Posts Tagged ‘volaille’

De la confiture aux cochons : l’envers du décor de l’aquaculture

février 14, 2019

Comment la pêche industrielle réduit des poissons parfaitement comestibles en farines pour les élevages de poissons, de porcs et de volailles.

La suite sur : https://www.bloomassociation.org/dossier-peche-minotiere/

Le porc et la volaille belges proviennent à 70% de « méga-fermes », a calculé Greenpeace

février 12, 2019

D’après une étude de Greenpeace publiée mardi, la Belgique est le pays de l’Union européenne qui a enregistré la plus forte croissance de « méga-fermes » entre 2004 et 2016. Pas moins de 70% des porcs et 72% des poulets élevés en Belgique proviennent de ces énormes exploitations, celles qui profitent le plus des subventions de la politique agricole commune (PAC) européenne, a calculé l’association de défense de l’environnement.

La suite sur : https://www.levif.be/actualite/environnement/le-porc-et-la-volaille-belges-proviennent-a-70-de-mega-fermes-a-calcule-greenpeace/article-normal-1091115.html

Manger peu de viande et de bonne qualité, tout bon pour la santé.

Accord belge sur un étiquetage spécial pour les oeufs de plein air déclassés

mars 7, 2017

Nous l’évoquions lundi, les producteurs d’oeufs de plein air subissent de plein fouet la crise de la grippe aviaire. A cause du confinement obligatoire de leurs poules, ils ne peuvent plus vendre leurs oeufs en catégorie 1 (plein air). Les oeufs sont déclassés en catégorie 2 (poules élevées au sol), avec un manque à gagner hebdomadaire pour les éleveurs allant de 2 à 3000 euros en moyenne.

La suite sur: http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/accord-belge-sur-un-etiquetage-special-pour-les-oeufs-de-plein-air-declasses-58be82facd708ea6c10a9e42

Guerre commerciale, élevages intensifs, génétique : les dessous de la grippe aviaire

février 2, 2016

par Sophie Chapelle  

Dix ans après les premiers cas de grippe aviaire en France, le virus est de retour dans plusieurs élevages du Sud-Ouest. En dépit de l’absence de dangerosité pour l’être humain, le gouvernement veut imposer des mesures radicales y compris dans des départements où aucun foyer du virus n’a été identifié. Des centaines de petits producteurs risquent de mettre la clé sous la porte. Les intérêts industriels prendraient le pas sur les enjeux sanitaires, dénoncent-ils. Des producteurs fermiers et vétérinaires se mobilisent pour faire la lumière sur la responsabilité de la filière industrielle et des élevages intensifs dans la diffusion du virus.

La suite sur : http://www.bastamag.net/Guerre-commerciale-elevages-intensifs-genetique-les-dessous-de-la-grippe

« Bien-être animal » à la sauce française

février 22, 2014

Voilà un échange de mails qui risque d’électriser les relations entre Paris et Bruxelles. Le 23 janvier, un responsable d’AgriMer, le bras armé du ministère de l’Agriculture pour l’aide aux exportations, a envoyé un courrier électronique fébrile à son collègue chargé des études export à la direction du même ministère. Depuis la veille, une délégation des services vétérinaires des services égyptiens était en France pour une mission d’inspection de onze jours, dans quinze abattoirs de volailles et de palmipèdes.

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article25259

Des poubelles dans nos assiettes.

mars 23, 2012

 

A voir sur : http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/22/des-poubelles-dans-nos-assiettes-partie-1/

 

Bon appétit !

Verte Bretagne !

août 5, 2011

« Le plan algues vertes de A à V ». C’est le titre de l’abécédaire que la préfecture de Bretagne distribue aux journalistes qui cherchent à comprendre pourquoi les sangliers tournent de l’œil sur les plages bretonnes.

À la lettre « A », on apprend que « le développement des algues vertes n’est pas nouveau. Il y a toujours eu de petites quantités d’algues vertes le long des côtes bretonnes, mais leur présence s’est renforcée depuis une trentaine d’années ». Et que « le développement des algues vertes est un phénomène complexe ». On regarde à la lettre « C » pour voir ce qui est raconté sur le « cochon », et on tombe sur « comité scientifique ». On se dit que tout doit être expliqué à « P » comme « porcherie industrielle », sauf que là on lit « projet de territoires ».

Bref, nulle part il n’est question des 14 millions de cochons bretons dont le lisier bourré de nitrates engraisse les algues vertes. Avec les poulets industriels, ils fournissent pourtant un tiers de la pitance de l’ulve (laitue de mer). Tous les experts le disent : pour régler le problème des marées vertes, il suffirait de fermer le robinet à nitrates. Mais heureusement, le lobby veille.

