Posts Tagged ‘RESF’

RESF : solidarité urgente avec Nini, SDF de 4 ans !

janvier 9, 2018

par Pierrick Tillet

Nini, 4 ans, élève de maternelle à Séné (56) dormira dans la rue ce soir si on ne l’aide pas. RESF et les parents d’élèves lancent un mouvement de solidarité pour lui éviter le pire.

Le groupe d’action France insoumise de Séné (dont je fais partie) se joint à ce mouvement.

Sollicitée, la mairie de Séné a pris le dossier en main, mais ne peut trouver de solutions immédiates avant un délai d’environ deux mois.

La suite sur : https://yetiblog.org/solidarite-nini-sdf-4-ans/

Un réveillon comme on n’en fait pas.

décembre 30, 2012

Par Alain Bousquet   

C’est donc la nouvelle année qui va commencer. Flon-flon  et musette à chacun son planning son dessein  et son programme.

En moyenne nous disent  les journaux, vous savez comme ils aiment les moyenne… En moyenne, donc les français dépenseront 112 euros par personne  pour cette saint Barthélémy  de l’œuf de lump !

La suite à lire sur : http://letang-moderne.over-blog.com/article-un-reveillon-comme-on-n-en-fait-pas-113904781.html

L’ignominie, encore et toujours !

septembre 3, 2009
Trois objets à ce resf.info.
1) D’abord et avant tout le scandale, l’intolérable. Le père de Chama (5 ans et demi) reste en rétention.
2) A Clermont-Ferrand, une famille avec deux enfants (1 an et 4 ans) vit cachée pour échapper à l’expulsion
3) Parce qu’il faut aussi le dire quand on gagne : la famille Santos (Philippins de Nice, parents de Vea, maintenue une bonne partie du mois d’août en rétention à Marseille, libérée par la mobilisation, des manifestations quasi quotidiennes à Nice, des rassemblements à Marseille, etc). Cette famille que les autorités s’entêtaient à expulser, qu’elles ont dû libérer, vient d’être régularisée. Victoire de toutes celles et de tous ceux qui se sont mobilisés. On continue. Les lois doivent changer.
  
En fin de message, les adresses, fax et téléphones à qui faire savoir ce qu’on pense (sans injure et sans diffamation). En privilégiant l’Elysée, parce que c’est là que les décisions se prennent. Les autres sont aux ordres. 
  
  
  
Saint-Denis, le 2 septembre 2009

 

Le père de Chama (5 ans et ½) reste en rétention

à la veille de la rentrée scolaire !

  Lettre ouverte au préfet de Seine Saint-Denis et au ministre de l’Immigration

 Monsieur le Ministre,
 Monsieur le préfet,

 

Le tribunal administratif de Cergy Pontoise a rendu aujourd’hui une décision qui ne peut que vous satisfaire : elle considère comme légale une décision de reconduite à la frontière qui vise à arracher un fils à son père, à briser net la cellule familiale où cet enfant avait retrouvé un environnement familial favorable, à interrompre la scolarité d’un gamin de 5 ans et demi qui s’apprêtait à rentrer au CP avec tous ses copains de l’école maternelle et s’en faisait une joie…

 

Une telle issue provoque l’indignation et l’écoeurement de tous ceux qui se sont mobilisés pour Chama et son papa, bien au-delà de notre réseau, parmi les parents d’élèves et enseignants, la population de Saint-Denis, de nombreuses personnalités et des élus, dont M. Jack Lang, député et ancien ministre.

 

Le cas de M. ABEL GABRIEL est exemplaire : il vit en France depuis 2002 et sa situation était connue de vos services. Il fait partie d’ailleurs de ces parents qui auraient pu être régularisés dès 2006 puisqu’il avait fait à cette date une demande de régularisation au titre de la circulaire Sarkozy. On aurait pu attendre que l’interpellation, puis la garde à vue de ce papa resté seul en charge de son enfant aient donné l’occasion à la Direction des Etrangers de se renseigner, de compléter le dossier et de prendre la mesure d’une situation humaine.

