Posts Tagged ‘spéculation’

Une personne sur dix souffre de la faim: « Nous nourrissons plus facilement des porcs et des moteurs à combustion que des humains »

octobre 16, 2022

Une carte blanche rédigée au nom de la Coalition Contre la Faim par François Grenade (Iles de Paix), Benoît De Waegeneer (SOS Faim), Suzy Serneels (Broederlijk Delen), Amaury Ghijselings (CNCD-11.11.11).

Le 16 octobre est la journée mondiale de l’alimentation, elle pointe l’immoralité et le scandale que constitue la faim dans un monde d’abondance. Chaque année, cette date nous rappelle qu’il n’y a pas de fatalité, qu’il y a de la nourriture et des champs en suffisance, que nous avons les moyens de nourrir les bientôt 8 milliards d’êtres humains.

Et pourtant, chaque année, depuis 7 ans, la faim et la malnutrition augmentent inexorablement.

La suite sur : https://www.lalibre.be/debats/opinions/2022/10/15/une-personne-sur-dix-souffre-de-la-faim-nous-nourrissons-plus-facilement-des-porcs-et-des-moteurs-a-combustion-que-des-humains-OKK25CVVO5D3VIPX5XDA67O7EY/

En Belgique, un enfant sur 10, soit 43.000, saute au moins un repas par jour parce qu’il vit en situation d’extrême pauvreté : https://www.lalibre.be/belgique/societe/2022/10/17/plus-de-40000-enfants-contraints-de-sauter-au-moins-un-repas-par-jour-en-belgique-XSEGTYEKZNHLNIMUBKZIMIHS7E/

« En Belgique, les champs de céréales ne servent pas à faire notre pain ! Ils servent principalement à produire des agrocarburants et de la nourriture pour les animaux. Principalement pour les porcs et la volaille.

En Wallonie, 9% des céréales seulement sont produites pour l’alimentation humaine, 32% pour l’énergie, 46% pour l’alimentation animale et 13% partent à l’exportation.

D’autres de nos cultures sont principalement orientées ver l’exportation. C’est le cas des pommes de terres par exemple, où seulement 10% des quarante milles hectares cultivés en Wallonie, à grands renforts de pesticides divers, servent à nourrir la population locale. Le reste part jusqu’aux confins du vaste monde, sous la forme de chips et de frites.

En Ukraine, la plus grande exploitation céréalière – 654.000 hectares ! – est détenue par l’oligarque Oleg Bakhmatyuk et le géant américain Cargill, et la seconde – 450.000 hectares ! – par le fond de pension américain NCH Capital… »

Valériane N° 155 – Mai-Juin 2022

Bien malin celui qui trouvera le réveil-matin qui les tirera de leur criminelle mais assumée léthargie !

juillet 1, 2022

Réveillons le G7 : 811 millions de personnes souffrent de la faim.

Les causes de l’augmentation de la faim sont multiples et interdépendantes. Tout d’abord, la faim dans le monde n’est pas due à un problème de production ou de quantité. Aujourd’hui, on produit largement plus d’aliments que nécessaire pour nourrir la population mondiale ; et pourtant, une sur trois personne est en situation d’insécurité alimentaire.  

L’article sur : https://www.actioncontrelafaim.org/a-la-une/811-millions-de-personnes-souffrent-de-la-faim-reveillons-le-g7/?m_i=vHKts4%2BON%2BWm5hgFPgdwKF7qtc3a51qS1%2BqJt077BNp2xgeLqRVbQcDa%2BQhLssGUUm09uQXY0dDBWA%2BW8UjAq%2BshpycovV&reserved_codemailing=22FINE7&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=22FINE7

25.000 personnes meurent CHAQUE JOUR de la faim !

