Posts Tagged ‘sociologie’

LES PAUVRES SONT EN TROP – Monique Pinçon-Charlot

juillet 26, 2017

Le savoir sous l’éteignoir

mars 25, 2016

par Yann Fiévet  

Un fait dramatique doucement s’impose en nos vieilles démocraties : le politique n’y semble plus enclin à reconnaître la légitimité des sciences sociales dans la nécessaire compréhension des choses de la Cité. Nous devrions pourtant nous souvenir que les périodes sombres de l’Histoire ont d’abord été obscurcies par le rabougrissement de la pensée et par la répression des érudits dont les incessants questionnements des faits politiques et sociaux devenaient des obstacles à une nouvelle vulgate. Il semble bien que notre époque est pleinement entrée dans un processus de décrédibilisation des savoirs sociologiques, historiographiques ou anthropologiques. Dans ce processus qui n’en est qu’à sa première étape, celle du simple dénigrement des idées complexes, le confort des schémas simplistes ou carrément manichéens d’explication l’emporte sur la volonté de comprendre les transformations d’un monde en crise. Affirmons contre le truisme, qui croît et embellit ces temps-ci au pays de Voltaire, que l’explication des choses ne les excuse en rien. Elle permet juste de les comprendre. Cependant, cela est essentiel.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article30914

Terrorisme : raconter l’émotion, jusqu’à l’écoeurement, pour ne pas parler du fond : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article30911

Voilà la réponse qu’ils on trouvée ! http://www.lalibre.be/actu/international/charles-michel-confirme-la-reprise-prochaine-de-la-mission-des-f-16-belges-contre-l-etat-islamique-56f5145035702a22d5b79da3

#OnVautMieuxQueÇa : Osons causer

mars 5, 2016

« Osons causer » est l’un de ces jeunes youtubeurs, vidéastes et blogueurs qui ont fait une vidéo commune appelant à refuser la loi travail. Faisons connaissance. « Osons causer » est une équipe de trois copains. L’un apparaît à l’écran tandis qu’un autre filme et que les trois préparent les bafouilles. Trois gars jeunes universitaires (en galère) qui causent politique, sociologie et philosophie. Sans gros mots, sans pédanterie, sans prise de tête. Tu vas ainsi découvrir des auteurs ou des idées pas toujours faciles. Intelligent, bien foutu, sans langue de bois : ça fait un carton dans la jeune génération.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article30738

Et aussi : http://yetiblog.org/index.php?post/1661

Bernard Lahire « La sociologie vient gêner la légitimation de la domination »

février 15, 2016

« Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser » : ces mots prononcés récemment par le premier ministre, parmi d’autres déclarations similaires, à la suite des attentats de novembre 2015, ont déclenché une vive polémique. Or ces attaques contre la volonté de comprendre ce qui est à l’origine des actes, y compris les plus répréhensibles, des individus – volonté qui est à la base de la démarche des sciences sociales et de la connaissance de la réalité en général – ont une histoire et procèdent d’une logique.

La suite sur : http://www.humanite.fr/bernard-lahire-la-sociologie-vient-gener-la-legitimation-de-la-domination-598609

La sociologie excuse-t-elle les terroristes ?

décembre 1, 2015

par Xavier Molenat 

Au Sénat, le jeudi 26 novembre, le sénateur communiste Christian Favier a demandé à Manuel Valls quelles politiques publiques il comptait mettre en œuvre après les attentats du 13 novembre « pour que toute la jeunesse, sans discrimination ni stigmatisation, puisse redonner sens à sa vie, reprendre confiance en son avenir et renouer avec l’espoir d’une vie meilleure ».

La suite sur : http://www.alterecoplus.fr/en-direct-de-la-recherche/la-sociologie-excuse-t-elle-les-terroristes-201512011020-00002614.html

« Notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme une monstruosité infâme »

janvier 16, 2015

Par Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey)

Après le temps de la sidération, le temps de la communion et le temps du recueillement autour des victimes des assassinats des 7, 8 et 9 janvier, devra venir le temps de la réflexion sur ces événements tragiques. Or l’émotion légitime et l’apparent consensus qui en a résulté tendent à délimiter l’espace du pensable et a fortiori du dicible. Un périmètre de sécurité idéologique impose ce qu’il est acceptable d’interroger et ce qui ne saurait l’être.

La suite sur : http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/15/notre-societe-a-produit-ce-qu-elle-rejette-aujourd-hui-comme-une-monstruosite-infame_4557235_3232.html

Les fonctions positives de la pauvreté

octobre 3, 2014

La pauvreté est ordinairement étudiée par le biais des difficultés qu’elle provoque, des coûts qu’elle engendre, des politiques publiques ou privées qui la causent, ou bien des conséquences qu’elle produit sur les populations concernées. Dans cet article classique paru en 1972 dans l’American Journal of Sociology, inédit en français et précédé d’une introduction de Hadrien Clouet, Herbert Gans renverse la perspective et cherche à identifier l’intérêt qu’ont certains acteurs au maintien ou à l’extension de la pauvreté. Au lieu de pointer les problèmes issus de la pauvreté, il en recherche les avantages : si elle survit aux politiques publiques, c’est que la pauvreté profite selon lui à certains groupes sociaux.

Herbert Gans est un sociologue américain et enseigne à l’Université de Columbia de New York. Il est notamment l’auteur de Popular Culture and High Culture (1974), Deciding What’s News (1979) et The War Against The Poor (1992). Ce texte est traduit de l’anglais par Hadrien Clouet, doctorant au Centre de Sociologie des Organisations, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

La suite sur : http://www.contretemps.eu/interventions/fonctions-positives-pauvret%C3%A9