Posts Tagged ‘sans-papier’

Paris, marche contre le racisme.

mai 30, 2011

« Tu as débarqué chez nous avec dans ton maigre bagage, une grande espérance, tu sais que si on te renvoie chez toi, tu seras emprisonné et plus personne n’entendra parler de toi. A peine es-tu arrivé chez nous qu’on t’enferme, parfois avec femmes et enfants. On te tabasse, on te refait ce que tu as déjà enduré chez toi.

Tu supplies qu’on te donne un laisser-passer, un visa pour la vie plutôt que pour l’éternité, tu es un demandeur d’asile, si tu ne trouves pas asile ici, tu trouveras asile de l’autre côté, tu attends un billet pour la mort ou pour la liberté.

Mon voisin me dit : »quest-ce que tu racontes ? Ce que tu dis ça se passe ailleurs, pas ici ? »

Hélas mon voisin, , ça se passe tout près, à deux pas de chez toi et toi et moi nous marchons libres dans le soleil.

Sais-tu que rien n’est sûr sur cette boule ronde, sais-tu que ce qui est sûr c’est que rien n’est certain et que nous pourrions devenir toi comme moi des sans-papiers ?

 Que sait-on de l’avenir dans le tohu-bohu de ce temps ? Si cela arrivait par malheur, alors il ne faudrait pas nous étonner que nous soyions traités comme nous avons traité chez nous les sans-papiers. »       (Julos Beaucarne)

http://www.bastamag.net/article1574.html

 

Vos papiers !

mai 3, 2011

http://info-espress.over-blog.com/article-ihr-ausweis-vos-papiers-73063776.html

Silence, on tue !

octobre 17, 2010

Par Sylvain Biville.              

« On pouvait entendre le type hurler à l’arrière de l’avion »

Le Guardian a reconstitué la scène, à partir du témoignage de plusieurs passagers. Deux d’entre eux racontent.

« On pouvait entendre le type hurler à l’arrière de l’avion. Il disait : “Ils vont me tuer ! ” »

« Au début, sa voix était forte mais avec le temps, elle est devenue de moins en moins puissante. »

Jimmy Mubenga, plaqué contre son siège par les trois agents de sécurité, se plaint à plusieurs reprises de ne plus pouvoir respirer. Puis c’est le retour au calme dans l’avion. Un passager assis sur la même rangée témoigne.

« Les agents de sécurité ont vérifié son pouls, au cou et au poignet. C’est là qu’ils ont semblé un peu inquiets. »

L’avion, qui avait commencé le roulage vers la piste de décollage, fait demi-tour et revient à la porte d’embarquement. Une équipe médicale d’urgence monte à bord pour tenter de réanimer Jimmy Mubenga, puis décide de l’évacuer vers un hôpital.

Sans son passager, le vol 77 de British Airways peut s’envoler pour Luanda. Quelques instants plus tard, le décès de Jimmy Mubenga est officiellement constaté.

Lire l’article : http://www.rue89.com/blog-londres/2010/10/17/une-expulsion-de-sans-papiers-tourne-au-drame-a-londres-171583?page=3#comment-1852545

Chez nous aussi http://www.bok.net/pajol/international/belgique/semira/semira.html et http://ccle.collectifs.net/Pas-de-justice-pour-Semira-Adamu

« Les mains en l’air » de Romain Goupil

avril 19, 2010

avec Valeria Bruni-Tedeschi, Romain Goupil et Hyppolite Girardot

Sortie le 9 juin 2010

22 mars 2067, Milana se souvient de ce qui lui arrivé, il y a soixante ans… En 2009, Milana, d’origine tchétchène, est élève en classe de CM2 à Paris. Ses copains, sa bande, ce sont Blaise, Alice, Claudio, Ali et Youssef. Mais un jour Youssef, qui n’a pas de papiers, est expulsé.