La suite de l’article sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article17391

L’industrie du poulet.

mars 24, 2010

L’émission d’investigation Panorama de la BBC anglaise a enquêté sur le sujet et leur reportage dénonce certaines pratiques frauduleuses et le manque de traçabilité dans l’industrie de la volaille dans la communauté eurpoéenne. On peut donc voir, entre autres à l’aide de caméras cachées, comment les filets de volailles sont injectés d’eau et de protéines animales hydrolysées qui servent à retenir cette même eau. Il s’agit de poulets conditionnés en Hollande et qui finissent en grande majorité dans les assiettes anglaises.

Lire la suite et voir le reportage sur : http://lagrandebouffeethique.com/?p=652

Avec un bon poulet bio : le poulet aux morilles.  

Pour 4 personnes : 100gr de morilles séchées, le jus d’un demi-citron, 1,25l  de bouillon de volaille, 1 poulet prêt à cuire, 20cl de vin blanc sec, 1 cuill. à soupe de moutarde, 4 jaunes d’oeufs, 25cl de crème fraîche, sel, poivre, 10 brins de cerfeuil ciselés.

Couvrez les morilles d’eau tiède additionnée de jus de citron. Laissez tremper une heure.

Versez le bouillon dans une casserole, placez-y le poulet. Portez à ébullition, puis faites frémir 40 min., en retournant le poulet de temps en temps.

Prélevez deux louches de bouillon et versez-les dans une casserole.

Prolongez la cuisson du poulet 10mn.

Versez le vin blanc dans la casserole avec les deux louches de bouillon et laissez réduire 5mn.

Dans un bol fouettez la moutarde avec les jaunes d’oeufs et la crème.

Versez ce mélange dans la casserole avec le bouillon et le vin.

Fouettez, puis ajoutez les morilles égouttées.

Amenez à ébullition en tournant constamment.

Otez du feu aussitôt. Rectifiez l’assaisonnement.

Servez le poulet découpé, et les morilles nappées d’un peu de sauce et saupoudrées de cerfeuil ciselé.

Présentez le reste de la sauce dans une saucière.

Gratin lyonnais.

mars 25, 2009

Pour 6 personnes : 900 g de pommes de terre – gros sel – 50 g de beurre + 30 g pour le plat – 2 c à s d’huile d’olive – 450 g d’oignons émincés – 1 gousse d’ail écrasée – sel fin, poivre – 30 cl de bouillon de volaille – romarin.

Epluchez et lavez les p de t. Faites-les précuire 10 min à l’au bouillante salée. Egouttez-les, laissez-les tiédir, puis coupez-les en tranches fines. Préchauffez le four à 200° (th 6/7).

Faites chauffer 25 g de beurre et l’huile sur feu moyen. Faites-y revenir les oignons 5 min. Ajoutez l’ail. Salez et poivrez.

Beurrez un plat allant au four. Répartissez-y les p de t et les oignons aillés en couches successives, en commençant et en terminant par des p de t. Arrosez de bouillon. Parsemez du reste de beurre en parcelles. Couvrez d’aluminium et enfournez pour 40 min.

Enlevez l’aluminium. Faites dorer 5 min sous le gril du four. Décorez de romarin et servez très chaud.

Choississez des p de t à chair ferme (belle de Fontenay, nicolas, roseval,…

Soupe indienne.

septembre 5, 2008

Pour quatre personnes : 1 cube de bouillon de volaille – 20 gr d’amandes en poudre – 30 cl de lait – 20 cl de lait de coco – 1 cuil. à café de curry en poudre – 1 cuil. à soupe de gingembre frais haché – 2 cuil. à soupe d’amandes effilées – sel, poivre.

Versez 50 cl d’eau dans une casserole et ajoutez-y le cube de bouillon émietté. Portez à ébullition, puis incorporez la poudre d’amandes. Otez du feu, couvrez et laissez infuser 5 mn.

Remettez la casserole sur feu doux. Mettez le lait et le lait de coco dans un saladier, délayez-y le curry et ajoutez le gingembre. Versez le tout dans la casserole. Amenez à frémissements puis laissez cuire 10 mn environ en tournant régulièrement.

Pendant ce temps, faites chauffer une poêle antiadhésive à sec sur feu moyen. Dorez-y les amandes effilées 1 mn environ, en remuant sans cesse.

Rectifiez l’assaisonnement de la soupe, puis répartissez-la dans quatre bols de service. Décorez avec les amandes dorées et servez aussitôt.

Pour épicer cette soupe à votre convenance, utilisez du curry plus ou moins fort.