Posts Tagged ‘taliban’

Ali attend toujours …..

mars 27, 2019

Afghanistan : Ali, 13 ans, orphelin, traqué par les talibans, ignoré par la France

par Solène Chalvon-Fioriti

Son père et sa mère ont été assassinés par les insurgés. Son frère, réfugié en France, veut l’y faire venir. Paris fait la sourde oreille.

La suite sur : https://www.liberation.fr/planete/2019/03/24/afghanistan-ali-13-ans-orphelin-traque-par-les-talibans-ignore-par-la-france_1717069

Saber, instituteur afghan, risque chaque jour la mort pour apporter des livres aux enfants

octobre 30, 2016

“Les talibans! Les talibans!!“ crie soudain une femme au milieu de la place de ce petit village des environs de Bamyan, au centre de l’Afghanistan.

Immédiatement une trentaine d’enfants, garçons et filles, qui jouaient paisiblement devant une modeste maison transformée en école, partent en courant.

« Vite, vite, cachez-vous! hurle-t-elle.

La suite sur : http://www.pierremartial.com/Saber-instituteur-afghan-risque-chaque-jour-la-mort-pour-apporter-des-livres-aux-enfants_a273.html

Il y a deux catégories d’êtres humains.

Ceux qui voient le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi ?

Et ceux qui imaginent le monde tel qu’il pourrait être et qui se disent pourquoi pas ?

(George Bernard Shaw)

Journal d’un taliban de 12 ans

février 4, 2014

par Gaétan Pelletier

Je ne sais rien. Je vis tout…

Je suis né dans une montagne et ma maman s’occupe de moi. Je ne sais pas pourquoi on tient tant à ce que je tienne ce fusil. Il est plus grand que moi. Ça me tue… En tout cas , un jour…

La suite sur : http://gaetanpelletier.wordpress.com/2014/02/04/journal-dun-taliban-de-12-ans/

Et pourtant, ce pays serait assez sûr pour y renvoyer des demandeurs d’asile !

janvier 18, 2014

Au moins 21 personnes, dont 13 étrangers, ont été tuées vendredi soir à Kaboul dans l’attaque par un commando taliban d’un restaurant fréquenté par la communauté expatriée, selon un bilan revu à la hausse communiqué samedi matin par la police afghane.

La suite à lire sur : http://www.lalibre.be/actu/international/afghanistan-21-morts-dans-l-attaque-d-un-restaurant-frequente-par-des-expatries-52da26c73570ba3e183cd500

 » L’attaque de vendredi soir a été unanimement condamnée par la communauté internationale. »
Ben oui, quand il s’agit de nos ressortissants on condamne unanimement, lorsqu’il s’agit d’Afghans ….

décembre 23, 2013

Au cœur de Bruxelles, à quelques pas des attractions de « Plaisirs d’hiver », l’église du Béguinage abrite tant bien que mal plus d’une centaine d’Afghans, dont plusieurs familles avec enfants, qui se battent pour ne pas être expulsés vers leur pays en guerre. Noël est l’occasion de témoigner sa solidarité.

L’Afghanistan est en proie à une situation de guerre civile quasi-ininterrompue depuis 30 ans, et les rapports d’organisations internationales soulignent les risques qu’implique un retour dans ce pays pour ceux qui l’ont fui. Le ministère des Affaires étrangères indique que tout voyage en Afghanistan est à proscrire. Maggie De Block estime, elle, qu’il n’y a pas de problème mais a toutefois décidé de n’expulser que des hommes seuls ; pour les familles, la situation est trop dangereuse… Etrange logique. Les familles ne sont donc pas expulsées, mais maintenues dans une situation de non-droit et de totale précarité. Pas contents ? On vous offre un aller simple pour Kaboul.Depuis plusieurs mois, quelque 450 Afghans – dont des familles avec enfants –, réunis dans un mouvement soutenu par de nombreux sympathisants et des dizaines d’organisations (dont la Ligue des droits de l’Homme, la Ligue des Familles, des syndicats…), se battent pour obtenir leur régularisation. La très populaire Maggie De Block, secrétaire d’Etat à l’Asile et à l’Immigration, le super-atout de l’Open VLD pour rogner sur la N-VA aux prochaines élections, leur oppose un refus catégorique. En Belgique parfois depuis plusieurs années, ces familles ont été déboutées de leur demande d’asile. Elles ont du jour au lendemain dû quitter leur logement, ne peuvent plus travailler et les enfants ne sont plus scolarisés. Elles sont donc à la rue, sans papiers, sans revenu. La seule chose qui leur est offerte : un retour « volontaire » vers l’Afghanistan. L’asile est ainsi refusé à des personnes qui peuvent pourtant y prétendre au titre de la convention de Genève sur le statut des réfugiés et des législations qui en découlent.