Puis, c’est au tour de Milana d’être menacée. Se sentant alors en danger, les enfants décident de réagir. Ils prêtent serment de toujours rester ensemble et organisent un complot pour sauver Milana…

http://www.youtube.com/watch?v=hryAtW5hE7w

http://www.filmsdulosange.fr/images/lesmainsenlair_dp.pdf

http://www.educationsansfrontieres.org/article28376.html

Lettre à Sarkozy.

décembre 16, 2009

http://www.dailymotion.com/video/xbh0a0_la-lettre-sans-papier_news

Le RESF 38 sollicite votre soutien pour obtenir la régularisation de Yazid Zaour.

juin 10, 2009

Un collectif RESF 38 s’est créé au Lycée Marie Curie d’Echirolles (38) : il rassemble toute la communauté éducative et plus largement des éluEs, des soutiens locaux, des citoyens et des citoyennes.

 

Nous vous invitons à prendre connaissance de la situation et  si, tout comme nous, vous la jugez intolérable,  faxer et mailer en vous appuyant sur la lettre écrite par le collectif au Préfet de l’Isère.

Il faut  que Yazid Zarour, jeune algérien assistant de vie  et Olivier Morel, professeur d’anglais handicapé  puissent  continuer à vivre normalement dans l’entraide et l’amitié.

  

Pour le Préfet de l’Isère, Yazid n’est pas irremplaçable. Seule la fonction est importante, pas la personne qui l’occupe.                                                                                                      

Monsieur le Préfet est-ce vraiment la seule réponse que vous comptez apporter face à une situation d’entraide et d’amitié ? Si oui, quelle grande humanité !

 

Yazid Zarour, jeune algérien entré en France en novembre 2002 avec un visa étudiant, travaille en qualité d’auxiliaire de vie auprès d’ Olivier Morel, professeur d’anglais au lycée Marie Curie d’Échirolles, lourdement handicapé en fauteuil. Il est depuis juin de cette même année son co-locataire.

 

Le 3 février 2009, Yazid (algérien d’origine, auxiliaire de vie d’Olivier Morel, professeur d’anglais au lycée Marie Curie d’Echirolles, handicapé lourdement dépendant) a fait l’objet d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

Suite à une forte mobilisation, après avoir été jugé devant le tribunal administratif de Lyon, Yazid a bénéficié d’une annulation de son OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), prononcée le 6 février 2009, annulation contre laquelle vous faites appel.

Vous devez comprendre que ces menaces d’expulsion sont source d’inquiétude et de stress pour Messieurs Morel et Zarour. Ce dernier, entré en France sous statut d’étudiant, possède à ce jour un titre provisoire de séjour jusqu’au 10 Août. Il est absolument indispensable de le rendre définitif afin que Monsieur Morel soit plus serein dans sa vie privée et professionnelle, dans un contexte où tous les discours officiels affichent l’intégration des handicapés comme une priorité nationale.

Nous attendons donc, conformément à vos engagements auprès de Madame David et de Monsieur Mermaz, parlementaires isérois, que vous étudiez le dossier de Yazid avec la plus haute bienveillance.

Il est nécessaire de régulariser sa situation afin qu’il puisse résider en France et puisse travailler comme il l’a toujours fait depuis 2006 avec compétences, et dans une qualité de rapports humains avec Olivier Morel que celui-ci souhaite légitimement conserver.

 

En conséquence, Monsieur le Préfet, nous vous le demandons avec force, Monsieur Zarour, doit rester sur le territoire national, avec autorisation de travail, pour exercer son activité salariée d’auxiliaire de vie auprès d’Olivier Morel.

Monsieur le Préfet de l’Isère, vous disposez d’un pouvoir discrétionnaire qui permettrait de régulariser immédiatement Yazid.

Nous vous demandons instamment de faire preuve de bon sens et d’humanité, en tenant compte de la situation de ce travail particulier où les rapports humains sont essentiels.

 

Pour Monsieur Albert Dupuy, préfet de l’Isère : albert.dupuy@isere.pref.gouv.fr

Pour Monsieur David Coste, directeur de cabinet : david.coste@isere.pref.gouv.fr

Fax du cabinet du Préfet : 04 76 44 68 00     Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <
antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <
igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>   Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <
franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr

RESF : urgent !

mai 30, 2009

M. Chen, arrêté à Nantes et en rétention à Rennes depuis le 29 avril, est sur le point d’être expulsé vers la Chine. Une place est prévue dans le vol pour Pékin dimanche 31 mai à 13h40 au départ de Roissy CDG (Terminal 2 E).

