Posts Tagged ‘sauvetage’

Nous les laissons mourir en mer

janvier 3, 2019

Plus de 2.260 migrants sont morts en tentant de traverser la Méditerranée en 2018 : https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/plus-de-2-260-migrants-sont-morts-en-tentant-de-traverser-la-mediterranee-en-2018-5c2e3bb97b50a6072453b2e1

https://www.courrierinternational.com/video/enquete-comment-leurope-et-la-libye-laissent-mourir-les-migrants-en-mer

Publicités

Les Justes d’aujourd’hui

août 1, 2018

« Rien ne fera renoncer » l’Aquarius, qui reprend la mer, à remplir ses missions de sauvetage.

La suite sur : http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/rien-ne-fera-renoncer-l-aquarius-qui-reprend-la-mer-a-remplir-ses-missions-de-sauvetage-5b618e5e55326925486c9d1a

721 personnes mortes en mer depuis janvier, mais voilà ce qui fait pleurer Margot : http://www.lalibre.be/actu/belgique/pairi-daiza-pleure-un-de-ses-trois-koalas-5b618e2b55324d3f13b08f26

Un simple sauvetage en Méditerranée

juillet 30, 2017

par Le Partageux

http://yetiblog.org/index.php?post/2611

Les vagues comme des barbelés

juillet 11, 2017

par Marie Nennès

Depuis février 2016, l’Aquarius sillonne les eaux internationales au large de la Libye pour porter secours aux migrants qui tentent la traversée vers l’Europe. L’une des routes les plus meurtrières au monde : plus de deux mille personnes s’y sont déjà noyées en 2017. Affrété par SOS-Méditerranée, L’Aquarius est l’un des huit bateaux de secours présents sur la zone – le seul à y patrouiller toute l’année.

La suite sur : http://cqfd-journal.org/Les-vagues-comme-des-barbeles

« Accroche-toi, frère ! » Monument en l’honneur de Klaus Vogel

mars 26, 2017

par Le Partageux

 » Quand j’ai découvert le premier bateau auquel nous avons porté secours, je pense que j’ai senti — feel and smell — [ressenti avec les tripes et senti avec le nez] la même chose que les GI’s qui ont libéré les camps de concentration en 1945. La même détresse, la même horreur, la même mort contenues dans chaque corps. Jamais je n’avais vu des humains dans cet état. »

La suite sur : http://yetiblog.org/index.php?post/2311

Francken court après le Vlaams Blok avec son attaque contre les missions de sauvetage de MSF

mars 22, 2017

« Ils doivent s’en aller », a affirmé le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Théo Francken sur Tweeter à propos des missions de sauvetage de Médecins Sans Frontières en Méditerranée. « Des propos dégoûtants », réagit David Pestieau, le vice-président du PTB.

La suite sur : http://ptb.be/articles/francken-court-apres-le-vlaams-blok-avec-son-attaque-contre-les-missions-de-sauvetage-de

Cela se passe dans cette Europe qui se permet de donner, à coup de bombes, des leçons de « démocratie » aux autres !

août 21, 2016

Le 14 janvier, le Danois Saleem Aldeen et d’autres bénévoles ont reçu un appel de détresse venu d’un bateau en perdition près de l’île grecque de Lesbos. « J’entendais… des cris d’enfants et je lisais le désespoir dans les yeux des adultes. » Suivant le protocole, lui et son équipe ont alors appelé les garde-côtes grecs et ont porté secours aux réfugiés, ce qui leur a sauvé la vie. À l’arrivée des garde-côtes, les bénévoles ont été arrêtés comme passeurs, pour trafic d’êtres humains.[1]

La suite sur : https://act.wemove.eu/campaigns/defendons-notre-tradition-de-humanite

Les morts de Lampedusa sont dues à une Europe assassine

octobre 11, 2013

« Le drame de Lampedusa n’est pas une fatalité. L’Union Européenne doit sortir de sa logique sécuritaire et renouer avec les valeurs qu’elle prétend défendre ». Ci-dessous le texte signé par des responsables d’associations pour les droits de l’Homme.

« Le nouveau naufrage dans lequel ont péri ou disparu, tout près de l’île de Lampedusa, au moins 300 personnes parmi les 500 passagers d’un bateau en provenance de Libye, n’est pas dû à la fatalité. En 2010, au même endroit, deux naufrages simultanés avaient provoqué près de 400 victimes.

La suite à lire sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article8671

Attention batraciens sur les routes !

mars 1, 2012

A la fin de l’hiver, des milliers de batraciens entament leur migration printanière. Destination: les mares et les étangs qui les ont vus naître afin de s’y reproduire à leur tour.

Ces déplacements débutent dès la fin de l’hiver (généralement fin février – début mars), par temps doux et humide, à la tombée du jour. Les animaux peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à travers bois et prairies. Certains jours présentant des conditions climatiques particulièrement favorables (température supérieure à 7°C), les migrations peuvent impliquer des centaines, voire des milliers d’individus par nuit.

 

Participez !

Vous pouvez aussi aider les batraciens en participant à l’une des opérations de sauvetage des batraciens organisées le long de tronçons de route, pour éviter qu’ils ne se fassent écraser.  116 opérations sont organisées cette année !

Bassenge  : Rudi Vanherck (0474/56 88 34)
                          rudi.vanherck(at)natagora.be

Levez le pied !

Crapaud commun

La nuit, à proximité des “routes à batraciens”, rouler à vitesse très réduite (sous la barre des 30 km/h), et au besoin les feux de détresse allumés, est le premier réflexe qui sauve un grand nombre d’animaux ! En dessous de cette vitesse, on évite en effet que les batraciens ne soient aspirés et projetés vers une mort certaine contre le soubassement des véhicules. Soyez également très attentifs aux volontaires qui participent au ramassage des batraciens !

http://www.batraciens.be/

 

 

Les tortues olivâtres sont au bord de l’extinction.

septembre 3, 2008
Chère sympathisante, cher sympathisant,

En avril de cette année, Greenpeace a lancé une campagne visant à sauver les tortues olivâtres. Un projet portuaire sur la côte est de l’Inde les menace à très court terme.

La construction du port a lieu à quelques encablures seulement de l’un des derniers sites de reproduction des tortues olivâtres. De ce fait, ces dernières risquent de disparaître.

Tout comme les tortues olivâtres ne sont pas une espèce banale, il ne s’agit pas d’un port banal, car il est construit par le groupe industriel Tata. Ce groupe indien est également implanté en Belgique. Ce qui permet d’agir depuis Bruxelles. 90.000 clients de Tata ont déjà réclamé l’arrêt de la construction de ce port qui détruit, à coups de bulldozers, de nombreux habitats naturels indiens.

Selon toute évidence, cette mobilisation ne suffit pas. Tata est par contre sensible à la pression du public et c’est pourquoi nous vous demandons à votre tour de faire pression sur la compagnie. Tata doit admettre que si elle souhaite avoir une présence mondiale, elle doit tenir compte de l’avis de citoyens originaires des quatre coins de la planète.

Écrivez à Tata Consultancy Services en Belgique et exigez que votre message soit transmis à ses directeurs en Inde.

> Envoyez une lettre à Tata Consultancy Services maintenant !

Ensemble, évitons l’extinction des tortues olivâtres. Merci de tout cœur !

Salutations écologiques,

L’équipe Greenpeace

Ps: N’hésitez pas à faire circuler ce message parmi vos amis et connaissances.