Posts Tagged ‘services publics’

Franck Lepage : « covid-19 : l’ami des dominants »

juillet 24, 2020

Patrick Pelloux : « L’hôpital de demain n’existera jamais pour les plus pauvres ».

juillet 8, 2020

« Les lobbies veulent façonner le monde d’après »

juin 4, 2020

Entretien avec Juliette Renaud

Dans un rapport publié mercredi, les Amis de la Terre et l’Observatoire des multinationales montrent comment, à l’occasion de la crise sanitaire, les lobbies de l’industrie ont lancé une grande offensive auprès des pouvoirs publics. L’enjeu : capter l’argent public des plans de sortie de crise, et verrouiller le « monde d’après ».

La suite sur : https://reporterre.net/Les-lobbies-veulent-faconner-le-monde-d-apres

À quelle sauce le Covid-capitalisme va-t-il nous bouffer ?

mai 27, 2020

par Mathieu Léonard

En dépit des déclarations socialisantes d’un Macron plus hypocrite que jamais, le néolibéralisme, touché mais pas coulé, est déjà repassé à l’offensive. Quelles nouvelles formes prendra-t-il ? Peut-on espérer infléchir l’histoire ? Trois chercheurs critiques font leur pronostic.

La suite sur : http://cqfd-journal.org/A-quelle-sauce-le-Covid

Un appel de Vincent Lindon : « Comment ce pays si riche… »

mai 6, 2020

Lire aussi : https://yetiblog.org/archives/24313

« Qui va financer la crise du Covid-19 ? Saisir l’opportunité pour revoir notre contrat social »

avril 18, 2020

Une opinion de Lucien Rigaux, chercheur au Centre de droit public de l’ULB.

« Nous sommes en guerre ». Avec la crise sanitaire du Covid-19, cette expression rencontre un certain succès. Même si la comparaison entre la guerre et notre situation a ses limites, certaines mesures adoptées pour endiguer la propagation du virus, dont les restrictions exceptionnelles aux droits et libertés font fortement penser à un état de guerre. Comme en temps de guerre, l’effort qui est demandé aux habitants est significatif. Comme en temps de guerre, les finances publiques sont mises à rude épreuve. L’État belge, dans ses différentes composantes, est décidé à dépenser pour amortir le choc économique et social provoqué par la pandémie et la mise à l’arrêt l’économie. Qui s’émouvra de cette dégradation budgétaire puisqu’il s’agit, ici, de faire preuve de solidarité en aidant les victimes sociales et économiques de la crise sanitaire ? Tout le monde semble partager cet élan de solidarité, mais peu se posent la question de son financement.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/qui-va-financer-la-crise-du-covid-19-les-situations-d-apres-guerre-peuvent-inspirer-les-responsables-politiques-5e98729f9978e21833635418

Confiné mais pas abattu, le mouvement social s’organise

avril 14, 2020

par Alexandre Reza-Kokabi

Comment et pourquoi continuer de lutter pendant la pandémie ? Passé un temps de sidération, les voix dissidentes se font à nouveau entendre, même si, mesures de mise à distance oblige, les modes d’action doivent être repensés.

Loin de la rue, le mouvement social est-il désarmé ? En dépit de la rhétorique guerrière et unanimiste déployée par le chef de l’État, la colère n’est pas confinée. La contestation bouillonne et s’organise face aux insuffisances et aux volte-face de l’exécutif dans sa gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Les plaintes, les mouvements de grève, les manifestations aux fenêtres et les formes d’auto-organisation fleurissent, donnant de l’écho aux voix dissidentes.

La suite sur : https://reporterre.net/Confine-mais-pas-abattu-le-mouvement-social-s-organise

tiens, tiens https://reporterre.net/En-mars-le-gouvernement-a-lance-l-achat-de-gaz-lacrymogenes-plutot-que-des-tests-du

Clément Viktorovitch : Réforme de l’hôpital et manipulation du langage

avril 9, 2020

Comment les grandes fortunes redorent leur image grâce au coronavirus

avril 9, 2020

par Benjamin Hourticq

À coup de millions d’euros, de masques et de gels hydroalcoolique, les grandes fortunes enfilent leurs costumes de héros pour aider les services publics à lutter contre la pandémie. Des philanthropes également connus pour leurs stratégies d’évitement de l’impôt, responsables en partie de la dégradation actuelle du système de santé.

La suite sur : https://reporterre.net/Comment-les-grandes-fortunes-redorent-leur-image-grace-au-coronavirus

« ce qui se passe s’inscrit dans la logique néolibérale ». « Il est tout à fait normal, dans le cas de l’incendie de Notre-Dame, une catastrophe climatique ou une pandémie aujourd’hui, que les riches qui ont tout pillé fassent l’aumône et donnent un petit peu d’argent avec des dons pour se refaire une virginité, dit-elle à Reporterre. Leur prédation n’est due qu’à l’arbitraire : ils ont la propriété dans leurs mains et exploitent la force de travail des autres. Ce qu’il faudrait plutôt, c’est qu’ils payent les impôts et arrêtent de payer les dividendes. » (M. Pinçon-Charlot)

« Monique Pinçon-Charlot n’est pas dupe de ce bal des bonnes intentions. « C’est du cynisme, de la manipulation, de la perversion, c’est la guerre. Une guerre de classes. »

Les impacts socio-économiques de la crise du Coronavirus

avril 9, 2020

par Nabil Sheihk Hassan

Dans les lignes qui suivent, il ne sera pas question d’aborder le versant sanitaire de la crise, mais de donner un cadre d’analyse socio-économique. Sur le volet sanitaire, il semble exister un espoir au bout du tunnel. Cependant il faudra en affronter les conséquences socio-économiques. La noirceur comme la longueur de ce tunnel-là ne sont pas encore bien connues. Est-ce que la crise nous sert de bonne leçon et tout ira mieux après ? Est-ce que le moment est propice pour des avancées sociales et environnementales ? Est-ce que le capitalisme vacille sur ses fondements ?

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/les-impacts-socio-economiques-de-la-crise-du-coronavirus/

Nous ne sommes pas en guerre, nous sommes en lutte

Une analyse socio-économique de la crise déclenchée par le COVID-19 montre que des conséquences à moyen terme pour l’emploi, la dégradation des finances publiques ou une contagion vers une crise financière sont possibles mais incertaines. À court terme, l’ampleur de la crise risque d’être aussi grande que celle de 2008, à la différence qu’elle commence dans l’économie réelle, en affectant autant la production que la consommation de biens et de services.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/nous-ne-sommes-pas-en-guerre-nous-sommes-en-lutte/