Posts Tagged ‘sexisme’

L’enseigne « Brut Butcher » au cœur d’une polémique pour des t-shirts jugés sexistes : « Les salariés subissent régulièrement des remarques obscènes »

février 9, 2021

La chaîne française de restaurants Brut Butcher fait parler d’elle, mais pas pour sa cuisine. L’entreprise a décidé de jouer la carte de l’humour et ses serveurs portent des t-shirts aux inscriptions originales. Mais certaines sont jugées sexistes par une partie des employés.

La suite sur : https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/l-enseigne-francaise-brut-butcher-au-cur-d-une-polemique-pour-des-t-shirts-juges-sexistes-60226c709978e227df02ed86?cx_testId=1&cx_testVariant=cx_1&cx_artPos=1#cxrecs_s

Brut Butcher affiche son sexisme au dos de ses employés

« Dans un courrier adressé fin janvier au Conseil des Prud’hommes de Saint-Etienne, l’avocat de l’enseigne avait répondu que « pas un seul des 200 salariés ne s’était plaint des slogans humoristiques apposés sur les tee-shirts (…) ni fait remonter à sa direction avoir été l’objet de remarques salaces ». »
Au risque de perdre son emploi ?
Les auteurs de ces slogans sont de parfaits et lourds crétins, tout comme certains clients…

La faute aux réseaux sociaux

janvier 25, 2021

par collectif Les mots sont importants

Pour ou contre les réseaux sociaux ? C’est un peu comme si on vous demandait si vous êtes pour ou contre : les ordinateurs, la musique pop ou… les M&M’s. Ca dépend : comment, quand, combien et combien de temps ?

La suite sur : https://lmsi.net/La-faute-aux-reseaux-sociaux

Se tapir dans l’ombre de l’homme : le langage au service du patriarcat

novembre 29, 2020

par Marie Nicolay

Que se cache-t-il derrière le langage ? Est-il discriminant dans sa constitution même, dans son vocabulaire et dans sa grammaire ? En s’appuyant sur un exemple précis, celui de l’expression des droits de l’homme, le Collectif droits humains pour tou.te.s (CDHPT) signe un livre-manifeste éponyme qui force la lectrice1 à regarder en face le sexisme de la langue française. Paru en 2020 aux Éditions Libertalia, il a été dirigé par Géraldine Franck.

La suite sur : https://www.revuepolitique.be/se-tapir-dans-lombre-de-lhomme-le-langage-au-service-du-patriarcat/

Et dire que nous en sommes encore là en 2020 !

novembre 23, 2020

T-shirts de la honte

Des collégiennes, avec le soutien de collectifs féministes, se mobilisent contre des punitions sexistes mises en place par la direction de leur école pour le port de tenues jugées provocantes.

La suite sur : https://solidarites.ch/journal/376-2/t-shirts-de-la-honte-une-mobilisation-feministe-exemplaire/?fbclid=IwAR2gEffuTVIcU-UOeVRpUfVCYlrG8eojJnckOuAmlg37zuYvLeogBOwmvVw

Le « bon sens » (xénophobe) près de « chez nous »

juillet 25, 2020

par Collectif Les mots sont importants

Traiter le sexisme comme un sujet sérieux, à part entière, avec un volet répressif cohérent pour les « violences sexuelles et sexistes », c’est-à-dire avec les mêmes peines, que le coupable soit puissant ou misérable, ministre ou citoyen lambda, français ou étranger, voilà qui n’est pas, et même moins que jamais, d’actualité.

La suite sur : https://lmsi.net/Le-bon-sens-xenophobe-pres-de-chez-nous

Déconstruire le sexisme ordinaire

juin 1, 2020

par Christine Vanden Daelen , Camille Bruneau

Les mouvements féministes le clament hauts et fort et depuis (trop) longtemps : tant que les identités et possibles de chacun.e resteront façonnés par des représentations de genre nous enfermant, depuis que nous sommes dans le ventre de nos mères, dans des rôles définis par notre sexe physiologique, toute tentative d’émancipation individuelle et collective restera partielle. Le patriarcat continuera à imposer ses normes et hiérarchies qui interfèrent au plus intime de nos vies et ce tous les jours, dans tous les domaines. Prendre conscience de l’existence du sexisme, scruter ses multiples manifestations et effets pour le déconstruire collectivement est une nécessité. Cet article espère être une contribution à cette lutte de longue haleine, de tous les instants, mais emplie d’une infinité de perspectives libératrices. Avant d’entrer dans les subtilités tacites du sexisme “ordinaire, voyons comment le sexisme fonctionne et se reproduit.

