Posts Tagged ‘violences policières’

Clément Viktorovitch : Schiappa face aux violences policières

mars 10, 2020

Pas de quoi être surpris venant d’elle.

Le modèle français, c’est la police qui fait peur

mars 9, 2020

https://www.liberation.fr/planete/2019/01/25/en-allemagne-la-police-revendique-la-mediation_1705498

Les traces inoubliables de la non-létalité

mars 2, 2020

par Alexis Munier-Pugin N.

Depuis décembre 2018, des Gilets Jaunes à aujourd’hui, les mouvements sociaux ont été sévèrement châtiés. La stratégie punitive du pouvoir prend appui sur l’utilisation d’armes dites non létales, qui sont conçues pour que la cible ne soit pas tuée ou peu blessée. Pourtant, la mort de Zineb Redouane et les 2 500 manifestants blessés prouvent le contraire1. D’un non létal l’autre, la mythologie d’une violence qui n’est en pas une continue sans complexes en France. Macron pose tout sourire avec le t-shirt « LBD 2020 » représentant la mascotte du Festival de BD d’Angoulême éborgnée. Il n’y a même plus besoin d’une satire du pouvoir, puisque le pouvoir écrit lui-même sa propre farce.

Quelques jours avant ce délire présidentiel, Castaner annonce le retrait progressif de la grenade GLI-F4. Et pour cause, en rupture de stock, son remplacement par la GM2L était déjà planifié. Elle contient un explosif nommé RDX mélangé avec de la cire. Il est plus puissant que la TNT contenue dans la GLI-F4. Le RDX est par exemple utilisé dans la conception des ogives du lance-roquettes RPG-7. La GM2L peut arracher une main et crever un œil. Comme la GLI-F4, elle blesse ou elle tue. N’y a t-il pas un paradoxe entre la qualité non létale des armes et leur capacité à tuer et à blesser, comme si les dommages sur les corps étaient réversibles ? Cette opposition entre non létalité et mort ne masque-t-elle pas une stratégie du pouvoir encore plus pernicieuse ?

La suite sur : https://acta.zone/les-traces-inoubliables-de-la-non-letalite/

Allo Place Beauvau

février 23, 2020

Tribune : Filmer, photographier, enregistrer les forces de l’ordre dans l’exercice de leur métier, est un droit et doit le rester.

Mediapart a révélé le 16 février 2020 que Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, “envisage[rait] de contrôler la diffusion des vidéos [montrant des violences policières]. Selon (…) la Direction générale de la police nationale (DGPN), une étude sur des « évolutions juridiques » est actuellement menée pour rendre notamment obligatoire le floutage de tous les agents. »

Une information démentie par le Ministre le 19 février 2020, mais bien confirmée par ses propres services quelques heures plus tard.

Nous, journalistes – reporters d’images, photojournalistes, rédacteurs•trices, titulaires de la carte de presse ou non – associations de défense des droits humains et usagers des médias, tenons à alerter l’opinion publique sur de telles menaces.

La suite sur : http://www.davduf.net/tribune-filmer-photographier-enregistrer-les

« De nombreux•ses policier•es en maintien de l’ordre opèrent désormais masqués (visages camouflés, casque, cagoule, numéro de matricule-RIO absent), au mépris des lois et des obligations déontologiques, notamment rappelés par le Défenseur des Droits. »

USA : le pays de l’imaginaire

février 15, 2020

par Chris Hedges

« Nous vivons dans une culture inondée de mensonges, les plus dangereux étant ceux que nous nous racontons à nous-mêmes. » Démocratie, guerres humanitaires, violences policières… Chris Hedges frappe juste en épinglant ces illusions qui font passer la pilule. Pessimiste? Certainement pas! Hedges nous explique pourquoi s’accrocher à l’espoir reste un devoir pour les empêcheurs de tourner en rond. (IGA

La suite sur : https://www.investigaction.net/fr/usa-le-pays-de-limaginaire/

Blessures invisibles, les impensées de la répression

février 13, 2020

par Elsa Gambin, Tixador et Nicolas Mayart.

