Posts Tagged ‘renseignement’

« Il y a toujours de l’espoir – Même pour moi ». Par Edward Snowden

août 26, 2018

Propos recueillis par Martin Knobbe et Jörg Schindler

Au cours d’un entretien, le lanceur d’alerte Edward Snowden parle de sa vie en Russie, de la puissance des dispositifs de renseignements et de comment il va continuer à mener sa bataille contre la surveillance globale menée par les gouvernements.

La suite sur : https://www.les-crises.fr/il-y-a-toujours-de-lespoir-meme-pour-moi-par-edward-snowden/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

Des liens insoupçonnés entre les entreprises et le monde du renseignement ?

avril 3, 2014

Plusieurs scandales sont venus mettre en lumière ces derniers mois comment certaines entreprises n’hésitent pas à recourir à des officines d’espionnage pour obtenir des informations sur les activités de leurs salariés, de leurs clients ou des militants qui dénoncent leurs pratiques. Des pratiques qui concernent, en France, des entreprises aussi diverses qu’Ikea, Renault ou EDF. Des scandales ponctuels qui pourraient cacher des liens plus massifs et plus profonds entre entreprises et monde du renseignement public et privé, comme cela a été dénoncé aux États-Unis et en Angleterre.

La suite à lire sur : http://multinationales.org/Des-liens-insoupconnes-entre-les

La folie Facebook

novembre 6, 2013

A lire : http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-est-ce-que-vous-mesurez-vos-responsabilites-120984369.html

Liberté (enfin si on peut dire) très surveillée : Big Obama is watching you !

juin 8, 2013

par Stéphanie Fontenoy

La menace d’une autorité suprême surveillant les faits et gestes de la population mondiale n’a plus rien d’hypothétique aux Etats-Unis. Cette semaine, des fuites auprès de deux importants quotidiens, « The Guardian » à Londres et « The Washington Post », confirment que le gouvernement américain est à l’origine d’une campagne de récolte de données téléphoniques et électroniques à très grande échelle.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/actu/international/article/820746/l-il-de-washington-est-partout.html

Prix Nobel de la paix, je me marre (enfin, façon de parler)

Dire qu’on se moquait lorsque, lors de son élection, je disais : Les USA ont changé de président, pas de politique. Il va accomplir l’exploit d’être pire que G. Bush !

Quand la NSA défend la vie privée …..

juin 26, 2012

Par Napakatbra 

La plus puissante Agence de renseignement US refuse de révéler le nombre d’Américains qu’elle espionne en permanence. La raison ? Cela constituerait… une violation de vie privée. Fichtre !  

La suite à lire sur : http://www.lesmotsontunsens.com/quand-la-nsa-defend-la-vie-privee-12983

Violation de nos vies privées !

juin 12, 2011

Par Alain Lallemand  

Le National Security Agency intercepte et enregistre la majorité des e-mails de la planète

Depuis le début 2001, la plus vaste agence de renseignement américaine est capable d’intercepter, archiver et interconnecter en temps réel non seulement l’ensemble des e-mails et conversations téléphoniques de la planète, mais aussi, dans une large part, vos transactions financières, les relevés GPS de votre véhicule, vos recherches sur le Web et vos déplacements en avion. Cela représente un volume d’information étourdissant – environ 20 terabytes par minute, la mémoire d’un PC moyen saturée chaque seconde – mais cela constitue surtout une violation flagrante de nos vies privées et même de la Constitution américaine.

Le scandale a été révélé grâce à une action en justice engagée en 2010 par les Etats-Unis contre l’un de ses anciens espions, Thomas A. Drake. Ex-militaire de l’US Air Force, spécialisé dans le cryptage électronique, Thomas Drake a travaillé à partir de septembre 2001 pour la National Security Agency (NSA), une agence de renseignement basée dans le Maryland et spécialisée dans l’interception de signaux électroniques.