Un aller simple pour Kaboul
Cet aller simple, Aref, arrivé en Belgique en 2009, l’a finalement accepté début 2013, désespéré après avoir passé plusieurs semaines à la rue. Il avait lui aussi été débouté, bien que sa tête était mise à prix par les talibans parce qu’il avait refusé de se battre avec eux. Pour les autorités belges, Aref ne courait aucun danger. Arrivé en Afghanistan, il a été assassiné.
Les histoires des réfugiés afghans se ressemblent. Tous ont quitté l’insécurité et la terreur quotidienne de ce pays où les femmes n’ont aucun droit, où les filles sont interdites d’école, où les garçons sont enlevés par les talibans afin de les engager dans leurs milices – seule option pour ne pas se faire tuer –, où villes et villages sont bombardés tous les jours.
Pour ne pas rester isolés dans leur lutte, les Afghans se sont regroupés il y a quelques mois à Bruxelles. Ils se sont d’abord installés à Ixelles, dans un bâtiment désaffecté dont ils ont été violemment expulsés à la requête d’Yvan Mayeur (PS), à l’époque président du CPAS et du Samu social de la Ville de Bruxelles dont il est depuis le nouveau bourgmestre. Depuis, ils ont été chassés de plusieurs lieux où ils avaient trouvé refuge. Alors que les Afghans ont toujours manifesté dans le calme, nombreux sont les témoins qui ont été choqués de la répression policière violente dont ils font l’objet. En septembre, la police a lancé gaz lacrymogènes et lâché des chiens policiers, y compris sur les enfants, faisant plusieurs blessés par morsures. Puis, le 22 octobre, nouvelle charge policière brutale qui fera aussi des blessés. Les Afghans sont terrorisés, les enfants, traumatisés. En quelques mois, enfants, adultes et personnes âgées ont connu 8 expulsions de bâtiments, deux rafles lors de manifestations dont la dernière avec 170 arrestations et des blessés graves, des violences physiques et des humiliations de la police. Sans oublier 8 expulsions vers l’Afghanistan.
Depuis novembre, les Afghans logent tant bien que mal dans l’église du Béguinage, au cœur de Bruxelles, à 50 mètres des attractions de « Plaisirs d’hiver ». Ils ont certes un toit, mais les conditions de vie sont très pénibles. Le froid, la promiscuité, deux toilettes et un lavabo pour autant de gens, des enfants, des bébés… Face à l’indifférence politique et médiatique, trois jeunes Belges ont décidé d’entamer une grève de la faim. Ils ont été rejoints par l’avocate Selma Benkhelifa, de Progress Lawyers Network, qui défend depuis plusieurs années la cause des réfugiés afghans. Ce 15 décembre, après 4 mois de manifestations, les Afghans réussissaient enfin à voir le Premier ministre lors de l’hommage à Nelson Mandela organisé par le PS à Saint-Gilles. Elio Di Rupo a accepté de rencontrer une délégation et a proposé une médiation pour sortir de cette crise par l’intermédiaire du médiateur fédéral. Une lueur d’espoir ?

Une solidarité qui requinque
Dans la situation, une chose est frappante. Quiconque entre dans l’église en ressort étonné de la gentillesse, du calme, de la dignité des Afghans. Et la solidarité présente a de quoi requinquer le plus désespéré de la nature humaine. Des gens passent apporter de la nourriture, du thé, des langes… et des sourires. Le weekend, certaines personnes invitent des familles chez elles pour qu’elles puissent prendre une douche, laver leur linge, se reposer un peu au chaud. Et elles ne le regrettent pas. Une dame témoigne : « Une amie du groupe de soutien m’a appelée un dimanche. Une famille avec trois petites filles n’avait plus pris de douche depuis un mois : pourrait-elle venir chez moi cet après-midi ? C’est une démarche à laquelle on pense, mais ce n’est pas évident d’amener des inconnus chez soi. Et puis, j’ai rangé ma méfiance et je suis allée les chercher, et j’ai insisté pour que le papa, qui ne voulait pas « déranger », vienne aussi. Et j’ai été impressionnée par ces gens, d’une gentillesse et d’une rare politesse, avec des enfants adorables. J’ai même retrouvé ma salle de bains plus propre qu’avant ! Depuis, je les ai réinvités et c’est une belle expérience. »
Le groupe de soutien appelle des familles belges à inviter une famille afghane pour un ou deux jours pendant les vacances de Noël. Du 24 au 27 décembre, vous pouvez accueillir une famille afghane dans votre foyer, que ce soit pour une soirée, une nuit ou plusieurs jours. Cette opération de « parrainage » s’ajoute à la fête de solidarité du 18 décembre : rassemblement aux flambeaux à 17 heures à l’église, puis concerts, expo de photos, rencontres… Ambiance et convivialité garanties.