La suite sur : http://www.cadtm.org/Deconstruire-le-sexisme-ordinaire

Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ? : http://www.cadtm.org/Comment-le-patriarcat-et-le

Quelle vision du développement pour les féministes : http://www.cadtm.org/Quelle-vision-du-developpement-pour-les-feministes

Sexisme d’extrême-droite

mai 30, 2020

Un tweet de Dries Van Langenhove à l’égard d’une jeune fille suscite l’indignation en Flandre: « Quelle déclaration dégoûtante »

https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/un-tweet-de-dries-van-langenhove-a-l-egard-d-une-jeune-fille-suscite-l-indignation-en-flandre-un-depute-qui-humilie-une-jeune-femme-quelle-elegance-5ed1ffbed8ad581c546bc4ba

« suscite l’indignation en Flandre » Quelle hypocrisie alors que : https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2020/05/23/le-vlaams-belang-toujours-plus-populaire-en-flandre-selon-un-so/

Harcèlement de rue: « Mais bordel! Quand serons-nous tranquilles ? », une Liégeoise témoigne

mai 27, 2020

Laura a été victime victime lundi de quatre harcèlements de rue sur à peine quelques centaines de mètres, en quittant son kot au centre de la ville de Liège pour emprunter la passerelle et rejoindre la place Cockerill. Cette étudiante de 24 ans a décidé pour la première fois de le dénoncer en publiant son témoignage sur Instagram et sur Facebook. Sa story a très vite suscité de nombreux commentaires. Comme si sa parole libérait celle de bien d’autres femmes, victimes quotidiennement des mêmes remarques sexistes et blessantes.

Lundi, pour Laura, c’était celles de trop. Ce soir-là, elle voulait juste lire un livre sur un banc le long de la Meuse…

La suite sur : https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_mais-bordel-quand-serons-nous-tranquilles-harcelement-de-rue-une-liegeoise-temoigne?id=10509716&fbclid=IwAR2mpu_eRy1rTHYx8KN_SS3l6GR3Z4uAQFNr1WkgBIo1VVJbJA_lZoDZPNM

Quand la rue devient une jungle : traité de la fondamentalité d’éduquer vos fils : https://www.lalibre.be/debats/opinions/quand-la-rue-devient-une-jungle-traite-de-la-fondamentalite-d-eduquer-vos-fils-5ed0c7d69978e24cfc0e0ae1

Cessez donc de vous pliez à ces injonctions ! Dans toutes les circonstances.

avril 1, 2020

Le rôle des femmes n’est pas de rester belles durant le confinement.

Une chronique de Safia Kessas et Sofia Cotsoglou

Elles sont infirmières, doctoresses, aides-soignantes, aides-familiales ou à domicile, techniciennes de surface, caissières, éducatrices ou encore institutrices. Elles assurent des métiers essentiels et souvent dévalorisés qui nous permettent de continuer à vivre. Les femmes, en première ligne sur le front du coronavirus, n’échappent pas au sexisme qui se répand presque aussi vite que le virus. Sur les réseaux sociaux, les blagues sexistes pullulent. Quant aux magazines féminins, ils multiplient les diktats esthétiques. Une femme doit rester à son avantage en toutes circonstances.

La suite sur : https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_le-role-des-femmes-n-est-pas-de-rester-belles-durant-le-confinement?id=10471428

« La femme objet est une création de l’homme abject. » (Louise Leblanc)

« Not All Men » : vraiment ? — par Valérie Rey-Robert

mars 24, 2020

Un an après la paru­tion de son pre­mier livre, Une culture du viol à la fran­çaise, Valérie Rey-Robert, ani­ma­trice du blog Crêpe Georgette, sort aux édi­tions Libertalia son second essai : Le Sexisme, une affaire d’hommes. Il s’a­git là d’un « pari », ain­si qu’elle le for­mule : se dire que la vio­lence mas­cu­line n’est pas iné­luc­table. La vio­lence des hommes sur les femmes et des hommes entre eux. Chiffres à l’ap­pui, ils causent en effet davan­tage d’ac­ci­dents mor­tels sur la route, tuent et frappent davan­tage, meurent vio­lem­ment et se sui­cident davan­tage, rem­plissent les pri­sons à plus de 95 %, sont les prin­ci­paux res­pon­sables d’actes ter­ro­ristes et, bien sûr, repré­sentent l’im­mense majo­ri­té des per­sonnes res­pon­sables d’in­frac­tions et de crimes sexuels. Certain que la lutte contre le sexisme ne peut plus être l’af­faire des seules femmes, ce livre s’a­dresse volon­tiers aux hommes, à tous les hommes, et convie à repen­ser la viri­li­té comme sys­tème col­lec­tif. Nous en publions quelques pages, consa­crées au fameux mot d’ordre de défense mas­cu­line, « Not All Men » (« Pas tous les hommes ») : ne le pre­nez pas per­son­nel­le­ment et édu­quez-vous, demande ain­si l’au­trice.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/not-all-men-vraiment-par-valerie-rey-robert/