Lire la suite de son article sur : http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/48108330-93a6-11e0-a123-2e43139ff26e/Affaire_Drake_big_brother_espionne_le_monde

 

NSA, l’agence de l’ombre.

janvier 10, 2010

ARTE – 22h35 – dimanche 10/1     documentaire de J. Bamford, C. Scott Willis

S’appuyant sur le dernier ouvrage paru de James Bamford, The shadow factory: the ultra-secret NSA from 9/11 to the eavesdropping on America, ce documentaire révèle comment, dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) utilise les nouvelles technologies de l’information pour obtenir des renseignements. De la fibre optique aux transmissions satellitaires, il explore tous les moyens dont dispose la NSA pour mener à bien ses opérations de surveillance, d’écoutes et d’interceptions (notamment de millions de courriels). Ces actions, renforcées depuis le 11 septembre 2001, s’exercent aussi bien contre les amis du gouvernement américain que contre ses ennemis, à l’intérieur du territoire autant qu’à l’extérieur.

Rediffusions :
21.01.2010 à 11:05
25.01.2010 à 04:05

www.arte.tv

Journée internationale d’action du 11 octobre 2008 « Freedom not fear – Stop the surveillance mania ! »

juillet 31, 2008

 

Constatant une dérive vers une société de surveillance où la liberté d’expression et d’information est menacée, les responsables de nombreuses organisations à travers le monde appellent à une journée d’action commune le 11 octobre 2008.

Manifestations, événements festifs, ateliers de travail… Chaque pays participera à sa façon à la journée d’action « Freedom not Fear 2008″ [1].

En France, toujours plus d’organisations [2] préparent cette journée, et invitent les organisations attachées à la défense de la vie privée et de la liberté d’expression et d’information à participer à ce projet [3].

Seule une action à l’échelle mondiale peut désormais lutter contre le totalitarisme informationnel : De plus en plus de pays à travers le monde sont en train de rejoindre ce mouvement, qui doit encore se propager. Nous appelons tous ceux qui ont des contacts avec des militants de pays ne participant pas encore à les mettre en relation avec la coordination freedom not fear [4].

[1] https ://wiki.vorratsdatenspeicherung.de/Freedom_Not_Fear_2008[2] Odebi, Big Brother Awards, Marsnet, Globenet, le Réseau RAIDH, Artisnotdead, Propagande.org, Wireless Marseille, contre-conference.net[3] Email contactAThumanrights21.org ou http://www.humanrights21.org/?page_id=21[4] https ://wiki.vorratsdatenspeicherung.de/Freedom_Not_Fear_2008/HowTo

important de relayer l’info.

Appel Commun :

Journée internationale d’action du 11 octobre 2008
« Freedom not fear – Stop the surveillance mania ! »

Une large coalition de collectifs et d’organisations vous appelle tous à rejoindre l’action organisée contre la surveillance excessive des gouvernements et des multinationales.

Le 11 octobre 2008, dans de nombreux pays, des gens vont descendre dans la rue avec comme mot d’ordre « Freedom not fear 2008 ». Des actions pacifiques et créatives, du défilé à la teuf, auront lieu dans un grand nombre de capitales européennes.

La surveillance-mania se propage à grands pas. Les gouvernements et les multinationales enregistrent, surveillent et contrôlent nos faits et gestes de manière toujours plus systématique. Quoi que nous fassions, quoi que nous disions ou à qui nous téléphonions, où que nous allions, quels que soient nos amis, ou nos centres d’intérêts, ou les groupes auxquels nous appartenons, le gouvernement « big brother » et les entreprises « little brothers » en savent de plus en plus sur nous.

Les atteintes à la vie privée et à la confidentialité qui en résultent remettent en cause la liberté de religion, la liberté d’expression, mais aussi le secret professionnel des médecins, des services sociaux, des avocats et des journalistes.

L’agenda des multiples réformes du secteur de la sécurité révèle la convergence de la police, des agences de renseignement et du militaire, menaçant de faire disparaitre la séparation et l’équilibre des pouvoirs.