Rappel de sa situation :

M.Wenqiu CHEN vit en France depuis 2003 et vit avec sa femme, Mme Lihong SU, leurs 2 filles, Peilei CHEN née le 18/09/ 1985 et mère d’ un enfant né en France (dont le compagnon est en situation régulière), Lizhen CHEN née le 10/11/1988, et leur fils Lijie CHEN né le 24/02/1991, scolarisé depuis son arrivée en France et actuellement en classe de Modal (Module d’Accueil en lycée) au lycée Denis Papin de La Courneuve qui doit intégrer l’an prochain un CAP cuisine dans un lycée hôtelier. Madame a une soeur, un beau-frère et un neveu en situation régulière.

Les 2 parents travaillent depuis leur arrivée.

Le T.A. de Rennes a confirmé l’APRF, au motif que M. CHEN n’avait pas entrepris de démarches de régularisation. Or, après un premier refus de l’ofpra, n’ayant pu obtenir une aide juridictionnelle pour poursuivre leurs démarches, la famille n’a plus entrepris de démarches auprès de la préfecture, convaincue, en  toute bonne foi, qu’ils ne comptabilisaient pas encore assez d’années de présence en France pour obtenir un titre de séjour.

Comme la loi l’y autorise, M. Chen refusera d’embarquer, il est impensable pour lui de repartir en Chine en laissant seuls sa femme, ses enfants et petit-enfant derrière lui.

Nous sommes très inquiets, et espérons que vous pourrez être présents avec nous à Roissy dimanche pour le soutenir et empêcher son départ.

Vous pouvez aussi et avant tout faxer ou mailer le texte ci-dessous aux préfectures de Bobigny et Nantes.

 

Aurélie Despériez (0662769976) et Françoise Grey (0665395918)

 

Modèle pour le Préfet de Loire-Atlantique : Monsieur Bernard Hagelsteen

Fax : 02 40 41 20 25        02 40 41 23 55

Mail : courrier@loire-atlantique.pref.gouv.fr

etrangers@loire-atlantique.pref.gouv.fr

Monsieur le Préfet,

Nous avons appris la menace d’expulsion encourue par Monsieur Wenqiu CHEN, né le 21/07/1964 en Chine, actuellement en rétention à Rennes.

M. CHEN réside en France depuis plusieurs années, il a fait sa vie ici, il travaille dans le bâtiment.

En France, il vit à Aubervilliers avec sa femme et ses trois enfants, dont le dernier est scolarisé au Lycée Denis Papin de La Courneuve. Il est grand-père depuis moins d’un mois, sa fille aînée ayant donné naissance à un petit garçon en avril. Ses proches (beau-frère, belle-soeur et neveux) sont en situation régulière en France. Il est inconcevable que M. CHEN soit séparé de toute sa famille ; cela serait d’ailleurs contraire aux conventions internationales (CEDH et CIDE) ratifiées par la France.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, nous vous demandons de faire preuve d’humanité et de bien vouloir abroger l’Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière prononcé à l’encontre de Wenqiu CHEN, afin qu’il puisse régulariser sa situation et retrouver sa femme et ses enfants qui sont très angoissés à l’idée d’une séparation.

Veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.

Modèle pour le Préfet de la Seine Saint-Denis : Monsieur Nacer Meddah

Mail :nacer.meddah@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr

fax : 01 48 30 22 88

Monsieur le Préfet

Nous avons appris la menace d’expulsion encourue par Monsieur Wenqiu CHEN, né le 21/07/1964 en Chine, actuellement en rétention à Rennes, suite à un arrêté de reconduite à la frontière pris par le Préfet de Loire-Atlantique.