 Au lieu de cela, c’est la logique du chiffre et le stakhanovisme de l’expulsion qui ont prévalu. Et cet épisode désastreux n’est hélas qu’un cas parmi beaucoup d’autres. Si cette procédure est légale, c’est donc bien la procédure qui est aveugle et inhumaine ; c’est donc bien la loi qui est profondément injuste et doit choquer les consciences. Une législation aux relents de plus en plus xénophobes, qui conduit la France à ignorer l’intérêt supérieur de l’enfant et le droit de vivre en famille, à piétiner de fait les engagements qu’elle a pris en signant les conventions internationales.

 C’est le cinquième cas en l’espace d’une semaine en Seine Saint-Denis qui nous voit confrontés au placement en rétention et à la menace d’une reconduite à la frontière frappant un père de famille ou un étranger ayant des charges de famille. Ailleurs en France il en va de même et nombre de familles sont ainsi brisées, nombre d’enfants subissent un traumatisme irréversible en voyant leur père menotté, enfermé et jugé comme un malfaiteur. Quand ils ne se retrouvent pas eux aussi dans ces prisons pour étrangers où l’on aménage maintenant des espaces pour les familles.

 L’indignation et la mobilisation citoyenne ont jusqu’ici empêché beaucoup de ces horreurs. Il doit en être de même pour Joao ABEL GABRIEL et son fils Chama Dieumerci. A deux mois des commémorations de la Convention Internationale des Doits de l’Enfant, vous vous grandiriez en faisant machine arrière, en libérant ce papa et en lui donnant le droit de mener une vie normale parmi nous avec son fils, en inversant enfin la sinistre machine à fabriquer des malheurs individuels et collectifs.

 Pour le Réseau Education Sans Frontières
 Jean Michel DELARBRE (93) 06 89 30 86 15 et Malika CHEMMAH (Saint-Denis) 06 03 69 91 30
  
 
 
RESF-RUSF 63

URGENT : soyons très nombreux à écrire au préfet de la région Auvergne, Patrick Stefanini, pour empêcher l’expulsion de la famille Tang-Zhou vers le Chine et demander sa régularisation. Traqués, Ping et Yu Hua TANG-ZHOU, vivent cachés avec leurs deux petits garçons, Chen (4 ans) et Clément (1 an). (Ci-dessous, modèle de lettre et adresses électroniques).

Monsieur le Préfet,

Je vous demande de délivrer un titre de séjour à monsieur et madame Tang-Zhou.

Depuis le mois de mars, la mobilisation s’est organisée à Clermont-Ferrand et dans le département du Puy-de-Dôme autour de cette famille pour empêcher son expulsion vers la Chine :

  • 1500 personnes ont signé la pétition pour demander leur régularisation,
  • des élus de tous bords sont intervenus pour appeler les autorités ministérielles et préfectorales à la bienveillance,
  • la défenseure des enfants leur apporte son soutien,
  • les enfants et les parents de l’école Nestor Perret, les enseignants, les associations de parents d’élèves, de défense des Droits de l’Homme, le Réseau Education Sans Frontières, les syndicats vous ont écrit pour demander la régularisation de cette famille.

Ping Zhou et Yuhua Tang sont chinois. Ils se sont mariés à Clermont-Ferrand en 2005 et ont eu deux petits garçons : Chen, 4 ans, scolarisé à l’école maternelle Nestor Perret à Clermont-Ferrand et Clément, 1 an.
Madame Zhou a étudié le français à l’université Blaise-Pascal puis a ouvert un commerce de restauration à Clermont-Ferrand en 2008.
Madame Zhou et Monsieur Tang ont investi tout leur argent et leur énergie pour ouvrir ce restaurant et se donner les moyens de vivre dignement en France.
Leurs enfants, nés à Clermont-Ferrand, ne connaissent que la France et Chen parle mieux le français que le chinois.
Madame Zhou et Monsieur Tang ne demandent rien d’autre que de pouvoir rester dans notre ville pour y vivre et élever leurs enfants grâce à leur travail.