Olivier De Schutter (rapporteur spécial à l’ONU : « cinquante million de personnes sont menacées de famine ». https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/2022/07/02/olivier-de-schutter-rapporteur-special-a-lonu-cinquante-millions-de-personnes-sont-menacees-de-famine-JU74E3334FGEDDZSA4XKZ4RHUE/

Crise alimentaire : « L’agroécologie peut nourrir le monde »

mai 31, 2022

Par Lorène Lavocat

Confrontée à l’envol des prix alimentaires, l’Europe veut produire plus. Pourtant, intensifier encore l’agriculture va aggraver le mal, selon des ONG, qui préconisent l’agroécologie.

La suite sur : https://reporterre.net/Crise-alimentaire-L-agroecologie-peut-nourrir-le-monde

« Fin mars, la Commission européenne présentait son lot de mesures « pour soutenir la production agricole » : mise en culture des jachères — avec possibilité d’y asperger des pesticides — aides aux agriculteurs pour se fournir en engrais et report des objectifs européens de réduction de pesticides et d’augmentation des surfaces bio.

Autant de « solutions court-termistes qui vont mettre in fine en péril la sécurité alimentaire mondiale, tout en précipitant l’effondrement de la biodiversité et le dérèglement climatique », ont dénoncé, le 31 mai, six ONG internationales, dont le CCFD-Terre solidaire, Greenpeace ou Action contre la faim. »

« Il suffirait qu’un tiers des céréales produites pour nourrir les animaux soient “réaffecté” pour l’alimentation humaine afin de compenser la baisse des exportations ukrainiennes. »

Les véritables causes de la crise alimentaire mondiale

mai 31, 2022

Alors que la crise mondiale des prix et de l’accès à la nourriture devient de plus en plus menaçante, plusieurs analyses tentent d’expliquer cet enjeu comme étant une conséquence de la guerre en Ukraine. S’agit-il réellement de la seule explication à cette crise ?

La suite sur : https://www.ptb.be/les_v_ritables_causes_de_la_crise_alimentaire_mondiale

« De la nourriture en abondance, mais de plus en plus de gens affamés. Des prix des denrées alimentaires qui s’envolent, tandis que d’aucuns réalisent des profits faramineux. Quelques-uns qui empochent des milliards de bénéfices, tandis que des milliards de personnes peinent à joindre les deux bouts. Rien n’illustre aussi clairement l’absurdité et la cruauté de cette crise systémique que la crise alimentaire. »

« Spéculation, le début de la faim »

mai 6, 2022

Les spéculateurs font du blé sur les céréales des paysans.

Par Emmanuel Clévenot

Une quarantaine de militants de la Confédération paysanne se sont rassemblés à Paris le 5 mai devant le siège de Cargill, géant étasunien de l’industrie agroalimentaire. Ils protestaient contre la spéculation sur les céréales exercée avec la guerre en Ukraine.

La suite sur : https://reporterre.net/Les-speculateurs-font-du-ble-sur-les-cereales-des-paysans

L’histoire compte ses squelettes en chiffres ronds

avril 8, 2022

Par Vijay Prashad

Avec 300 enfants mourant chaque heure de malnutrition, la faim dans le monde était déjà une épouvantable catastrophe. Or, cette situation va encore s’empirer avec la guerre en Ukraine qui oppose deux des principaux exportateurs de blé. Par ailleurs, les sanctions occidentales visant la Russie affectent le monde entier, surtout les pays les plus pauvres. « Il est clair que des milliards de personnes dans le monde souffriront de cette crise de la faim jusqu’à ce que la guerre et les sanctions prennent fin », prévient Vijay Prashad. Explications. (IGA)

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/lhistoire-compte-ses-squelettes-en-chiffres-ronds/

Pas de place pour la spéculation

décembre 30, 2021

L’eau en Bourse, 1 an déjà

décembre 1, 2021

Le 7 décembre 2020, l’eau entrait en bourse et suivait le chemin financier tracé par le pétrole et le blé avant elle.