D’innombrables arrestations, des milliers de blessés, et des centaines de personnes traumatisées parmi les manifestants : la violence de la répression policière affecte les corps et les esprits. Ceux qui ne sont pas atteints dans leur chair souffrent aussi, tétanisés par la peur, et voient leur existence bouleversée par les cauchemars ou la paranoïa.

La suite sur : https://www.lemediatv.fr/articles/enquetes/blessures-invisibles-les-impensees-de-la-repression-1d50ABMoRdSbuJTotFd9Pw

Liberté de la presse façon macroniste et médaillage des brosses à reluire

février 13, 2020

La macronie récompense ses amis médiatiques – La distribution des hochets continue .

La suite sur : https://www.acrimed.org/Actualite-des-medias-la-macronie-manie-la-carotte

« La légion d’honneur, c’est comme les hémorroïdes, n’importe quel cul peut l’avoir. » Jean Yanne

Pot solidaire : solidarité avec Noam Anouar, policier citoyen valeureux

février 10, 2020

par Pierrick Tillet

Noam Anouar, policier et syndicaliste VIGI, vient d’être puni par sa hiérarchie de 6 mois de suspension ferme sans salaires et de 18 mois avec sursis. Son tort : avoir publiquement dénoncé les dérives répressives de sa hiérarchie et du ministère de l’Intérieur.

La suite sur : https://yetiblog.org/archives/21968

Elle est belle la police française ! https://yetiblog.org/archives/21981

https://www.lepotsolidaire.fr/pot/n6nh9ygd

Rappel : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/des-policiers-soupconnes-de-violences-contre-des-gilets-jaunes-decores-par-christophe-castaner_3541185.html

Arié Alimi : « Il ne reste plus à ce pouvoir que la violence »

février 8, 2020

Aux oppo­sants à ses contre-réformes libé­rales, Emmanuel Macron rétorque qu’ils n’ont qu’à « essayer la dic­ta­ture ». De l’Élysée à la place Beauvau, on exalte l’usage « légi­time » de la vio­lence contre les mani­fes­tants et l’on nie vigou­reu­se­ment le carac­tère sys­té­mique des vio­lences poli­cières. Pendant ce temps, les avo­cats jettent leurs robes dans les tri­bu­naux, aux pieds de la garde des Sceaux. Arié Alimi n’a pas choi­si le droit par voca­tion : cet avo­cat de 42 ans s’est pour­tant impo­sé comme une figure de la défense des liber­tés publiques et du com­bat contre l’impunité des auteurs de vio­lences poli­cières. C’est ain­si qu’il a défen­du la famille de l’é­tu­diant éco­lo­giste Rémi Fraisse — tué en 2014 par un tir de gre­nade —, les lycéens moles­tés durant la loi Travail, une ving­taine de gilets jaunes ou encore Geneviève Legay — mili­tante d’ATTAC hos­pi­ta­li­sée après avoir croi­sé la route des forces de l’ordre. Il nous reçoit dans son cabi­net du XVIIe arron­dis­se­ment de Paris. Sous nos yeux, pré­vient-il, une « démo­cra­tie auto­ri­taire » prend corps.

La suite sur : https://www.revue-ballast.fr/arie-alimi-il-ne-reste-plus-a-ce-pouvoir-que-la-violence/

Happenings et guérilla

février 6, 2020

par Catherine Weil Sinet

Deux morts et 700 blessés, dont 25 éborgnés et 5 mains arrachées, chez les gilets jaunes et les manifestants contre la loi retraite. Nos dirigeants et éditorialistes appellent ça des « bavures ». Ce mot m’a toujours hérissé le poil, à juste titre quand on voit ses synonymes : bévue, erreur, faute, ratage, bourde. Ces « bavures » sont des violences d’État.

La suite sur : https://www.sinemensuel.com/edito/happenings-et-guerilla/