Régularisez Mr et Mme Tang-Zhou
Laissez Chen et Clément grandir ici
Leur vie est avec nous

Nom + prénom

Préfecture :
Préfet Patrick Stefanini :
patrick.stefanini@puy-de-dome.pref.gouv.fr
Directeur du cabinet du préfet Bruno Charlot : bruno.charlot@puy-de-dome.pref.gouv.fr
Directeur de la réglementation Fabien Masson : fabien.masson@puy-de-dome.pref.gouv.fr
Brice Hortefeux : brice.hortefeux@interieur.gouv.fr

 
Ministère de la rafle et du drapeau
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel  laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr
 
 Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr
http://www.dailymotion.com/video/x5u5bg_map-la-chasse-est-ouverte_music
http://www.dailymotion.com/video/x89h8j_kenny-arkana-ordre-mondial_music
http://www.educationsansfrontieres.org

RESF interdit de manifestation pour raison « religieuse ».

août 17, 2009

Des militants du Réseau éducation sans frontières (RESF, site Internet ICI) se sont réunis ce dimanche matin sur le Parvis Notre-Dame Place Jean-Paul II, à Paris, comme ils l’avaient fait dimanche dernier. Ce rassemblement n’était « pas autorisé » pour des raisons religieuses…

RESF entendait à la fois attirer l’attention des touristes, nombreux en ces journées de fêtes mariales, sur les expulsions qui continuent pendant l’été, et contourner la décision de la préfecture de police de Paris (PP) de « ne pas autoriser » de manifestation.

Ils étaient une vingtaine, selon cette dépêche de l’AFP, à se réunir ce matin devant l’édifice religieux le plus célèbre de la capitale. Les deux précédents rassemblements n’avaient pas été déclarés en préfecture, a indiqué à l’AFP Brigitte Wieser, une militante de RESF. Celui de ce dimanche 16 août n’a pas été autorisé « en raison des cérémonies religieuses », a-t-elle précisé. Les manifestations sur la voie publique font en théorie l’objet de certaines démarches. Toutefois, pour le rassemblement mensuel de Belleville, par exemple, le deuxième mardi du mois, depuis octobre 2006, il n’y a pas de « déclaration », et en général tout se passe bien. Il s’agit d’un simple rassemblement, et pas d’une « manifestation sur la voie publique ».

La suite : http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2009/08/resf-nest-pas-en-odeur-de-saintete-a-notre-dame.html

J’ai toujours pensé que leur Jésus, d’après ce qu’ils en disent, s’il revenait aujourd’hui, serait plutôt du côté des opprimés ! Mais bon, ce qu’on raconte dans les bouquins…

C’est ce monde là que nous voulons ?

août 13, 2009

Enfants en rétention, Parents expulsés ASSEZ !
La France est signataire de la Convention
internationale des droits de l’Enfant, et pourtant

Des familles sans papiers sont démembrées, le père ou la mère brutalement expulsé à des milliers de kilomètres tandis que l’un des parents et les enfants restent ici, souvent dans la misère et traumatisés à vie.

Des parents sans papiers sont arrêtés, menottés, rudoyés, humiliés sous les yeux de leurs enfants.

Des enfants sont privés de liberté avec leurs parents sans papiers dans les prisons pour étrangers de la République.

Des enfants, souvent nés et scolarisés en France, sont expulsés avec leurs parents vers des pays que les enfants n’ont parfois jamais vus et dont ils ne parlent pas la langue.

 


Zandale, 8 ans, albanaise, expulsée le 6 août avec son père, arrachée à sa mère transportée à l’hôpital de Metz au moment de l’expulsion.

Véa, 5 ans, philippine, née en France, 15 jours en rétention avec ses parents qui travaillent à Cannes depuis 10 ans : le 14 août, elle peut être expulsée avec sa mère, séparés du père.

Dans la prison pour étrangers de Cornebarrieu (31), deux enfants, l’un togolais de 17 mois, l’autre moldave de 13 mois, sont enfermés et risquent eux aussi d’être expulsés en famille ou avec l’un de leur parents.

Vies sans papiers ! Vies brisées
LA CHASSE A L’ENFANT DOIT PRENDRE FIN !