M. CHEN réside en France depuis plusieurs années, il a fait sa vie ici, il travaille dans le bâtiment.

En France, il vit à Aubervilliers avec sa femme et ses trois enfants, dont le dernier est scolarisé au Lycée Denis Papin de La Courneuve. Il est grand-père depuis moins d’un mois, sa fille aînée ayant donné naissance à un petit garçon en avril. Ses proches (beau-frère, belle-soeur et neveux) sont en situation régulière en France. Il est inconcevable que M. CHEN soit séparé de toute sa famille ; cela serait d’ailleurs contraire aux conventions internationales (CEDH et CIDE) ratifiées par la France.

Au vu des ces éléments, nous vous demandons de faire preuve d’humanité et d’accepter que M. Wenqiu CHEN puisse déposer une demande de titre de séjour salarié, afin qu’il puisse continuer à vivre en France et qu’il retrouve sa femme et ses enfants qui sont très angoissés à l’idée d’une séparation. Veuillez recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

 

Ministère Besson
Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00
Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr
Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
Directeur de cabinet :  christian.decharriere@iminidco.gouv.fr
Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr
Conseillère en communication laure.frugier@iminidco.gouv.fr
Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel  laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :
http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire
FAUGERE <jean.paul.faugere@premier-ministre.gouv.fr>,
GOSSET-GRAINVILLE <antoine.gosset-grainville@premier-ministre.gouv.fr>,
KLARSFELD <arno.klarsfeld@premier-ministre.gouv.fr>,
LEVY <myriam.levy@premier-ministre.gouv.fr>
MITROFANOFF <igor.mitrofanoff@premier-ministre.gouv.fr>

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html
GUEANT <claude.gueant@elysee.fr>
LOUVRIER <franck.louvrier@elysee.fr>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

www.educationsansfrontieres.org

NOUS AUSSI.

mars 2, 2009

Le 17 février dernier, un compagnon d’Emmaüs en situation irrégulière a été arrêté suite à une intervention des services de police dans les locaux de la communauté de la Pointe Rouge à Marseille.

Une telle arrestation va à l’encontre du principe d’accueil et de secours inconditionnel des personnes démunies quelle que soit leur situation.

Après avoir pris connaissance des investigations diligentées par la police au sein de la communauté d’Emmaüs de Marseille, nous, soussignés, reconnaissons avoir nous-mêmes priviligié l’accueil et le secours de personnes, fragilisées ou démunies, rencontrées à l’occasion de notre engagement professionnel, associatif ou militant, sans nous préoccuper au préalable de leur situation au regard de la loi.

Signer la pétition

Voir les signataires
 

Premiers signataires
Louis Bartolomei, Magistrat honoraire, ancien avocat général près la cour  d'appel de Lyon, Chevalier
 dans l'ordre national du mérite
Alain Badiou, Philosophe Christian Bruschi, agrégé des facultés de droit, avocat au barreau de Marseille Nicole Lorant, ancienne présidente de chambre de la cour administrative d'appel de Lyon Jacques Bonnadier, journaliste honoraire François Berger, magistrat honoraire, ancien président de chambre au tribunal de grande instance de Lyon Gérard Périer, professeur de lettres honoraire, fondateur de l'université populaire Jean Lorant, professeur des universités Florence Pazzottu, auteur Christine Francou, ép.Bartolomei, juge des enfants, vice présidente au tribunal de grande instance de Marseille Myrtho Bruschi, Avocate au barreau de Marseille

 

Contact  : nousaussi@placeauxdroits.net

 

 

DOUCEUR ANGEVINE ET ACHARNEMENT POLICIER.

février 15, 2009

Nous avons appris l’arrestation d’un papa alors qu’il sortait de l’école Aldo Ferrarro, à Angers, où il venait de déposer sa petite fille.

Ammar Amedjar est marocain, marié avec une jeune femme d’origine marocaine qui réside en France depuis l’âge d’un an, titulaire d’une carte de résident (10 ans).

Ils se sont mariés en 2005 au Maroc. Après le mariage, elle rentre en France, où vit toute sa famille, pour rechercher un emploi, afin de pouvoir faire une demande de regroupement familial. Déchirée, entre la France où est sa vie depuis toujours et le Maroc où se trouve son mari, elle fait des aller-retour au moins 2 fois par an pour pouvoir le voir. Des enfants naissent : Maria a trois ans et demi, Amina 7 mois.