Utilisant des méthodes de surveillance de masse, la coopération sans frontières des militaires, des services de renseignement et des autorités policières mène tout droit à de nouvelles frontières et de nouveaux murs, construisant ainsi de véritables forteresses en Europe et sur d’autres continents, visant directement les réfugiés, les gens « différents » mais également les militants et activistes politiques, les pauvres et les déshérités, ou encore les supporters sportifs.

Se sentant constamment épiés et surveillés, les gens ne peuvent plus défendre librement leurs droits ni lutter pour une société plus juste. La surveillance massive devient une menace pour l’avenir de nos sociétés libres et démocratiques. Elle met également en danger le travail et l’engagement des associations civiles.

De plus, la surveillance, la méfiance et la peur transforment progressivement notre société en un troupeau de consommateurs qui n’auraient « rien à cacher » dans une vaine illusion de sécurité totale ? Ils devraient être prêts à abandonner leurs libertés. Nous ne voulons pas d’une telle société !

Nous pensons que le respect de la vie privée est une part essentielle de la dignité humaine. Une société libre et ouverte ne peut exister sans une communication et des espaces inconditionnellement privés.

Le traçage et le fichage électronique systématiques de toute la population sont loin de nous protéger du crime. Ils coûtent des milliards d’euros et portent atteinte à la vie privée de citoyens innocents.

Sous le règne de la peur, et d’une sur-activité aveugle, les mesures de sécurité ciblées et pérénisées s’avèrent inefficaces, alors que dans le même temps, on omet de résoudre les problèmes quotidiens de la population, tels que le chômage et la pauvreté.

Afin de protester contre la sécuritaro-mania et la surveillance excessive, nous descendrons dans les rues des grandes villes de nombreux pays le 11 octobre 2008. Nous vous appelons tous à vous joindre à cette protestation pacifique. Les politiciens doivent comprendre que nous sommes prêts à descendre dans la rue pour défendre nos libertés.

Vous pouvez trouver les dernières informations sur les différentes manifestations et la liste des villes participantes sur : http://wiki.vorratsdatenspeicherung.de/Freedom_Not_Fear_2008.

Nos demandes

1. Réduction de la surveillance

* Suppression de la conservation généralisée des logs de nos télécommunications (rétention de données).
* Abolir la collecte généralisée de nos données biométriques.
* Abolir la collecte généralisée de nos données génétiques.
* Supprimer la vidéosurveillance permanente et les techniques de détection automatique.
* Supprimer le financement pour le développement de nouvelles techniques de surveillance.
* Pas d’enregistrement généralisé de tous les voyageurs aériens (données PNR).
* Pas d’échange d’informations avec les États-Unis et autres États qui n’ont pas de protection efficace des données.
* Pas d’espionnage de nos ordinateurs, à distance ou non.
* Pas de surveillance et de filtrage des communications Internet (Paquet Télécoms UE).

2. Evaluation des moyens de surveillance existants

Nous appelons à un examen indépendant de tous les moyens de surveillance quant à leur efficacité et leurs effets secondaires préjudiciables.

3. Moratoire pour les nouveaux moyens de surveillance

Après l’armement des pays de ces dernières années, nous demandons le gel immédiat des nouvelles lois sécuritaires, qui restreignent les libertés civiles.

4. Garantie de la liberté d’expression, de dialogue et d’information sur l’Internet

* Interdire le déploiement de technologies de filtrage sur les infrastructures réseaux des FAI.
* Garantir que seul le juge indépendant et impartial puisse déclarer un contenu illicite et demander son retrait d’un site web.
* Créer un véritable droit de citation multimédia, aujourd’hui indispensable au débat public dans les démocraties.
* Garantir la protection des lieux communs d’information, de dialogue, et d’expression sur internet (sites participatifs, forums, blogs) aujourd’hui menacés par des lois inadaptées et qui poussent à l’auto-censure (« chilling effect »).

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=102213