Accueil d’une famille afghane à Noël
Contact (FR) : Hélène 0499 41 92 01, helenesechehaye@gmail.com.
Contact (NL) : Myriam 0498 13 33 71 (de 14 à 17h), myriamvdl@hotmail.com ou Kim 0494 98 81 35 (à partir de 17h30).

http://www.ptb.be/nieuws/artikel/la-longue-lutte-des-aghans-de-belgique.html

A quand un monde de partage plutôt qu’un partage du monde ?

« J’ai hélas découvert le visage hideux de la Belgique! »

novembre 15, 2013

par Annick Hovine

Une enseignante, qui aide les Afghans sans droit de séjour, « effrayée » par ce qu’elle a vu.
Du chaos, de la terreur et de la violence généralisée qui sévissent en Afghanistan, Tessa de Briey en connaissait, jusqu’en septembre, surtout ce qu’en rapportaient les médias. Peu après la rentrée scolaire, une amie propose à cette maman de quatre grands enfants, professeur de français, d’animer un atelier créatif, rue du Trône à Ixelles, où des familles afghanes qui ont fui leur pays ont trouvé un (fragile) refuge. Elle y entend les témoignages, parfois terribles, de victimes d’un conflit qui s’éternise depuis trente ans. « J’ai gardé le dessin d’une petite fille de 5 ou 6 ans qui nous a expliqué que son papa était mort. »

La suite sur : http://www.lalibre.be/actu/belgique/j-ai-helas-decouvert-le-visage-hideux-de-la-belgique-5285a7aa3570ea593dbbc6ed

Retour « volontaire » en Afghanistan

octobre 18, 2013

par Maxime Van Laere

Il y a quelques jours, nous apprenions le succès de la collaboration entre Maggie De Block et les talibans ayant conduit à la mort d’un jeune réfugié afghan ayant accepté un retour « volontaire » en Belgique. Ce matin, le Comité de soutien aux Afghans organisait une action devant l’Office des étrangers. Deux journalistes ont été arrêtés. 200 Afghans se sont ensuite rassemblés devant le bâtiment.

La suite sur : http://www.ptb.be/nieuws/artikel/refugies-afghans-nouvelles-actions-deux-journalistes-arretes.html

Et pourtant : http://diplomatie.belgium.be/fr/Services/voyager_a_letranger/conseils_par_destination/asie/afghanistan/ra_afghanistan.jsp

La profanation des morts – Le mépris des races dites « supérieures ».

janvier 17, 2012

Par Chems Eddine Chitour  

« Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. » – Aimé Césaire (Discours sur le colonialisme)

Une vidéo montrant des forces américaines en Afghanistan en train d’uriner sur trois cadavres de talibans morts au combat a fait le tour du monde. L’un d’eux plaisante : « Bonne journée, mon pote. » Un autre fait une blague obscène. La vidéo ne va pas aider les efforts pour renforcer la confiance entre les parties belligérantes. « Cet acte aura un impact très, très mauvais sur les efforts de paix », a déclaré Arsala Rahmani, le négociateur en chef de Karzaï. « En voyant de telles pratiques, les Taliban peuvent facilement recruter des jeunes et leur dire que leur pays a été attaqué par des chrétiens et des juifs et qu’ils doivent le défendre », a-t-il dit dans ce qui correspond aux premiers commentaires livrés par un responsable afghan  ».(1)

La suite sur : http://www.legrandsoir.info/la-profanation-des-morts-le-mepris-des-races-dites-superieures.html

 

Osama.

novembre 13, 2009

La Deux – 1H – vendredi 13/11      film de Siddiq Barmak avec   Marina Golbahari, Khawaja Nader, Arif Herati,

 Une petite fille de douze ans, sa mère et un jeune garçon ont survécu aux répressions qui ont suivi les manifestations organisées par les femmes afghanes au début du régime taliban. Les deux femmes travaillent dans un hôpital, mais sont informées que les talibans ont renvoyé tout le personnel et fermé les portes de l’établissement. Ces derniers s’assurent qu’aucune femme ne peut désormais s’aventurer hors de sa maison sans compagnon « légal ». Dans le cas contraire, elles seront sévèrement punies.
Le mari et le fils étant décédés, personne ne peut servir de « caution » à la famille, et la mère, poussée par le chômage, décide avec la grand-mère de changer l’apparence de sa fille : désormais, ce sera un garçon. La décision terrifie la fillette, angoissée que sa véritable identité ne soit reconnue par les Talibans.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18361744&cfilm=52623.html

 

Débâcle afghane, par Robert Fisk.

novembre 30, 2008

Fisk, de retour d’Afghanistan, décrit la réalité d’un pays bien loin de l’image qu’en donnent les gouvernements occidentaux qui continuent d’affirmer contre toute vraisemblance – et contre toute raison – que la « victoire » est proche.

Lire la suite : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2380