Un an déjà que les boursicoteur·euse·s du monde entier peuvent spéculer sur le prix futur de l’eau. C’est important, car la ressource est rare. Et comme le dit un proverbe boursier célèbre, tout ce qui est rare vaut de l’argent, surtout s’il s’agit de la survie de l’espèce humaine.

Le 7 décembre 2020, c’est la Bourse de Chicago et le Nasdaq qui ont effectué les premières transactions de contrats à terme liés au marché de l’eau en Californie. C’était une aubaine ou plutôt une suite logique, puisque le cadre juridique californien permet depuis plusieurs années déjà de détenir des titres de permis d’utilisation de l’eau. L’eau y est donc, en quelque sorte, un produit commercial comme un autre. Ce fonctionnement a déjà causé une augmentation drastique du prix de l’eau et de nombreuses sécheresses dans les exploitations agricoles. Un élément de plus pour pousser l’entrée en bourse de l’or bleu puisque qu’on ne pourrait pas accuser les marchés financiers de causer des sécheresses à cause de la spéculation. Elle existait déjà !

Après tout, le même mécanisme de contrat à terme, c’est-à-dire la possibilité d’acheter à un prix fixé aujourd’hui une livraison dans le futur, existe déjà pour des produits comme le blé et le pétrole et, mis à part quelques famines et flambées du prix du pétrole ou autre réchauffement climatique, il a permis à des investisseur·euse·s du monde entier de faire fortune.

Les opposant·e·s à ce projet se contentent de préciser que, soumettre l’eau à la spéculation financière, alors que 2,2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable, que 3 milliards de personnes ne disposent pas d’installations de base pour se laver les mains avec de l’eau et du savon, et que deux millions de décès y sont liés chaque année, ouvre des scénarios encore pires. « L’eau est la mère de tous les droits, mais sa cotation en bourse rendra en fait inutile la résolution fondamentale de l’Assemblée générale des Nations unies de 2010 sur le droit universel à l’eau », ajoute Rise for Climate Belgium dans la description de son événement appelant à libérer l’eau.

Comme dirait un autre proverbe boursier, si on peut acheter un produit dérivé en misant sur la hausse du prix de l’eau, pourquoi pas. Il suffit d’être du bon côté de ce scénario gagnant·e-perdant·e. Gagne celui ou celle qui gagne son pari financier. Perd celui ou celle qui n’a pas accès à l’eau, celui ou celle qui ne peut plus opérer son exploitation agricole, ceux·celles pour qui les denrées seront devenues trop chères, et la planète.

(Financité)

Quelle honte !

septembre 6, 2021

À Aubervilliers, l’«écœurement» après la destruction des jardins ouvriers : https://reporterre.net/A-Aubervilliers-l-ecoeurement-apres-la-destruction-des-jardins-ouvriers

Et : https://reporterre.net/C-est-du-gachis-les-defenseurs-des-jardins-d-Aubervilliers-ont-ete-expulses

Jardins d’Aubervilliers : le chantier de la piscine suspendu, les pelleteuses creusent toujours : https://reporterre.net/Jardins-d-Aubervilliers-le-chantier-de-la-piscine-suspendu-les-pelleteuses-creusent

C’est donc ça, les projets du gouvernement pour la biodiversité, la veille de l’ouverture du Congrès mondial de la nature, à Marseille ? »

« Cette terre, c’est notre sang » : au Pays basque, paysans et citoyens tentent de résister à la spéculation : https://www.bastamag.net/Occupation-terres-agricoles-Arbonne-ELB-Lurzaindia-Pays-basque-ZAD-contre-la-speculation

7 avril : Journée mondiale de la santé ! Quand les capitalistes spéculent sur les pandémies !

avril 8, 2020

Saviez vous que l’on peut spéculer sur les pandémies ? C’est à dire gagner de l’argent en investissant dans des « pandemic bonds » (obligations pandémies) ?
En cette journée mondiale de la Santé, il est utile de le savoir.

La suite sur : http://europalestine.com/spip.php?article982