En mars 2008, lassé d’attendre ce regroupement familial, Ammar entre en France avec un visa de trois mois ; lorsque celui-ci expire, il décide de rester près de sa femme et de ses deux filles.

En juin 2008, à quelques jours de la naissance de leur seconde fille, la police l’interpelle à son domicile, l’emmène en garde à vue puis en rétention à Rennes. Arrivé à l’aéroport, il refuse de monter à bord.

Il est remis en garde à vue et passe en comparution immédiate à Rennes. Il est libéré mais condamné à un mois de prison pour refus d’embarquement.

Il retourne chez lui ; quelques jours après la police revient à son domicile vers 8 h du matin en lui demandant de les suivre pour des formalités administratives à la préfecture.

Hésitant, il accepte pourtant et se retrouve à nouveau en garde à vue. L’après midi même, il est emmené à l’avion et craignant une nouvelle condamnation, il embarque pour Casablanca.

Après 2 mois passés loin de sa femme et de ses 2 petites filles, il décide en septembre de revenir clandestinement en France.

Et voilà que le 6 février, à la veille des vacances scolaires(!), il est arrêté, à moins de 100 m de l’école où il vient à pieds, comme chaque matin, déposer sa petite fille. Un policier prévient ensuite sa femme qu’il est conduit à la maison d’arrêt d’Angers pour purger sa peine.

La petite Maria ne comprend pas pourquoi son papa n’est pas venu la chercher. La femme d’Ammar ne peut plus poursuivre ses démarches professionnelles. Un nouvel APRF lui a été notifié en prison. Un recours a été fait qui sera jugé lundi 16 février à 10h au Tribunal administratif. Si l’APRF est confirmé, Ammar sortirait de prison à l’issue de sa peine pour être reconduit au Maroc alors que sa femme et ses filles sont en France où elles ont passé toute leur vie.

L’attitude des autorités est honteuse, à tous les points de vue.

Monsieur Sarkozy jadis, Monsieur Hortefeux plus récemment, M. Darcos, Ministre de l’Education il y a peu, se sont à plusieurs reprises engagés publiquement à ce qu’il n’y ait pas d’arrestation dans les écoles ou à leurs abords… Cet engagement ne concernerait-il pas le Maine-et-Loire ? Ou la parole des ministres serait-elle sans valeur ?

Ammar Amedjar n’a commis aucun autre délit que de vouloir vivre auprès de sa femme et de ses enfants. Il l’a demandé légalement. Il en a attendu l’autorisation pendant des années pendant lesquelles les autorités se sont moquées de lui et de sa famille. Quand il a décidé de rester auprès de ses enfants, la réponse a été la police, l’interpellation, la violence, la condamnation, la déloyauté et, pour finir, l’arrestation à la porte de l’école de son enfant et la prison.

Les lois et les textes qui interdisent de fait le regroupement familial et la délivrance des visas doivent être abrogés. Ils engendrent des drames comme celui vécu par la famille Amedjar ou celui des petites filles congolaises (12 ans et 5 ans) internées et traduites en justice il y a 15 jours pour avoir été munies de faux passeports pour rejoindre leurs parents en France.

Dans l’immédiat, nous demandons la grâce présidentielle pour Ammar Amedjar. En effet, ce père emprisonné pour vouloir vivre avec ses enfants serait-il moins estimable que le préfet escroc Marchiani qui sort de prison demain, gracié par M. Sarkozy ?  

Nous demandons d’autre part et évidemment, la délivrance immédiate d’un titre de séjour vie privée et familiale à Ammar Amedjar.

 

Pour RESF 49,

Katia Beudin 06 81 54 96 34

 

 

 

Vous pouvez manifester votre soutien à Ammar auprès de la préfecture de Maine-et-Loire (attention à rester courtois, pour éviter d’éventuelles poursuites , fréquentes en ce moment)

Numéros tel : 02 41 81 81 81   &  02 41 81 80 20

Fax:02 41 88 04 63

Mails: marc.cabane@maine-et-loire.pref.gouv.fr

cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr

 

 

Si les préfectures ont fermé certaines boites mails, il est toujours possible de leur écrire à courrier@

 

Ministère Besson

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Ministre : eric.besson@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

Directeur de cabinet :  christian.decharrière@iminidco.gouv.fr

Directeur adjoint du Cabinet : frank.supplisson@iminidco.gouv.fr

Conseillère en communication : laure.frugier@iminidco.gouv.fr

Conseillère en charge des relations avec le monde associatif, social et culturel : laura.kwiatowski@iminidco.gouv.fr

 

 

Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

La France patrie des droits de l’homme !

janvier 22, 2009

ENCORE UNE ENFANT INCARCEREE…

22 janvier 2009

DJESSY, 12 ANS EN GARDE A VUE A ROISSY AVEC SA MAMAN (2 AUTRES ENFANTS) ET UNE AMIE (4 ENFANTS)

Monsieur Sarkozy fait faire de plus en plus fort à la police !

 

Djessy a 12 ans, elle est congolaise. Elle était élevée à Brazzaville par sa grand-mère. Mais cette dernière, vieillissante et malade, ne pouvait plus s’occuper d’elle. Le père de Djessy ayant disparu, elle est envoyée au Bénin, chez un oncle, il y a 4 ou 5 mois.

Hier soir, Félicité, la mère de Djessy (qui est en situation régulière) reçoit un coup de fil de l’oncle lui disant qu’il place l’enfant dans un avion pour Paris (avec un passeport bricolé, peut-on supposer). Pour aller la chercher Félicité (qui n’est pas en très bonne santé) se fait accompagner d’une amie.

A l’arrivée, à 6h du matin, l’enfant (12 ans !), sa mère et l’amie sont interpellées et placées en garde à vue.

On en est là à l’heure où nous écrivons. On peut supposer que l’argumentation du gouvernement pour justifier l’injustifiable sera qu’on ne peut pas laisser entrer tout le monde, même les enfants, avec des faux papiers. Peut-être, mais la bonne question est à poser en amont : la politique de refus systématique du regroupement familial et des visas pour « freiner l’immigration familiale » aboutit à placer les familles dans des situations impossibles. Comment laisser les enfants au pays, livrés à eux-mêmes, réduits à l’indigence, dans des pays pauvres. Les familles font ce que tout le monde tenterait à leur place : sauver les enfants en les faisant rejoindre leur père ou leur mère dans le pays où ils vivent.

C’est ce qu’avait fait Williana (jeune congolaise internée quatre jours en zone d’attente pour avoir possédé un faux passeport), c’est ce qu’a peut-être fait l’oncle de Djessy. C’est illégal, sans doute mais c’est parfaitement légitime. Quand les lois placent les gens dans l’obligation de les enfreindre, c’est que les lois sont mauvaises et qu’il faut les changer.

En attendant, les victimes de ces lois iniques sont Djessy en garde à vue à l’âge de 12 ans, sa mère, ses deux autres enfants (Prince, 6 ans, et Lisa, 3 ans), Regina, l’amie embarquée dans cette histoire de fous malfaisants et ses quatre enfants pour l’heure privés de leur mère.

 

Il faut que ça cesse ! Que Djessy, Félicité et Régina soient immédiatement libérées. Et que les textes qui engendrent ces situations soient abrogés au plus vite.
 
 
Pour celles et ceux qui voudraient faire savoir aux autorités tout le bien qu’ils pensent de ces faits, rester correct, pas d’injures, pas de diffamation. D’autre part, préfectures et ministères mettent en place des filtres pour éjecter les messages qui pourraient leur déplaire : pour tenter de les contourner, faire des fautes (libreté au lieur de liberté), ou écrire les noms a v e c  u n  e s p a c e
Si vous êtes un’e) habitué’e), vous pouvez avoir été mis en liste noire. Pas d’autre moyen que de faire envoyer par qualqu’un d’autre ou le fax ou encore le téléphone de vive voix.

 

Ministère de la rafle et du drapeau

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

 

Matignon  :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr