Posts Tagged ‘Shoah’

« L’appropriation par Israël de ‘la mémoire de la Shoah’ est pour moi une vraie souffrance »

janvier 28, 2020

Une opinion d’Henri Goldman, membre de l’Union des Progressistes Juifs de Belgique.

Auschwitz. Ma famille a une histoire avec ce camp. Ma mère, Szajndla dite Sonia, y fut déportée de Malines en janvier 1944, avec le 23 e convoi. Peu de temps après, elle donna naissance à une petite fille qui fut doucement euthanasiée pour éviter pire. Mon père, Yisroël dit Charles, arriva un peu plus tard, avec le 24 e convoi, l’avant-dernier, accompagné de sa femme et du plus jeune de ses trois enfants. À l’arrivée, ils furent séparés sur la rampe. Mon père rentra dans le camp. Sa femme et son fils furent poussés dans l’autre file. Ils allaient prendre une douche. On ne devait plus les revoir. Leurs noms sont gravés sur les murs du mémorial juif d’Anderlecht, parmi plus de 25 000 autres noms.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/l-appropriation-par-israel-de-la-memoire-de-la-shoah-est-pour-moi-une-vraie-souffrance-5e2ffa88f20d5a6521efc57a

http://ujfp.org/spip.php?article7655

http://europalestine.com/spip.php?article796
http://europalestine.com/spip.php?article801

Lanzmann le tricheur : « Shoah » et le mensonge par omission

juillet 16, 2018

par Cécile Winter

Le film « Shoah » de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d’Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C’est dans ces termes qu’on le célèbre aujourd’hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.

La suite sur : http://ujfp.org/spip.php?article6512

Ken Loach : mise au point

octobre 22, 2017

Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant « l’affaire Ken Loach », fin septembre : le réalisateur britannique — qui nous avait permis d’organiser une soirée militante autour de son dernier film, Moi, Daniel Blake — aurait, au micro de la BBC, fait preuve de négationnisme ou, à tout le moins, de complaisance à son endroit. Ce qu’il dément formellement. Il ne s’était pas encore exprimé dans un média français ; l’occasion d’une mise au point.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/ken-loach-mise-au-point/

Janina Hescheles-Altman : de la Shoah aux Femmes en noir d’Israël

avril 10, 2017

par Christine Chaumeau

Janina Hescheles-Altman a écrit “A travers les yeux d’une fille de 12 ans” en 1943, quelques semaines après s’être évadée du camp de Janowska, à Lvov.
Il sort aujourd’hui en France [*].

Rencontre avec son auteure, fidèle à l’enfant qu’elle était.

A lire sur : http://www.ujfp.org/spip.php?article5533

85 % des victimes de la Shoah attendent qu’Israel leur rendent leurs biens

décembre 11, 2016

Seuls 15,6 % des biens ayant appartenu à des juifs disparus dans la Shoah ont été rendus aux héritiers légitimes, par Israël qui continue à détenir ces biens, montre un article de Danièle Kriegel, publié dans le Point.

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article12497

L’étrangeté des derniers procès nazis

juin 29, 2016

par Coralie Febvre

https://making-of.afp.com/letrangete-des-derniers-proces-nazis

Le chantage à l’antisémitisme expliqué par Shulamit Aloni

janvier 7, 2014

Israélienne, ancienne ministre de l’éducation en Israël, Shulamit Aloni explique simplement comment fonctionne l’instrumentalisation de la Shoah par Israël et ses supporters.

A écouter sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article8935

Pire que du bétail : http://www.europalestine.com/spip.php?article8937

Dr. Norman G. Finkelstein

novembre 23, 2012

 

« Les Arabes et la Shoah » de Gilbert Achcar

septembre 3, 2010

« Il y a, certes, beaucoup  d’attitudes grotesques et odieuses vis-à-vis de la Shoah dans le monde arabe ; mais il y a aussi des interprétations caricaturales et globalisantes de la réception arabe de la Shoah, tant en Israël que dans le monde occidental ».

Article publié dans la revue Contretemps, numéro 6.

NB : Sauf mention, les citations (entre guillemets et en italique) sont extraites de l’ouvrage de Gilbert Achcar.


Dans une tribune publiée récemment dans Le Monde, Eric Marty, connu pour ses sympathies pro-israéliennes, s’interroge : « Le boycott d’Israël est-il de gauche ? ». La question s’avère en réalité un prétexte pour se livrer à un exercice de justification de la politique israélienne et de délégitimation de tous ceux qui la critiquent. Deux de ses arguments sont des « classiques » de la rhétorique sioniste : Israël vit sous la menace de « l’anéantissement physique » ; menace entretenue par « une propagande antisémite systématique dans les pays musulmans ». Le choix des mots n’est pas innocent. Les soutiens d’Israël savent en effet que « l’Etat des Juifs » abrite l’armée la plus puissante du Moyen-Orient et qu’il est le seul, dans la région, à posséder l’arme atomique. Mais s’ils emploient de manière récurrente des termes tels que « l’anéantissement », la « destruction », « l’annihilation », toujours articulés à la dénonciation de la « propagande antisémite », c’est parce qu’ils savent que de tels mots frappent les esprits. Ils font écho à cette mauvaise conscience occidentale à l’égard de ce qui demeure l’expression la plus tragique du poison de l’antisémitisme : la destruction des Juifs d’Europe durant la seconde guerre mondiale. Instrumentaliser la tragédie des uns pour occulter, voire légitimer, celle des autres : un exercice sur lequel ils n’ont pas le monopole mais auxquels les thuriféraires d’Israël ont fréquemment recours.

La suite : http://juliensalingue.over-blog.com/article-note-sur-les-arabes-et-la-shoah-de-gilbert-achcar-52285544.html

Shoah.

janvier 27, 2010

ARTE – 20h35 – mercredi 27/1     film documentaire de C. Lanzman

http://www.dailymotion.com/video/xjcph_shoah-claude-lanzmann_shortfilms

Deuxième époque
Cette deuxième partie s’ouvre sur un chant fredonné par Franz Suchomel, un ancien SS débusqué chez lui par Claude Lanzmann et filmé à son insu. Il s’agit du chant que devaient apprendre, dès leur arrivée à Treblinka, les nouveaux groupes de « juifs au travail » : « Le pas ferme, regard sur le monde, droit et loin, toujours braves et joyeux, les commandos marchent au travail. Pour nous il n’y a plus aujourd’hui que Treblinka, qui est notre destin… » En réponse aux questions précises de Claude Lanzmann, l’ancien SS explique ensuite, carte du camp à l’appui, comment il était possible de « traiter » – liquider – 18 000 personnes par jour à Treblinka…

www.arte.tv