Laissons les grandir ici !
Ces faits se produisent près de chez vous.
Nous pouvons tous faire quelque chose pour les empêcher. Rejoignez les RESF
www.educationsansfrontieres.org
Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris – educsansfrontieres@free.fr

http://www.educationsansfrontieres.org/article21815.html

http://pierre.eyben.be/article383.html

 

Le RESF 38 sollicite votre soutien pour obtenir la régularisation de Yazid Zaour.

juin 10, 2009

Un collectif RESF 38 s’est créé au Lycée Marie Curie d’Echirolles (38) : il rassemble toute la communauté éducative et plus largement des éluEs, des soutiens locaux, des citoyens et des citoyennes.

 

Nous vous invitons à prendre connaissance de la situation et  si, tout comme nous, vous la jugez intolérable,  faxer et mailer en vous appuyant sur la lettre écrite par le collectif au Préfet de l’Isère.

Il faut  que Yazid Zarour, jeune algérien assistant de vie  et Olivier Morel, professeur d’anglais handicapé  puissent  continuer à vivre normalement dans l’entraide et l’amitié.

  

Pour le Préfet de l’Isère, Yazid n’est pas irremplaçable. Seule la fonction est importante, pas la personne qui l’occupe.                                                                                                      

Monsieur le Préfet est-ce vraiment la seule réponse que vous comptez apporter face à une situation d’entraide et d’amitié ? Si oui, quelle grande humanité !

 

Yazid Zarour, jeune algérien entré en France en novembre 2002 avec un visa étudiant, travaille en qualité d’auxiliaire de vie auprès d’ Olivier Morel, professeur d’anglais au lycée Marie Curie d’Échirolles, lourdement handicapé en fauteuil. Il est depuis juin de cette même année son co-locataire.

 

Le 3 février 2009, Yazid (algérien d’origine, auxiliaire de vie d’Olivier Morel, professeur d’anglais au lycée Marie Curie d’Echirolles, handicapé lourdement dépendant) a fait l’objet d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

Suite à une forte mobilisation, après avoir été jugé devant le tribunal administratif de Lyon, Yazid a bénéficié d’une annulation de son OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), prononcée le 6 février 2009, annulation contre laquelle vous faites appel.

Vous devez comprendre que ces menaces d’expulsion sont source d’inquiétude et de stress pour Messieurs Morel et Zarour. Ce dernier, entré en France sous statut d’étudiant, possède à ce jour un titre provisoire de séjour jusqu’au 10 Août. Il est absolument indispensable de le rendre définitif afin que Monsieur Morel soit plus serein dans sa vie privée et professionnelle, dans un contexte où tous les discours officiels affichent l’intégration des handicapés comme une priorité nationale.

Nous attendons donc, conformément à vos engagements auprès de Madame David et de Monsieur Mermaz, parlementaires isérois, que vous étudiez le dossier de Yazid avec la plus haute bienveillance.

Il est nécessaire de régulariser sa situation afin qu’il puisse résider en France et puisse travailler comme il l’a toujours fait depuis 2006 avec compétences, et dans une qualité de rapports humains avec Olivier Morel que celui-ci souhaite légitimement conserver.

 

En conséquence, Monsieur le Préfet, nous vous le demandons avec force, Monsieur Zarour, doit rester sur le territoire national, avec autorisation de travail, pour exercer son activité salariée d’auxiliaire de vie auprès d’Olivier Morel.

Monsieur le Préfet de l’Isère, vous disposez d’un pouvoir discrétionnaire qui permettrait de régulariser immédiatement Yazid.

Nous vous demandons instamment de faire preuve de bon sens et d’humanité, en tenant compte de la situation de ce travail particulier où les rapports humains sont essentiels.

 

Pour Monsieur Albert Dupuy, préfet de l’Isère : albert.dupuy@isere.pref.gouv.fr

Pour Monsieur David Coste, directeur de cabinet : david.coste@isere.pref.gouv.fr

Fax du cabinet du Préfet : 04 76 44 68 00     Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <
antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <
igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>   Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

RESF : urgent !

mai 30, 2009

M. Chen, arrêté à Nantes et en rétention à Rennes depuis le 29 avril, est sur le point d’être expulsé vers la Chine. Une place est prévue dans le vol pour Pékin dimanche 31 mai à 13h40 au départ de Roissy CDG (Terminal 2 E).

