fragilité de nos sociétés néolibérales

février 18, 2020

Une opinion de Philippe Lamberts et d’Olivier De Schutter, respectivement coprésident du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen et professeur ordinnaire à l’UCLouvain.

L’épidémie actuelle éclaire un paradoxe : plus nos sociétés modernes tendent vers « l’efficacité » économique, plus elles sont vulnérables à des chocs systémiques. Diversifions-les et relocalisons-les pour les rendre plus résistantes.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/comment-le-coronavirus-pointe-la-fragilite-de-nos-societes-neoliberales-5e4ac6e6d8ad58685c1fe79f

Face aux délocalisations, éleveurs et artisans s’organisent pour faire renaître la filière de la laine en France

janvier 11, 2017

par Sophie Chapelle

La filière textile française est-elle irrémédiablement amenée à disparaitre ? Le sursaut pourrait venir du secteur de la laine, une matière première renouvelable mais totalement dévalorisée, au point que la toison des moutons soit considérée comme un déchet ! Des Cévennes aux Alpes-Maritimes, de plus en plus d’éleveurs réapprennent à trier la laine et à la valoriser sous formes de pelotes, de vêtements ou de tapis, avec l’aide d’entreprises artisanales qui ont résisté aux délocalisations. Reportage.

La suite sur : http://www.bastamag.net/Face-aux-delocalisations-les-acteurs-de-la-laine-s-organisent-pour-faire

« La « croissance verte » est une mystification absolue »

juin 16, 2015

Entretien avec Philippe Bihouix

Auteur de L’âge des Low Tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, l’ingénieur Philippe Bihouix alerte sur l’épuisement croissant des ressources de métaux. Et souligne que, en raison de leur besoin de métaux rares, les énergies nouvelles ne sont pas la panacée : une énergie illimitée et propre est un mythe, il faut… économiser, recycler, relocaliser. Un entretien énergisant.

A lire sur : http://reporterre.net/La-croissance-verte-est-une-mystification-absolue

Nous ne savons plus rien

décembre 23, 2014

par William Kohler

La distance énorme qui sépare l’humain moderne de ses biens de consommations a complètement vidé de sens la matière produite. Si nous pouvions constater par nous même l’ensemble de la production, par exemple d’une récolte imaginaire de carottes, nombreuses seraient nos critiques envers le système.

La suite sur : http://www.legrandsoir.info/nous-ne-savons-plus-rien.html

Sur les pavés, une cantine populaire et conviviale : la Marmite à Roulettes

août 3, 2014

par Barbara Heide, Medhi Bouzouina

De Béziers à Montpellier, un groupe d’Héraultais se réapproprie la rue pour proposer au plus grand nombre des repas à petits prix et de qualité. Retour sur cette initiative librement inspirée des cuisines coopératives de la Commune.

La suite sur : http://www.bastamag.net/La-Marmite-a-Roulettes-une-cantine

Simplicité volontaire et décroissance

juillet 27, 2014

Moins c’est mieux

Merde au pouvoir d’achat. Oui au pouvoir de Vivre.

comprendre et réagir

juillet 25, 2014

par Geoffrey Piotrowski

Nous avons tendance à oublier que nous sommes issus de la nature et que nous en sommes dépendants comme d’une mère nourricière. Elle est aussi la meilleure des éducatrices pour nous aider à concevoir un modèle de société viable et juste. Nous devrions pour y parvenir arrêter de l’asservir, et la traiter comme une partenaire et une alliée dans nos choix. Continuer à l’exploiter ainsi c’est mettre en péril notre survie. Car comme nombre de civilisations ayant chuté en épuisant leurs ressources naturelles, la nôtre se destine aussi à disparaître à cause de sa dévorante expansion. L’histoire se répètera une fois de plus, mais l’état de mondialisation actuel étend cette fois-ci le risque à toute la planète…

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article26405

Lire aussi : http://gauchedecombat.net/2014/07/24/travailler-cest-trop-dur-et-voler-cest-pas-beau-2/

Le valeureux, la nouvelle monnaie des Liègeois

juillet 16, 2014

Surfant sur la vague des économies alternatives, la ville de Liège a décidé de lancer, elle aussi, sa propre monnaie. Désormais, vous pouvez payer en « valeureux » dans la Cité ardente.

La suite sur : http://www.levif.be/info/actualite/economie/le-valeureux-la-nouvelle-monnaie-des-liegeois/article-4000693481968.htm

Simplicité volontaire et décroissance

juin 2, 2014

Sur une planète finie, croissance infinie et « développement durable » sont impossibles.

Non content de piller le bien commun, notre modèle économique fondé sur le développement exponentiel, détruit inexorablement la nature, pervertit les relations humaines, compromet gravement l’avenir des génération futures.

Décroitre économiquement et vivre plus simplement, ne signifie pas revenir à l’âge de pierre. Il s’agit au contraire de croître en « humanité » de se réapproprier nos vies, notre temps, de compenser nos peurs et nos manques autrement que par la consommation, d’imaginer de nouvelles solidarités, de re-localiser industrie et agriculture, de se réapproprier la politique pour décider collectivement…
Vaste programme!
Commençons à le faire vivre dès aujourd’hui, avec convivialité et équité, afin d’éviter catastrophes écologiques et barbarie, dans quelques décennies!

Autres réflexions et « pas de côté »
1/2

2/2

Changer et changer le monde

Capitalisme vert, développement durable, libéralisme, tous système de dominance, aboutissent à une société de croissance exponentielle, détruisant la nature et ‘humanité.
Psychés individuelles et institutions/système, s’auto-élaborent en permanence.
Nous sommes responsables (à des degrés divers) de l’engrenage morbide.
si le choix n’est plus, croissance ou décroissance, mais décroissance choisie ou barbarie, il convient, en préalable, de voir ce qui ne va pas en nous, de réfléchir à ce qui nous a conduit au bord du précipice, et de réaliser une métamorphose individuelle afin que le Monde change.
D’autres, en d’autres temps, nous l’avaient déjà dit… Changer, pour changer le Monde! Ce qui est nouveau, c’est que cela a commencé !
Sur tous les continents, une multitude d’initiatives, un bouillonnement créatif, révèlent le commencement d’un formidable bouleversement anthropologique.