Posts Tagged ‘standardisation’

La grande distribution s’engouffre dans la bio… et en menace les valeurs

novembre 30, 2016

par Marie Astier

Alléchées par la progression du marché des produits d’agriculture biologique, les grandes enseignes de distribution s’y engouffrent, avec leur logique de volume et de produits standardisés. Menaçant d’industrialiser la bio et d’en perdre les valeurs.

La suite sur : https://reporterre.net/La-grande-distribution-s-engouffre-dans-la-bio-et-en-menace-les-valeurs

Au consommateur à prendre ses responsabilités.

Publicités

Une fois de plus, merci l’agriculture industrielle et ses aliments standardisés noyés de pesticides !

février 4, 2016

Il s’appelle Tropical Race 4 (TR4), c’est le « serial killer » des bananes. En quelques mois, ce petit champignon blanchâtre d’origine indonésienne a déjà éradiqué plus de 100 000 hectares de bananeraies en Asie, en Afrique, en Australie… et menace désormais l’Amérique latine, le bastion mondial de la banane, où poussent 60 % des 130 millions de tonnes commercialisées sur la planète.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article30496

On ne joue pas avec la nourriture

janvier 14, 2014

par Capitaine Martin

La population qui est en mesure de se nourrir fait face à une standardisation des produits alimentaires. Il y a quatre cents ans, avant l’avènement du capitalisme, les hommes mangeaient plus de cinq cents espèces différentes de plantes. Trois cents ans plus tard, avec la Révolution industrielle et l’abandon des procédés traditionnels de labour, le panel s’était réduit à une petite centaine de plantes. Depuis trente ans et l’hégémonie du capitalisme financier, les graines de soja, le maïs, le riz, les haricots, l’orge et le manioc constituent 80 % de la nourriture de base de toute l’humanité.

La suite à lire sur : http://www.legrandsoir.info/le-repas-quotidien-est-un-droit-inalienable.html

Déshabillons-nous !

septembre 3, 2013

Toujours plus de fringues, pour toujours moins cher : nous filons un mauvais coton. Dopée par le culte des marques, notre consommation confine à la frénésie. Nous savons qu’elle a un prix, notamment social, mais nous n’en tirons pas encore les conséquences. Ouvrons les yeux ensemble.

La suite à lire sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article23848