Rappel de sa situation :

M.Wenqiu CHEN vit en France depuis 2003 et vit avec sa femme, Mme Lihong SU, leurs 2 filles, Peilei CHEN née le 18/09/ 1985 et mère d’ un enfant né en France (dont le compagnon est en situation régulière), Lizhen CHEN née le 10/11/1988, et leur fils Lijie CHEN né le 24/02/1991, scolarisé depuis son arrivée en France et actuellement en classe de Modal (Module d’Accueil en lycée) au lycée Denis Papin de La Courneuve qui doit intégrer l’an prochain un CAP cuisine dans un lycée hôtelier. Madame a une soeur, un beau-frère et un neveu en situation régulière.

Les 2 parents travaillent depuis leur arrivée.

Le T.A. de Rennes a confirmé l’APRF, au motif que M. CHEN n’avait pas entrepris de démarches de régularisation. Or, après un premier refus de l’ofpra, n’ayant pu obtenir une aide juridictionnelle pour poursuivre leurs démarches, la famille n’a plus entrepris de démarches auprès de la préfecture, convaincue, en  toute bonne foi, qu’ils ne comptabilisaient pas encore assez d’années de présence en France pour obtenir un titre de séjour.

Comme la loi l’y autorise, M. Chen refusera d’embarquer, il est impensable pour lui de repartir en Chine en laissant seuls sa femme, ses enfants et petit-enfant derrière lui.

Nous sommes très inquiets, et espérons que vous pourrez être présents avec nous à Roissy dimanche pour le soutenir et empêcher son départ.

Vous pouvez aussi et avant tout faxer ou mailer le texte ci-dessous aux préfectures de Bobigny et Nantes.

 

Aurélie Despériez (0662769976) et Françoise Grey (0665395918)

 

Modèle pour le Préfet de Loire-Atlantique : Monsieur Bernard Hagelsteen

Fax : 02 40 41 20 25        02 40 41 23 55

Mail : courrier@loire-atlantique.pref.gouv.fr

etrangers@loire-atlantique.pref.gouv.fr

Monsieur le Préfet,

Nous avons appris la menace d’expulsion encourue par Monsieur Wenqiu CHEN, né le 21/07/1964 en Chine, actuellement en rétention à Rennes.

M. CHEN réside en France depuis plusieurs années, il a fait sa vie ici, il travaille dans le bâtiment.

En France, il vit à Aubervilliers avec sa femme et ses trois enfants, dont le dernier est scolarisé au Lycée Denis Papin de La Courneuve. Il est grand-père depuis moins d’un mois, sa fille aînée ayant donné naissance à un petit garçon en avril. Ses proches (beau-frère, belle-soeur et neveux) sont en situation régulière en France. Il est inconcevable que M. CHEN soit séparé de toute sa famille ; cela serait d’ailleurs contraire aux conventions internationales (CEDH et CIDE) ratifiées par la France.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, nous vous demandons de faire preuve d’humanité et de bien vouloir abroger l’Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière prononcé à l’encontre de Wenqiu CHEN, afin qu’il puisse régulariser sa situation et retrouver sa femme et ses enfants qui sont très angoissés à l’idée d’une séparation.

Veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.

Modèle pour le Préfet de la Seine Saint-Denis : Monsieur Nacer Meddah

Mail :nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

fax : 01 48 30 22 88

Monsieur le Préfet

Nous avons appris la menace d’expulsion encourue par Monsieur Wenqiu CHEN, né le 21/07/1964 en Chine, actuellement en rétention à Rennes, suite à un arrêté de reconduite à la frontière pris par le Préfet de Loire-Atlantique.

M. CHEN réside en France depuis plusieurs années, il a fait sa vie ici, il travaille dans le bâtiment.

En France, il vit à Aubervilliers avec sa femme et ses trois enfants, dont le dernier est scolarisé au Lycée Denis Papin de La Courneuve. Il est grand-père depuis moins d’un mois, sa fille aînée ayant donné naissance à un petit garçon en avril. Ses proches (beau-frère, belle-soeur et neveux) sont en situation régulière en France. Il est inconcevable que M. CHEN soit séparé de toute sa famille ; cela serait d’ailleurs contraire aux conventions internationales (CEDH et CIDE) ratifiées par la France.

Au vu des ces éléments, nous vous demandons de faire preuve d’humanité et d’accepter que M. Wenqiu CHEN puisse déposer une demande de titre de séjour salarié, afin qu’il puisse continuer à vivre en France et qu’il retrouve sa femme et ses enfants qui sont très angoissés à l’idée d’une séparation. Veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

 

Ministère Besson
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel  laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
KLARSFELD <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

www.educationsansfrontieres.org

Reseau éducation sans frontières.

avril 6, 2009
5 Obligations de quitter le territoire pour une seule famille ! chacun  a la sienne, les deux parents, les trois jeunes majeurs (deux lycéens ). Le père est en rétention, sa place retenue pour une expulsion le 17 avril vers Pékin.
M. Besson revendique avec fierté des dizaines de milliers d’expulsion. Assez d’indignités !
 
Réseau Education sans frontières

Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris –  educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org

Contacts sur ce dossier :        Anthony Jahn : 06 61 98 45 18          Karine TEFFO    : 06 33 46 75 41

 

                                                                                                                      5 avril 2009

 

« Laissez nous grandir ici »

Nous ne voulons plus vivre dans la peur. Nous voulons que la France nous adopte

 

 

Le 17 avril à 17h45, si nous le  laissons faire, le vol Paris – Pékin expulsera en Chine Jin long Jiang, ses 3 enfants et sa femme restant en France. Ou,  pourquoi pas ? Une expulsion en famille, cinq d’un coup, puisque les trois filles et leurs parents sont frappés  d’une obligation  à quitter le territoire français ?

Un chiffre, une expulsion de plus, un père, une famille en  plus ou en  moins, mais pas tout à fait comme les autres.

 

Peina,  19 ans, a un visage que des centaines de milliers de spectateurs ont entrevu au  cinéma au printemps 2007, avec celui d’autres enfants de sans papiers qui disaient :

On a peur que nos parents soient arrêtés par la police  quand ils vont au travail, quand ils prennent le métro, on a peur qu’on les mette en prison, que nos familles soient séparées  et qu’ils nous renvoient dans des pays qu’on ne connaît pas. On y pense tout le temps. A l’école aussi. Est ce que c’est normal d’avoir peur quand on va à l’école ? ….Nous ne voulons plus vivre dans la peur. Nous voulons que la France nous adopte. Nous voulons être régularisés.

Laissez nous grandir ici.

Peina et les autres enfants ont trouvé le courage de se montrer à visage découvert.  Acteurs d’un film, ils ont montré qu’ils étaient des nôtres, qu’ils participaient de notre culture commune.   300 cinéastes et artistes, réunis dans le collectif des cinéastes pour les sans papiers, 300  de ceux dont les noms  sont associés à la culture et à l’intelligence, ont refusé de cautionner la chasse à l’enfant,  la traque quotidienne des familles, les arrestations  et les expulsions justifiées par un ministère qui ose revendiquer l’humanité de sa politique.

 

Aujourd’hui Peina, 19 ans, élève de 1ère, Peifei, 21 ans, élève de terminale, et Peixain, leur sœur  de 23 ans ont toutes les trois reçu un avis d’expulsion.  Leur mère  également, qui a pourtant été en situation régulière pendant 3 ans. Acceptée hier, aujourd’hui bannie. Quelle logique ?  Quelle justice ?

Leur père, Jin Long Jiang, arrêté le 2 avril, est en rétention au CRA de Vincennes, une place est retenue pour son expulsion le 17 avril, date à laquelle M. Besson a décidé de démembrer cette famille en la privant d’un mari et père.

Leur situation est celle que vivent des centaines de familles, (18 interpellations de familles connues de RESF à Paris autour du 1er avril ).

La déclaration publique des  artistes en 2007, et plus de 100 000 signatures de la pétition « Laissez les grandir ici » ont traduit le refus de la chasse aux sans papiers, et ont permis de sauver des centaines  d’entre eux.

Il faut libérer Jin Long Jiang et le régulariser avec sa femme et ses enfants. Leur vie est ici.

Il faut régulariser les familles et les jeunes sans papiers qui, comme eux,  font les frais dans leur vie quotidienne des déclarations démagogiques et des basses œuvres du ministère de la rafle et du drapeau.

Contre l’arbitraire, nous en appelons à la justice, à l’intelligence, au sens de l’histoire.  A nous tous anonymes,  artistes et politiques,  d’exiger  que la revendication de 2007 « laissez les grandir ici » se traduise enfin dans les lois et dans les faits.

 

 

Tribunal administratif pour Jin Long Jiang : mardi 7 avril 12h 30  – 7 rue de Jouy Paris 75004. Soyons présents !

 

Préfecture de Police de Paris :

préfet de police : Michel Gaudin

fax 01 53 71 67 23

mails :   prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

 

Ministre de l’immigration

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

RESF : urgent et important.

janvier 27, 2009

Des papiers, ils en ont… mais pas le bon !

Pas de chaises vides à l’école Edouard Herriot de St Priest –69-

 

URGENT : appel à  FAX ou  mail pour la famille Hamaïdi (contact en fin d’article).

Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=17593

 

Après deux jours de rétention dans la prison pour étranger à Lyon-St exupéry pour les 3 enfants et les parents, la famille Hamaïdi a été assignée à résidence samedi 24/01/2009 … Le TA vient de confirmer l’APRF délivré lors de l’arrestation. Riane, Ghada Malek, Mohamed Yacine et leurs parents ne doivent pas être expulsés. Ils sont sous notre protection. Ils doivent être régularisés.

 

La famille Hamaïdi a été arrêtée  jeudi 22 jan vier à St Priest (69) à domicile aux premières heures !

Riane, née en 1997, Ghada Malek en 2002 et Mohamed Yacine né en 2004

Ils sont tous les trois scolarisés à l’école Edouard Herriot à St Priest-69- (CM2, CP et maternelle).

 

M et Mme HAMAIDI ont quitté leur pays parce qu’il y étaient en danger et victimes de violence et de menaces.  Mme Hamaïdi a été maltraitée en Algérie (coups et harcèlement moral) par la famille de Monsieur.

Ils doivent trouver ici une20place où vivre sereinement pour cela il ne leur manque que le bon papier et il appartient à l a préfecture de faire droit à leur demande.

 

Mme Hamaidi n’a plus de famille en Algérie :  sa mère attend la nationalité française,  3 frères et 1 sœur sont français.

 

La famille est parfaitement intégrée, participe aux activités de l’école, s’implique dans la vie de la ville.

Ils sont arrivés en France en 1999 puis sont rentrés en Algérie après un refus de la demande d’asile politique.

Ils reviennent en 2003. Monsieur et Madame HAMAIDI font une demande d’asile territorial, rejetée également. Ils repartent alors encore en Algérie en 2004.

Suite à de nouveaux problèmes en Algérie (hospitalisation de Mme suite à des violences), M adame revient en mai 2006 avec les enfants et est rejoint par son mari en juin. : ils font une demande de régularisation  … Rejet, OQTF fin 2007 et interpellation à domicile du père par la PAF le 22 nov 2006. Il est relâché dans l’après-midi.

 

Ce jeudi  jeudi 22 janvier 2008 :   interpellation de toute la famille conduite au centre de rétention

 

Lors de l’audience au JLD le 24 janvier plus de 50 personnes (amis, enseignants, parents d’élèves, élus, étaient présents).

Encore plus de personnes, ce lundi 26 janvier au Tribunal Administratif.

 

mél + fax préfet : jacques.geraul

t@rhone.pref.gouv.fr   , 04 78 60 49 38

mél + fax secrétaire général : christophe.bay@rhone.pref.gouv.fr   , 04 72 61 60 86

mél + fax directeur de cabinet : michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 15 46

mél + fax directrice de la réglementation : michele.denis@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 62 41

mél + fax sous-directeur de la réglementation : stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 52

 

jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr ; christophe.bay@rhone.pref.gouv.fr

michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr ; stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr

michele.denis@rhone.pref.gouv.fr

Ministère

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr

Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr

 

 

 

Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

 

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

Contact sur ce dossier : Michèle Piboulieu 06 60 96 19 86

La France patrie des droits de l’homme !

janvier 22, 2009

ENCORE UNE ENFANT INCARCEREE…

22 janvier 2009

DJESSY, 12 ANS EN GARDE A VUE A ROISSY AVEC SA MAMAN (2 AUTRES ENFANTS) ET UNE AMIE (4 ENFANTS)

Monsieur Sarkozy fait faire de plus en plus fort à la police !

 

Djessy a 12 ans, elle est congolaise. Elle était élevée à Brazzaville par sa grand-mère. Mais cette dernière, vieillissante et malade, ne pouvait plus s’occuper d’elle. Le père de Djessy ayant disparu, elle est envoyée au Bénin, chez un oncle, il y a 4 ou 5 mois.

Hier soir, Félicité, la mère de Djessy (qui est en situation régulière) reçoit un coup de fil de l’oncle lui disant qu’il place l’enfant dans un avion pour Paris (avec un passeport bricolé, peut-on supposer). Pour aller la chercher Félicité (qui n’est pas en très bonne santé) se fait accompagner d’une amie.

A l’arrivée, à 6h du matin, l’enfant (12 ans !), sa mère et l’amie sont interpellées et placées en garde à vue.

On en est là à l’heure où nous écrivons. On peut supposer que l’argumentation du gouvernement pour justifier l’injustifiable sera qu’on ne peut pas laisser entrer tout le monde, même les enfants, avec des faux papiers. Peut-être, mais la bonne question est à poser en amont : la politique de refus systématique du regroupement familial et des visas pour « freiner l’immigration familiale » aboutit à placer les familles dans des situations impossibles. Comment laisser les enfants au pays, livrés à eux-mêmes, réduits à l’indigence, dans des pays pauvres. Les familles font ce que tout le monde tenterait à leur place : sauver les enfants en les faisant rejoindre leur père ou leur mère dans le pays où ils vivent.

C’est ce qu’avait fait Williana (jeune congolaise internée quatre jours en zone d’attente pour avoir possédé un faux passeport), c’est ce qu’a peut-être fait l’oncle de Djessy. C’est illégal, sans doute mais c’est parfaitement légitime. Quand les lois placent les gens dans l’obligation de les enfreindre, c’est que les lois sont mauvaises et qu’il faut les changer.

En attendant, les victimes de ces lois iniques sont Djessy en garde à vue à l’âge de 12 ans, sa mère, ses deux autres enfants (Prince, 6 ans, et Lisa, 3 ans), Regina, l’amie embarquée dans cette histoire de fous malfaisants et ses quatre enfants pour l’heure privés de leur mère.

 

Il faut que ça cesse ! Que Djessy, Félicité et Régina soient immédiatement libérées. Et que les textes qui engendrent ces situations soient abrogés au plus vite.
 
 
Pour celles et ceux qui voudraient faire savoir aux autorités tout le bien qu’ils pensent de ces faits, rester correct, pas d’injures, pas de diffamation. D’autre part, préfectures et ministères mettent en place des filtres pour éjecter les messages qui pourraient leur déplaire : pour tenter de les contourner, faire des fautes (libreté au lieur de liberté), ou écrire les noms a v e c  u n  e s p a c e
Si vous êtes un’e) habitué’e), vous pouvez avoir été mis en liste noire. Pas d’autre moyen que de faire envoyer par qualqu’un d’autre ou le fax ou encore le téléphone de vive voix.

 

Ministère de la rafle et du drapeau

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr