Posts Tagged ‘SARM’

Le fléau de l’élevage intensif

novembre 2, 2020

Si un nombre croissant d’individus subissent l’assaut de bactéries multirésistantes, la faute en revient aux élevages industriels. Sur le banc des accusés : l’administration massive d’antibiotiques aux animaux. Une enquête qui fait froid dans le dos.

Viande de merde et martyr animal. A quand l’interdiction ?
A nous consommateurs de cesser de manger cette merde .

L’enfer de Guillaume Depardieu.

avril 20, 2010

ARTE – 21h35 – mardi 20/4          documentaire de V. Thurn

C’est le SARM qui a emporté Guillaume Depardieu. Retour sur un combat douloureux.

La bactérie tueuse s’est immiscée dans l’organisme de l’acteur lors de l’opération d’un genou en 1995, suite à un accident de moto. Dix-sept opérations plus tard et après des doses massives d’antibiotiques, les douleurs étaient toujours insupportables. Au point que Guillaume Depardieu décidait en 2003 de se faire amputer la jambe. Mais il mourra en 2008 de complications pulmonaires… En 2003, l’acteur avait créé une fondation pour lutter contre les infections nosocomiales. Sa célébrité lui a permis de médiatiser sa lutte contre les négligences du monde hospitalier en la matière. Ses interventions à la télévision et son livre ont marqué les esprits. Le ministère de la Santé publie désormais le nombre de cas de SARM chaque année. La France est le seul pays en Europe à le faire. Avec un résultat fort tangible, puisque le nombre de patients contaminés a nettement diminué au cours des cinq dernières années.

Rediffusions :
30.04.2010 à 11:05

www.arte.tv

SARM, une épidémie sous silence.

avril 20, 2010

ARTE – 20h35 – mardi 20/4               documentaire de M. Heeder, M. Hielscher

La prolifération d’agents pathogènes dans les milieux hospitaliers prend des proportions inquiétantes. L’une des bactéries les plus redoutables est le staphylocoque doré…

En anglais MRSA (Methicillin resistant staphylococcus aureus), en français SARM, le staphylocoque doré multirésistant est l’une des bactéries les plus contaminantes lors d’une intervention chirurgicale ou d’un séjour à l’hôpital. Elle provoque des infections graves, des pneumonies, des septicémies et diverses maladies dont l’issue peut être mortelle. On estime qu’elle est responsable d’environ 50 000 décès par an en Europe. De nombreux pays européens n’imposent aucune déclaration obligatoire pour le SARM. Aux États-Unis, la situation semble être totalement hors de contrôle. Il s’y est développé ce que l’on appelle le « USA 300 », un germe encore plus résistant aux antibiotiques, par lequel on peut être contaminé sur les terrains de jeux, de sport ou dans les écoles.

Rediffusions :
30.04.2010 à 10:05

www.arte.tv

http://www.lesmotsontunsens.com/sarm-la-norvege-reduit-les-infections-en-luttant-contre-les-antibiotiques-7234

SARM : la Norvège réduit les infections en luttant contre les antibiotiques.

mars 15, 2010

Par Napakatbra

La meilleure façon d’éliminer les infections de staphylocoque doré résistant (qui font 20 000 morts tous les ans aux États-Unis, plus que le Sida) est de réduire l’utilisation des antibiotiques, estime la Norvège. Et ça marche.

Le staphylocoque doré résistant, ou Methicillin-resistant Staphylococcus aureus (SARM), est responsable de près de 20 000 décès tous les ans aux États-unis. Et l’Europe n’a rien à leur envier, avec ses 25 000 morts dus au bactéries résistantes et 2,5 millions de jours d’hospitalisation pour un coût de 1,5 milliard d’euros. Le problème avec cette bactérie, c’est qu’elle a développé des résistances aux traitements antibiotiques. En cause, l’utilisation abusive des antibios, qui a conduit à la mutation des vecteurs de certaines maladies (tuberculose et paludisme notamment), les rendant plus difficile voire impossible à traiter.

Le SARM : une des principales menaces sanitaires

L’Organisation Mondiale de la Santé a d’ailleurs déclaré la résistance aux antibiotiques comme l’une des principales menaces pesant sur la santé publique mondiale. Il y a 25 ans, alors que le monde entier planchait sur de nouvelles molécules tueuses de bactéries, la Norvège a opté pour un système sanitaire limitant simplement l’utilisation des médicaments. Aujourd’hui le pays est l’un des plus sûrs au monde. « C’est une situation très triste que dans certains endroits autant de gens meurent encore de ça, parce que nous avons montré ici en Norvège que le SARM peut être contrôlé sans trop d’effort« , a déclaré Jan Hendrik-Binder, spécialiste du SARM.

Les antibiotiques, en Norvège, c’est (vraiment) pas automatique

La recette miracle ? On ne peut pas faire plus simple : les médecins prescrivent peu d’antibiotiques. Les patients porteurs du SARM sont systématiquement isolés et leur encadrement médical est testé et éventuellement prié de rester à la maison quelques temps. Pas plus. De nombreux pays commencent à s’intéresser au cas norvégien, notamment les États-Unis, où des tests sont réalisés dans quelques hôpitaux. Un centre médical à Billings, Montana, a ainsi réduit l’émergence de cas de SARM de 89%. À Pittsburgh, la baisse a été de 80% en quatre ans. Depuis peu, tous les hôpitaux de la ville ont intégré le programme, aboutissant à une diminution de moitié des cas de SARM.

« Vous économisez des souffrances, vous économisez des soins, vous économisez de l’argent, vous sauvez des vies » a déclaré le Robert Assassiner, chef des maladies infectieuses de l’administration sanitaire de Pittsburgh. Une évidence… Mais finalement, n’est-il pas de la nature de l’évidence qu’elle passe inaperçue ?

lesmotsontunsens.com